Blog


Mobilisons le secteur privé pour la promotion de l’égalité hommes-femmes

par

Les jeunes femmes et hommes ont quasiment le même niveau de formation lorsqu’ils font leur entrée dans la population active. Mais le monde du travail ne leur offre pas pour autant les mêmes opportunités.

À travers le monde, les jeunes femmes et hommes ont quasiment le même niveau de formation lorsqu’ils font leur entrée dans la population active.  Mais le monde du travail ne leur offre pas pour autant les mêmes opportunités.

Les femmes gagnent en moyenne 24 % de moins que les hommes. Au sein des 500 plus grandes entreprises de l'Indice S&P, les femmes n'occupent que 4,6 % des postes de PDG et 20 % d’entre elles siègent dans des conseils d'administration.  Des recherches indiquent pourtant que l'augmentation de la part des femmes dans les conseils d'administration contribue à de meilleurs résultats financiers et à de nombreuses initiatives de mécénat.

Dans les pays riches comme dans les pays pauvres, les femmes performent une plus grande part de travail non rémunéré – par exemple, s'occuper de jeunes enfants, de personnes âgées, de parents malades et/ou handicapés; mais aussi se procurer la nourriture et préparer les repas.  Ces tâches exigent non seulement un temps et une énergie considérables mais elles peuvent aussi empêcher les femmes de réaliser leurs aspirations et de contribuer leurs talents aux entreprises.

Le Rapport sur l'écart entre les sexes dans le monde 2016, publié par le Forum économique mondial (anglais), a exhorté les entreprises à « faire de l'égalité des sexes un atout essentiel et une obligation morale ». Il met en évidence des estimations récentes suggérant que la parité hommes-femmes dans le secteur économique pourrait accroître le PIB du Royaume-Uni de 240 milliards de dollars US, et respectivement de 1,201 milliard, 526 milliards et 285 milliards de dollars ceux des États-Unis, du Japon et de l'Allemagne.

Et réciproquement, l'inégalité de genre suppose des coûts très élevés. Selon le Rapport du PNUD sur le développement humain en Afrique 2016, les pertes économiques totales annuelles dues aux écarts entre les genres sur le marché du travail ont atteint en moyenne 95 milliards de dollars US en Afrique subsaharienne, depuis 2010, et elles pourraient avoir culminé à 105 milliards de dollars US en 2014, soit 6 pourcent du PIB de la région.  

Le PNUD favorise les partenariats public-privé pour combler les écarts entre les sexes dans le monde du travail.  Notre forum mondial, Business for Gender Equality:  Advancing the Sustainable Development Goals (« Le monde de l'entreprise en marche pour l'égalité hommes-femmes et la promotion des objectifs du développement durable ») co-organisé avec le Gouvernement du Panama réunit des chefs de gouvernements, des dirigeants d’entreprises, des personnalités du monde de la recherche et des leaders de syndicats d'Amérique latine, d'Afrique, d'Asie, d'Europe et des États-Unis pour échanger sur les bonnes pratiques, l'innovation et les obstacles persistants à l’égalité hommes-femmes au travail.

Le forum présente nos Gender Equality Seal Certification Programmes (« Programmes de certification de l'intégration du genre »), qui  consacrent les organisations des secteurs public et privé en adéquation avec les attentes les plus exigeantes de l'égalité des sexes dans les entreprises. Depuis le lancement de l'initiative en 2010, la certification a été octroyée à plus de 400 sociétés établies dans 12 pays d'Amérique latine, pour avoir:

  • comblé les écarts de rémunération hommes-femmes;
  • accordé plus de postes de cadre supérieur et intermédiaire aux femmes;
  • appliqué l'équilibre travail/vie de famille telles que le congé parental;
  • s’être attaquées au harcèlement sexuel au travail; et pour
  • avoir recruté et soutenu les femmes dans des domaines non-traditionnels.

Nous travaillons à l’élargissement de cet appui à l’échelle mondiale.

Sans surprise, les entreprises participantes d'Amérique latine ont constaté que les opportunités et l'égalité des chances au travail pour les employées s’avèrent aussi être une bonne chose pour leur rentabilité. En remédiant aux disparités entre hommes et femmes sur le marché du travail et en créant des environnements valorisants pour le travail et les apports des femmes, les entreprises sont devenues plus efficaces, elles jouissent d'une meilleure performance du personnel, de l'implication accrue des employés à l'égard de leur entreprise, et elles ont amélioré leur recrutement - sans compter le rayonnement dont elles ont bénéficié.

On ne saurait trop insister sur l'importance de la mobilisation du secteur privé pour faire progresser l'égalité des sexes. Le comportement du monde de l'entreprise et son action pour veiller à ce que hommes et femmes puissent apporter leur contribution et bénéficier à parts égales du travail, auront un impact majeur sur la réalisation des objectifs de développement durable.  En faisant de l'égalité hommes-femmes une pièce maîtresse de son fonctionnement, le secteur privé peut jouer un rôle moteur de progrès qui profite à tous.

Helen Clark Blog Égalité des sexes Autonomisation Moyens de subsistance Développement durable Efficacité de l'aide

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe