Blog

December 08 2016


Pour avoir l’avenir que nous voulons, éliminons la corruption!

par

Il suffit de regarder les titres des journaux africains pour comprendre l’envergure de la lutte menée par le continent contre la corruption : Afrique du Sud, Kenya, Nigéria, tous ces pays ont récemment vu s’aggraver la corruption et le recours aux pots-de-vin. Selon le dernier Indice de perception de la corruption de Transparency International (anglais), « aucun pays dans le monde n’est exempt de corruption ». Mais en Afrique sub-saharienne, les citoyens de 40 pays sur 46 estiment que leur propre nation a un sérieux problème.

Au cours des 50 dernières années, l’Afrique a perdu plus d’un billion de dollars E.U. en raison des flux financiers illégaux, ainsi que l’a souligné le Groupe de haut niveau sur les flux financiers illicites (anglais) de l’Union africaine, dirigé par l’ancien Président d’Afrique du Sud Thabo Mbeki. Cette somme est à peu près équivalente à l’ensemble de l’aide publique au développement reçue par le continent au cours de la même période. Selon le Groupe, les entreprises et les responsables gouvernementaux font illégalement sortir du pays jusqu’à 60 billions de dollars E.U. par an.

Depuis les abus politiques au plus haut niveau jusqu’aux harcèlements perpétrés par les officiers de police, les enseignants, les docteurs ou les fonctionnaires des douanes, la corruption prive les pays de leurs ressources, étouffe les petites entreprises et compromet l’éducation et la santé. Elle constitue, avec le manque de responsabilité et de transparence, l’obstacle le plus dangereux au développement en Afrique.

S’il n’existe pas de solution miracle pour éliminer la corruption, il est possible d’améliorer la situation.

Le plus important est de faire respecter les cadres juridiques et politiques et de restaurer l’intégrité des institutions gouvernementales. Les médias et la société civile ont également un rôle de sentinelle à jouer. La corruption perdurera tant que le grand public continuera à se distancer de la lutte.

Les faits montrent qu’il est plus efficace de cibler les secteurs propices à la corruption que de tenter d’en venir à bout en bloc.

À titre d’exemple, le Botswana et le Rwanda mettent à profit la technologie afin de limiter les contacts directs entre responsables gouvernementaux et citoyens dans les processus d’achats publics, une des principales sources de corruption en Afrique aujourd’hui. Cela permet d’améliorer sensiblement la fourniture des services.

Notre partenariat « inspecteurs des impôts sans frontières » avec l’OCDE permet d’améliorer les capacités d’audit locales pour prévenir l’évasion fiscale. Depuis le lancement du projet en juillet 2015, huit pays pilotes d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine ont collecté plus de 260 millions de dollars de recettes fiscales supplémentaires. Sur cette somme, plus de 100 millions de dollars ont été récupérés grâce à des contrôles fiscaux effectués au Zimbabwe.

Si les gouvernements doivent maintenir la pression pour combler les lacunes qui permettent aux flux financiers illicites de se poursuivre au niveau international, il est également essentiel de créer une culture intérieure de la responsabilité et de la transparence appuyée par des outils de gestion des finances publiques efficaces.

Les gouvernements doivent montrer qu’ils luttent contre l’impunité. Une culture de l’enrichissement rapide dans laquelle les malversations, le vol et la corruption demeurent impunis perpétue une crise de l’intégrité dans toute la société, compromet le développement de la jeunesse et de futurs dirigeants et met en péril la stabilité et le développement à long terme.

Il faut renforcer les poursuites judiciaires et les condamnations des délits liés à la corruption, en faisant en sorte que le risque d’être condamné à de longues peines de prison ou exclu de la vie politique ou économique ait un fort effet dissuasif. La possibilité de rembourser ou de rendre ce qui a été acquis illégalement pourrait être considérée comme une incitation pour les personnes corrompues et comme des circonstances atténuantes aux yeux des juges.

Aux termes des objectifs de développement durables et de l’Agenda 2063, les pays africains se sont engagés à « n’abandonner aucun laissé-pour-compte » et en faveur d’une « Afrique intégrée, prospère et pacifique ». Il ne fait aucun doute que le fait de s’attaquer à la corruption est important pour les personnes qui ont été exclues depuis longtemps des processus de prise de décisions, pour les petites entreprises empêchées de se développer à cause de la lourdeur bureaucratique, pour les personnes handicapées privées de l’accès aux services et pour les communautés marginalisées victimes de l’accaparement des terres et du déplacement par les puissants.

La Journée internationale de la lutte contre la corruption tombe à point nommé pour réaffirmer notre engagement et pour être #UnisContreLaCorruption, en vue de réaliser ces deux objectifs ambitieux. L’avenir d’1,2 milliard d’Africains en dépend.

Blog Afrique Anti-corruption Gouvernance et consolidation de la paix

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe