Blog


Haïti, trois mois après Matthew et sept ans après le séisme

par

The road to recovery is a long one, UNDP provides conditions for long-term recovery, resilience and sustainable development. Photo: UNDP Haiti

Matthew, le premier cyclone de catégorie 4 à s’être abattu sur Haïti en 52 ans, a laissé dans son sillage la pire crise humanitaire que le pays ait traversée depuis le tremblement de terre. Tirant les leçons de 2010, la stratégie de relèvement du PNUD en Haïti a été conçue et mise en œuvre en partenariat étroit avec les autorités locales et nationales.

Nos efforts de réduction des risques de catastrophe, entamés avant le passage de Matthew, ont apporté la preuve de leur efficacité. La municipalité de Dame Marie, qui figure parmi les plus touchées, n’a ainsi déploré aucune victime. Comme l’atteste Gilbert Jean, maire de la commune, les formations de préparation aux catastrophes organisées avec les autorités haïtiennes ont largement contribué à sauver des vies. Par ailleurs, la lutte contre les facteurs aggravant la vulnérabilité des personnes pauvres face aux changements climatiques et aux catastrophes reste notre priorité. Au cours des trois derniers mois, nous avons soutenu les autorités locales pendant la planification de relèvement à l’aide des cartes multirisques élaborées dans le département de Grand'Anse.

Nous soutenons les autorités locales et nationales dans la planification et la coordination de l’intervention d’urgence. Depuis octobre, nous sommes venus en aide à 10 municipalités en remplaçant les principales infrastructures endommagées (systèmes informatiques, approvisionnement électrique, etc.) et en appuyant leurs capacités opérationnelles d’intervention. Au niveau national, nous avons apporté une assistance technique au ministre de la Planification et de la coopération extérieure pour évaluer les besoins du pays au lendemain de la catastrophe, renforcé les capacités d’intervention et de communication de la Direction de la protection civile et appuyé le ministère de l’Environnement ainsi que le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales.

Le PNUD a aussi créé près de 124 000 emplois journaliers qui ont fourni un revenu immédiat. En injectant des liquidités dans l’économie locale, ces programmes de création d’emplois d’urgence (« Argent contre travail ») ont restauré les moyens de subsistance et entamé le processus de relance économique dans les zones touchées. Nous nous sommes attachés à sélectionner les personnes les plus vulnérables, notamment les femmes, pour participer à la reconstruction. Dans la municipalité d’Abricots, un comité de gestion exclusivement composé de femmes assure le suivi des projets et responsabilise les différents acteurs à l’échelle locale.

Ces emplois de courte durée n’ont pas uniquement pour objectif d’offrir des moyens d’existence aux victimes de l’ouragan. Ils visent à relancer les activités productives dans les municipalités sinistrées. L’évacuation des montagnes de débris (arbres, rochers ou déchets) constitue une priorité absolue en matière de sécurité publique et de santé. La réhabilitation des infrastructures communautaires joue également un rôle clé pour la reprise d’une vie normale et la sécurité alimentaire. Ainsi, en décembre 2016, grâce au projet du PNUD :

  • 19 200 m de canaux d’irrigation avaient été nettoyés, permettant ainsi aux communautés de faire leurs semis à temps en prévision de la saison hivernale ;
  • 3 600 m de routes avaient été déblayés au niveau des principaux carrefours, rouvrant ainsi l’accès à 127 km de routes secondaires ainsi qu’aux marchés ;
  • 40 800 m3 de débris et de déchets avaient été ramassés, ce qui a contribué à prévenir la propagation des maladies transmises par l’eau.

Nous avons par ailleurs fait en sorte qu’au-delà des besoins vitaux (accès à l’eau potable, à l'alimentation et aux abris), l’intervention humanitaire contribue également à la réalisation d’objectifs à long terme et notamment au renforcement de la résilience des communautés. Au cours des trois derniers mois, notre collaboration avec quatre municipalités durement frappées a permis d'élaborer des plans de relèvement rapide jetant les bases d’activités de développement à plus long terme, tout en tenant compte, au-delà de l’urgence immédiate, des vulnérabilités existantes.

Au lendemain de la catastrophe, le PNUD a alloué 1 million de dollars de ses propres ressources pour lancer le processus et a été soutenu par de généreux donateurs (notamment le Japon, l’Ile Maurice, la Nouvelle-Zélande, la Suisse, FIDA et la BID) et le gouvernement haïtien. Cependant, des ressources financières supplémentaires sont nécessaires pour étendre nos projets existants et aider les Haïtiens à reconstruire le pays.

Il reste un long chemin à parcourir, c’est pourquoi notre Programme de relèvement après Matthew s’étend sur une période de trois ans et vise à créer les conditions d’un redressement à long terme, tout en répondant aux besoins immédiats des zones touchées. Aujourd’hui, plus que jamais, nous avons besoin de votre soutien pour renforcer nos programmes et aider les Haïtiens à reconstruire leur pays.

Haïti Amérique latine et Caraïbes Changement climatique et réduction des risques de catastrophe Relèvement Réponse aux crises Yvonne Helle

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe