Blog


Le développement humain, la liberté de réaliser son plein potentiel

par

Le Rapport constate que les populations autochtones représentent 5 % de la population mondiale, mais 15 % des populations qui vivent dans la pauvreté. Photo : PNUD au Pérou

Le développement humain représente avant tout les libertés des êtres humains : la liberté de réaliser le plein potentiel de chaque vie humaine et non pas seulement de quelques-unes, partout dans le monde, aujourd’hui comme demain.

D’impressionnants progrès ont été réalisés dans le domaine du développement humain au cours du quart de siècle écoulé : nous vivons plus longtemps, nous sommes plus nombreux à parvenir à nous hisser au-dessus du seuil de pauvreté et nous souffrons de moins en moins de malnutrition. Le développement humain a enrichi les vies humaines. Malheureusement, il n’a pas enrichi toutes les vies dans la même mesure. Pire encore, il n’a pas enrichi toutes les vies.

Aussi, ce n’est pas par hasard mais par choix que les dirigeants et les dirigeantes du monde, en 2015, se sont engagés à un développement qui ne laisse personne pour compte. Tel est le principe fondamental du Programme de développement durable à l’horizon 2030. Dans le contexte de cette aspiration universelle, le thème de ce Rapport sur le développement humain 2016 – Le Développement humain pour tous – ne saurait être plus approprié.

Le Rapport commence par dresser un panorama global des défis auxquels le monde se trouve confronté et des espoirs de l’humanité pour un avenir meilleur. Certains défis persistent (les privations), d’autres s’aggravent (les inégalités), d’autres encore surgissent (l’extrémisme violent), mais la plupart se renforcent mutuellement. Quelle que soit leur nature ou leur portée, ces défis ont une incidence négative sur le bien-être des générations présentes et futures.

Le Rapport pose ensuite deux questions fondamentales : qui sont les laissés pour compte des progrès du développement? Pourquoi et comment cela s’est-il produit? Il souligne que ce sont les groupes pauvres, marginalisés et vulnérables, y compris les minorités ethniques, les populations autochtones, les réfugiés et les migrants, qui sont laissés le plus loin derrière. Il met également en évidence les divers obstacles fondés sur le sexe, qui se renforcent mutuellement et privent les femmes des possibilités et de l’autonomisation nécessaires à la réalisation du plein potentiel de leur vie.

Le Rapport affirme que le développement humain pour tous exige plus que la simple détermination de la nature et des raisons des privations subies par les laissés pour compte. La qualité des résultats de développement humain compte, et non pas seulement la quantité. Il s’agit d’aller au-delà des moyennes et de ventiler les statistiques (en particulier par sexe) pour évaluer le développement humain et faire en sorte que chaque être humain en profite.

Le Rapport affirme catégoriquement que la prise en charge des laissés pour compte demande une stratégie en quatre volets au niveau national  : des politiques universelles réorientées (par exemple, la croissance pour tous au lieu de la croissance tout simplement); des mesures spécifiques pour les personnes ayant des besoins particuliers (par exemple, les personnes handicapées); des interventions pour garantir la résilience du développement humain; et l’autonomisation des laissés pour compte.

Le Rapport s’inscrit en complément du Programme de développement durable à l’horizon 2030 en se concentrant sur les questions fondamentales que sont notamment l’élimination de l’extrême pauvreté et de la faim, et en mettant en exergue le problème central de la durabilité.  

Nous avons toutes les raisons d’espérer qu’une transformation du développement humain est possible. Ce qui paraît être un défi aujourd’hui pourra être surmonté demain. Le monde dispose de moins de quinze ans pour réaliser son ambition de ne laisser personne pour compte. Combler les déficits de développement humain est essentiel, tout comme veiller à ce que les générations futures jouissent des mêmes, voire de meilleures chances. Le développement humain doit être soutenu et durable; il doit enrichir chaque vie humaine afin que notre monde soit un monde de paix et de prospérité pour tous.

Helen Clark Blog Développement durable Rapport sur le développement humain Croissance inclusive Égalité des sexes Réduction de la pauvreté et des inégalités Agenda 2030 Programme de développement pour l’après-2015

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe