Blog


L’heure de la révolution climatique a sonné. L’Accord de Paris peut-il nous y conduire ?

par

undp-rbec-paris-agreementIl y a un an, contre toute attente, les délégués réunis à Paris ont approuvé un accord révolutionnaire d’action contre le réchauffement planétaire.

Il y a un an, contre toute attente, les délégués réunis à Paris ont approuvé un accord révolutionnaire d’action contre le réchauffement planétaire. En moins d’un an, 113 nations, représentant entre elles 75% de toutes les émissions de gaz à effet de serre, l’ont ratifié.

Cette année, à Marrakech, les responsables politiques ont commencé à le mettre en œuvre. Parmi les principaux résultats obtenus :

  • Les négociateurs ont commencé à rédiger les règles et procédures d’application de l’accord de Paris, ainsi qu’un plan de mise en œuvre d’ici à 2018.
  • Le Partenariat de Marrakech pour l’action climatique globale a été lancé. Il mettra en relation les villes, les gouvernements et la société civile - y compris les communautés autochtones - en vue de réduire les émissions et d’aider les sociétés à s’adapter. Quelque 10 000 acteurs concernés ont pris des engagements massifs, dont des entreprises privées comme IKEA, qui a annoncé un don d’un milliard d’euros pour aider les pays en développement à faire face aux changements climatiques.
  • Les pays en développement disposent désormais d’une feuille de route pour consacrer chaque année une somme de 100 milliards de dollars au financement de la lutte contre les changements climatiques, par le biais du Fonds pour l’environnement mondial et du Fonds vert pour le climat.
  • Il y aura désormais un seul mécanisme pour aider les pays en développement à mettre en place les accords institutionnels requis pour réduire rapidement les émissions de gaz à effet de serre et faire rapport sur leurs progrès.

Si je suis optimiste quant à l’engagement politique de nos responsables, il me faut cependant tirer la sonnette d’alarme.

Dans l’environnement politique actuel, si les Etats-Unis se retiraient par exemple de l’accord, la Chine - le plus gros émetteur de gaz à effet de serre actuel de la planète - pourrait leur emboîter le pas. Cela pourrait porter un coup dévastateur au processus dans son ensemble.

Le réchauffement climatique lui-même est en train de s’accélérer. 2016 est en passe de devenir l’année la plus chaude jamais répertoriée, les températures moyennes s’approchant déjà des 1,5 degrés au-dessus des niveaux préindustriels.

Nous devons nous assurer que les changements de gouvernements, les retards dans la législation, le manque de financement international et le recours à des technologies dépassées ne feront pas obstacle au progrès.

S’attaquer aux changements climatiques exige que chaque individu, foyer et communauté, et que chaque homme politique et chaque entreprise reste engagé. Voici quelques-uns des moyens pour ce faire :

  • Accélérer la transition vers les économies vertes. Les énergies propres peuvent prendre leur essor en l’espace de quelques mois. À titre d’exemple, entre 2013 et 2014, les investissements dans les énergies renouvelables ont augmenté de 40% en Chine. C’est la qualité de l’air catastrophique dans le pays qui a été l’un des principaux moteurs du boom actuel.
  • Changer les comportements. Les consommateurs ont de plus en plus de choix à leur disposition, depuis les produits cultivés localement jusqu’à la compensation des émissions de carbone. En outre, il fautmettre en place des habitudes positives, telles que les célèbres trois « R » : réduire, réutiliser et recycler.
  • Rechercher des financements novateurs. Pour atténuer les changements climatiques, il faudra beaucoup plus que des financements et des aides au développement gouvernementaux. Une solution passe par le financement participatif et par la création de coopératives susceptibles de contribuer à combler cet écart.
  • Maintenir l’élan politique. Les gouvernements doivent résister à la tentation du court terme. Il est important qu’ils construisent de larges coalitions pour faire face aux défis climatiques, en cohérence avec les objectifs de développement durable (ODD).

Nous avons enfin engagé des actions collectives importantes autour des changements climatiques. Si nous voulons préserver l’avenir de notre espèce, c’est le moment de se mobiliser pour une véritable avancée.

Changement climatique et réduction des risques de catastrophe Changement climatique Programme de développement pour l’après-2015 Développement durable Blog

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe