Blog


Passation des marchés publics : pourquoi faut-il réformer ?

par

Les passations de marchés publics représentent plus de 30% du PIB dans les pays en développement et entre 10 et 15% dans les pays développés . Photo: PNUD

Des réformes de passation des marchés publics ont été mises en œuvre dans les années 90 en Afrique.  Elles visent à une plus grande efficacité, mais également à une responsabilisation et une intégrité accrues dans la gestion des ressources publiques, pour mieux contribuer au développement. 

Au cours de l’année dernière, la Côte d’Ivoire, l’Ouganda, la Somalie, le Malawi et le Zimbabwe en ont bénéficié dans le cadre de projets financés par la Banque mondiale et la Banque africaine de développement. La professionnalisation et le renforcement des mécanismes de passation de marchés nationaux sont nécessaires en vue d’atteindre les objectifs de bonne gouvernance et de prévention de la corruption.

Pourquoi les passations de marchés publics ?

Les passations de marchés publics ou l’achat de marchandises, de travaux ou de services par des institutions publiques représentent plus de 30% du PIB dans les pays en développement et entre 10 et 15% dans les pays développés. Cela représente une part significative des dépenses publiques, parfois plus de la moitié dans certains pays.  

Si l’obtention d’un contrat gouvernemental peut ouvrir des perspectives commerciales importantes, toutes les étapes du processus comportent des risques en termes d’intégrité, tels que les abus d’influence, les conflits d’intérêt et les escroqueries. Par conséquent, la transparence dans les appels d’offre et les contrats est indispensable pour assurer une utilisation efficace et responsable de l’argent des contribuables.

Les réformes de passation de marchés publics en Afrique

Depuis la conférence d’Abidjan en 1998, plusieurs projets de réforme de passation des marchés publics ont été menés sur le continent africain.

Toutefois, l’accès à l’information et le manque de moyens pour mener à bien des processus d’appels d’offre compliqués et coûteux sont des obstacles majeurs selon une étude menée en 2014 par le UN Development Business.

Des obstacles dont les marchés publics électroniques peuvent venir à bout,  en simplifiant les échanges d’informations et les transactions sur Internet et en facilitant un accès équitable aux soumissionnaires. La Mauritanie et l’Ouganda, entre autres, sont en train de mettre ces processus en œuvre dans leurs systèmes de passation de marchés nationaux.  

Les réformes de passations de marchés publics peuvent ouvrir la voie à une participation plus large  des personnes et des commerces aux contrats publics, ce qui est très prometteur en termes de confiance et d’investissements publics.

 

Doyeun Kim Blog Afrique Développement durable Financement du développement Efficacité de l'aide Initiative pour la transparence de l'aide Responsabilité Gouvernement ouvert Prestation de services publics