Blog


Autonomiser les communautés pour édifier un avenir nouveau

par

Femme en RD CongoUne commerçante du marché de Rutshuru, au Nord Kivu, RD Congo. Photo: PNUD en RD Congo

Dans cette série de blogs menant au Sommet humanitaire mondial, des experts du PNUD partagent leurs expériences et points de vue sur la réponse aux conflits et aux catastrophes.

Au cours des sept dernières années, je me suis rendue plusieurs fois dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), théâtre de violents conflits entre les rebelles et l’État congolais, prenant les citoyens en tenaille. La lutte pour le contrôle de sols fertiles et riches en minerais a déraciné et traumatisé des communautés entières, ruinant l’économie locale.

Au cours de ma dernière visite, j’ai rencontré une femme à Rutshuru, l’épicentre des dernières violences. « Nous sommes épuisés. Nous possédons un lopin de terre qui nous préserve de la famine, mais la vie n'est pas facile » m'a dit cette femme qui paraît beaucoup plus âgée qu’elle ne l’est réellement. « J’avais l’habitude de vendre mes tomates sur la route, mais j’étais harcelée par la police, les chefs locaux et les rebelles qui exigeaient de l’argent ou des impôts. Ils nous exploitaient systématiquement. Nous ne voulons pas revivre ce que nous avons vécu, nous voulons un avenir nouveau ».  

Des crises complexes et récurrentes, la corruption, les inégalités sociales et l’absence de perspectives économiques affaiblissent le contrat social entre citoyens et gouvernement. Au PNUD nous sommes convaincus qu’améliorer la qualité des services publics, renforcer les perspectives économiques et la participation publique, permettra de faire face aux tensions grandissantes, de prévenir une escalade des conflits et d’instaurer la paix, la stabilité et le développement. C’est pourquoi nous utilisons  des approches communautaires et créons des partenariats stratégiques, avec des missions de maintien de la paix et le FENU pour aider les communautés les plus vulnérables à se relever.

Dans l’est de la RDC comme en Centrafrique ou au Mali, les infrastructures ont été détruites, rares sont les habitants qui ont accès à des services et les tensions montent. Ces trois pays ont un héritage commun fondé sur un État centralisé, qui exploite les ressources et consolide le pouvoir d’une minorité de privilégiés. Bien que certaines lois appuient la décentralisation des pouvoirs politique, budgétaire et administratif, la faiblesse des gouvernements locaux est encouragée afin de préserver le statu quo.  

Nous incitons les autorités locales à laisser la population diriger le processus de développement. Les communautés expriment leurs besoins, et des moyens sont fournis aux municipalités afin qu’elles puissent y répondre. Cela permet à la population de prendre directement conscience des avantages de son engagement civique, de contraindre les autorités à rendre des comptes et d’instaurer un climat de confiance et de stabilité pour l’avenir.  

À Rutshuru, la femme avec qui je me suis entretenue a aidé à négocier la construction d’un marché au carrefour des villages de deux ethnies, ce qui a apaisé les tensions. Les négociations ont également porté sur le raccordement du marché au réseau électrique. Les femmes ayant accès à un frigo pour leurs produits invendus n’ont plus à baisser les prix à la nuit tombante pour éviter de les ramener chez elles et se protégent ainsi des attaques des pillards. Les femmes ont également demandé aux autorités de faire participer les groupes de jeunes désarmés à la reconstruction des infrastructures endommagées pendant le conflit.  

Une participation au niveau local peut permettre une véritable transformation sociale, communautés autonomes et autorités créant ensemble la stabilité nécessaire à l’édification d’un avenir meilleur.

blog series Développement durable Égalité des sexes République démocratique du Congo Relèvement Hanne Kristoffersen Réponse aux crises Moyens de subsistance Participation politique Prévention des conflits Gouvernance et consolidation de la paix Blog Afrique Décentralisation et développement local

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe