Blog


Réaliser les Objectifs mondiaux : 4 leçons à tirer de 15 années d’action

par

 Pour réussir, les objectifs de développement doivent être considérés comme des éléments de progrès local, apportant des solutions aux défis quotidiens et aux aspirations mondiales. Photo: PNUD RDC

Les objectifs de développement peuvent être un catalyseur puissant du progrès humain. Ils concrétisent nos aspirations communes et nous unissent.

De 2000 à 2015, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont connu de nombreuses réussites et amélioré la vie de millions de personnes. Le taux de décès d’enfants de moins de cinq ans a par exemple chuté quasiment de moitié, une baisse considérée par les Nations Unies (unicef, en anglais) comme l’« une des réalisations les plus significatives de l’histoire humaine ».

Depuis septembre 2015, les dirigeants de 190 pays poursuivent le chemin tracé par les OMD, en s’engageant en faveur de 17 objectifs de développement durable (ODD). Ces objectifs cherchent à éradiquer les fléaux de la pauvreté, de la faim et des maladies évitables, tout en améliorant les perspectives de tous et partout. Ils ciblent les inégalités, les changements climatiques, la violence et la dégradation environnementale, tout en exigeant également davantage de croissance et d’emplois, un État de droit juste et une meilleure gouvernance.

Pour réussir, ils doivent être considérés comme des éléments de progrès local, apportant des solutions aux défis quotidiens et aux aspirations mondiales.

En tirant les leçons de 15 ans de réalisation des OMD par plus de 50 gouvernements et parties prenantes, ainsi que de sa propre expérience dans 140 pays, le PNUD reconnaît que les objectifs mondiaux peuvent promouvoir les progrès de quatre façons différentes, au moins :

  1. en persuadant les décideurs de mener des politiques progressistes - La légitimité et la visibilité universelles des objectifs en font de précieux instruments de changement et de consensus national. Au Brésil et au Mexique, par exemple, les dirigeants ont ainsi réuni un vaste consensus et soutien politique pour éliminer la faim dans leurs pays, une fois pour toutes
  2. en attirant l’attention sur les défis auxquels sont confrontées les communautés pauvres et marginalisées - Le suivi des OMD au niveau local a permis de mettre en lumière les inégalités existantes au sein des pays et d’obtenir un appui en faveur des communautés exclues. Les données se transforment en actions : en Amérique latine, par exemple, elles se sont traduites par un soutien renouvelé et renforcé pour mettre fin à la marginalisation des peuples autochtones
  3. en responsabilisant les dirigeants - Parlementaires, groupes communautaires et organisations internationales ont appris à utiliser les OMD pour mettre en lumière les injustices, amplifier la voix des peuples vulnérables et exiger des mesures afin d’atteindre les objectifs en retard. Avec une référence commune, il est difficile de nier la nécessité d’ajuster les règles de la dette internationale pour par exemple permettre aux gouvernements de consacrer des fonds à la lutte contre le VIH/sida
  4. en incitant les acteurs à faire équipe - Au Kénya, par exemple, les fonctionnaires nationaux et la société civile ont fait équipe avec les organisations internationales et les défenseurs des droits pour lutter en faveur de l’élimination des frais de scolarité. Un changement politique qui a grandement accéléré l’inscription à l’école primaire dans toute l’Afrique sub-saharienne

Notre prochaine génération de champions des ODD doit promouvoir un message d’espoir : nous sommes tous gagnants lorsque les pays investissent dans leurs populations, font respecter les droits et coopèrent pour résoudre les problèmes. Si les objectifs mondiaux peuvent favoriser un progrès local qui améliore la vie de tous, il dépend de chacun de nous d’être à la hauteur de notre potentiel pour promouvoir un monde plus prospère, équitable et durable.

 

Agenda 2030 Efficacité de l'aide Développement durable Programme de développement pour l’après-2015 Coopération au développement Développement rural Blog

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe