Blog


Ukraine : humanitaire, relèvement et développement vont de pair

par

Une usine de fabrication de produits métalliques offre aujourd’hui des emplois cruciaux, aussi bien pour les personnes déplacées que pour les travailleurs locaux, en plus de fournir d’importants biens de construction. Photo: PNUD en Ukraine

Le conflit en Ukraine est sans aucun doute une crise humanitaire.  Près de 10 000 personnes, dont quelque 2 000 civils, ont été tuées et plus de 20 000 blessées dans l’est du pays. Des millions d’individus ont été déplacés et vivent toujours dangereusement près de la zone des hostilités, malgré les trêves répétées.

Mais le conflit ukrainien est aussi une crise de développement et ses effets peuvent être dévastateurs à long terme.

Les infrastructures de base subissent une pression énorme, ce qui peut mener au déclin économique et fragiliser les services sociaux essentiels.

Si nous ne répondons pas à ces préoccupations, l’impact du conflit pèsera de façon disproportionnée sur les personnes âgées, les handicapés, les pauvres, les femmes et les jeunes. C'est pourquoi le PNUD a établi une présence en Ukraine orientale et contribue depuis 2 ans à trouver des solutions aux problèmes quotidiens qui touchent la population locale.

Par exemple, après qu’une station de pompage d'eau desservant 95% de la population de la région ait été touchée par des obus, nous avons aidé à sa réparation avec le soutien financier du Japon et garanti l'approvisionnement en eau à quelque 3,5 millions de personnes de part et d’autre du conflit.

Autrement dit, nous n’avons pas eu à choisir les besoins humanitaires au détriment des préoccupations de développement ou vice versa.  Les deux peuvent souvent aller de pair, et représentent d’habitude plus que la somme de leurs composantes.

L'aide humanitaire en matière d’abris comprend la distribution de matériaux de construction de base.  Cela pourrait être complété par des initiatives « argent contre travail », susceptibles d’augmenter l’emploi et d’améliorer les revenus pour les communautés touchées par le conflit.

Un autre exemple est la distribution de vivres par les agences humanitaires.  Ces vivres peuvent être fournis par des exploitations agricoles et autres entreprises locales, ce qui contribuera à créer du travail et stimuler les revenus, mais permettra aussi de mettre en place des chaînes d'approvisionnement qui participeront au redressement économique local.

Les transferts en espèces peuvent s’accompagner de programmes de développement des entreprises qui aident et stabilisent les communautés confrontées à de graves chocs sociaux et économiques, permettant ainsi aux économies locales de se diversifier au fil du temps.

Ces approches combinant interventions humanitaires et actions de développement permettent de réduire la dépendance à l'égard de l'aide, en plus de créer la résilience nécessaire.

Dans la région du Donbas, notre programme de cofinancement de l'emploi a permis la création de 950 nouveaux emplois en moins d'un an, contribuant ainsi à l’effort de reconstruction, tout en jetant les bases d'une nouvelle croissance économique.

L'une des bénéficiaires était une usine de fabrication de produits métalliques.  Grâce encore à un financement du Japon, l'usine a été reconstruite de toutes pièces, après avoir été obligée de quitter son lieu d’implantation face à l’intensité des combats, et offre aujourd’hui des emplois cruciaux, aussi bien pour les personnes déplacées que les travailleurs locaux, en plus de fournir d’importants biens de construction.

Mais si nous sommes à l'avant-garde des efforts de développement pour accompagner le peuple ukrainien, maintenant et dans le futur, nous avons besoin de l’appui continu de la communauté internationale pour soutenir ces efforts.

Ukraine Réponse aux crises Relèvement économique Blog Développement durable Financement du développement Europe et CIS

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe