Blog


S’accorder pour sauver des vies et éliminer les besoins

par

125 millions de personnes ont besoin d’aide, un niveau jamais atteint depuis la 2è guerre mondiale. Photo : ONU

Les chiffres en rapport avec les défis humanitaires actuels ont atteint une proportion difficile à imaginer : 125 millions de personnes ont besoin d’aide, un niveau jamais atteint depuis la 2è guerre mondiale ; 60 millions de personnes ont fui leur maison, la moitié d’entre elles étant des enfants, et on estime que 218 millions de personnes sont touchées par des catastrophes chaque année, les changements climatiques venant s’ajouter aux causes de cette instabilité.

L’envergure du problème a incité le Secrétaire général de l’ONU à convoquer le premier Sommet Humanitaire mondial. Là aussi, les chiffres sont parlants. Ces 3 dernières années, 23 000 personnes de 153 pays ont participé aux consultations. Cette année, entre le 23 et le 24 mai à Istanbul, ce Sommet devrait rassembler près de 6,000 leaders mondiaux de gouvernement, du monde des affaires, d’organisations d’aide, de la société civile, de communautés touchées et de jeunes, entre autres.

Comment vont faire tous ces participants pendant 2 jours pour décider des meilleurs moyens de répondre aux besoins humanitaires urgents de 125 millions de personnes ?

Le maître mot est la cohérence. En d’autres termes, il est indispensable que les acteurs humanitaires et du développement collaborent efficacement au-delà des frontières institutionnelles pour prévenir les crises et s’y préparer, et pour aider les populations à se relever plus rapidement, tout en renforçant leurs capacités pendant les crises.

Par exemple, les acteurs humanitaires jouent un rôle fondamental dans la distribution de nourriture, d’abris et d’autres formes de soutien vital dans les camps de réfugiés. Nous devons veiller à protéger ces travailleurs humanitaires et à respecter les cadres réglementaires qui leur permettent de s’acquitter de leurs tâches.

Parallèlement, les acteurs du développement peuvent contribuer à créer des possibilités d’emploi dont les communautés ont grand besoin pour subvenir aux besoins de leurs familles dans la dignité. Ils peuvent aussi aider les communautés d’accueil à faire en sorte que les services et le marché du travail au niveau local ne soient pas saturés par l’afflux de réfugiés.

La cohérence consiste aussi à exploiter durablement les solutions de développement qui s’attaquent aux causes profondes du déplacement, des conflits et d’autres crises.

On assiste déjà à une coopération inter-organisations étroite entre les acteurs du développement et les acteurs humanitaires dans l’organisation du Sommet, et cette coopération se poursuivra pendant et après l’événement.

Mais il nous faut garder à l’esprit que le Sommet humanitaire mondial est un début et non une fin. C’est une étape dans un important processus de changement du mode de coopération entre les acteurs humanitaires, du développement et de consolidation de la paix pour relever des défis communs. En s’accordant sur les domaines d’intervention, et en comptant sur une volonté politique fondamentale, nous pouvons changer des vies et éliminer les besoins. 

Efficacité de l'aide Programme de développement pour l’après-2015 Agenda 2030 Gouvernance et consolidation de la paix Développement durable Izumi Nakamitsu Réponse aux crises

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe