Blog


Accélérer la réalisation des OMD

par

une femme et un professionnel de la santéAu Népal, Radhika Mijay reçoit tous les mois des services de soin communautaires à domicile, qui fournissent des services de santé et de soutien en rapport avec le VIH. Photo : PNUD/GMB Akash

Dans cette série, experts du PNUD et praticiens partagent leurs expériences et points de vue sur leur travail avec les Objectifs du Millénaire pour le développement et la transition vers les nouveaux objectifs de développement durable.

Au début des années 2000, peu de temps après l’adoption des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) par les dirigeants mondiaux, je poursuivais des études de troisième cycle.

La question de savoir si le monde devait cesser de se concentrer exclusivement sur la croissance économique pour s’intéresser au développement humain et à l’obtention de résultats plus larges faisait l’objet d’âpres discussions.

Aujourd’hui il est clair que les OMD ont un impact beaucoup plus grand lorsque des facteurs tels que les moyens d’existence, la sécurité alimentaire, la santé, l’éducation, l’égalité et l’accès aux infrastructures et services de base sont traités de concert.

La cible relative à la pauvreté a été atteinte en 2010 – avec cinq ans d’avance sur le calendrier – et environ 700 millions de personnes sont sorties d’une pauvreté extrême. Des progrès importants ont également été enregistrés en ce qui concerne les taux d’inscription en primaire, l’accès à des sources d’eau améliorées, et la réduction de la mortalité infantile. Mais les progrès ont été très inégaux dans différents lieux et régions du monde.

Accélérer la progression vers la concrétisation des OMD a été au cœur de notre travail. Le Cadre d’accélération de la réalisation des OMD, une initiative à l’échelle du système des Nations Unies, a fourni aux acteurs nationaux une approche systématique pour identifier les blocages et retards. Ainsi, nous avons aidé environ 60 pays à mener des actions globales, concertées et ciblées pour accélérer les progrès vers la réalisation des OMD.

J’ai pu en faire le constat par moi-même en Afrique du Sud, où j’ai dirigé les activités de lutte contre la mortalité maternelle. Bien que le pays ait atteint de nombreuses cibles visées dans les OMD, le taux de mortalité maternelle y a augmenté considérablement après 1998, et a presque doublé pour atteindre 302 décès pour 100 000 naissances d’enfants vivants en 2009.

Si le VIH/sida et la tuberculose étaient partiellement responsables de cette augmentation, les croyances culturelles, la mauvaise qualité des services fournis et leur utilisation insuffisante, des horaires d’ouverture peu commodes et l’attitude du personnel de santé ont également été considérés comme des facteurs déterminants.

Nous avons constaté que presque toutes les solutions étaient abordables ou gratuites :

  • Travailler plus étroitement avec les communautés pour les sensibiliser à tous les services disponibles et dissiper les perceptions négatives
  • Faire évoluer les comportements du personnel de santé, en mettant l’accent sur la responsabilité
  • Renforcer la formation grâce à un mentorat et un appui constants
  • Assurer l’accès à un appui expérimenté et spécialisé, notamment en cas d’urgence

Ces interventions ont été facilement intégrées dans des plans de travail existants et le taux de mortalité maternelle se maintient désormais à environ 140 décès pour 100 000 naissances d’enfants vivants en Afrique du Sud.  

Cet exemple montre qu’il ne suffit pas de disposer d’importantes ressources financières pour régler des questions de développement spécifiques. Pour que personne ne soit laissé pour compte, il faut adopter une vision du développement qui tienne compte des facteurs sociaux, économiques et environnementaux. Nous devons miser sur la volonté politique, les capacités de développement et des solutions innovantes pour appliquer le nouveau Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Babatunde Omilola Renforcement des capacités Efficacité de l'aide Campagnes pour les OMD Séries de blog Agenda 2030 Développement durable

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe