Blog


Les océans sont inextricablement liés au développement humain

par et

Océan en NamibieLes océans sont intimement liés à notre santé, économie et bien-être sur terre. Photo: PNUD Namibie

Les océans recouvrent les trois quarts de notre planète bleue. Ils représentent 97 % de l’eau sur terre et 99 % des espaces de vie. Ils constituent la plus importante source de protéines pour quelque 2,6 milliards de personnes et une importante source d’emplois, de moyens de transport, d’énergie et de tourisme. Ils régulent des cycles climatiques cruciaux et produisent la moitié de l’oxygène sur Terre. Ils fournissent chaque année environ trois billions de dollars à l’économie mondiale avec des activités comme la pêche et l’aquaculture, l’extraction d’hydrocarbures et l’ « énergie bleue » renouvelable (éolienne, marémotrice, thermale ou biomasse).

Pourtant, en dépit des nombreux bénéfices que nous en tirons, 40% des océans sont « gravement affectés » par les activités humaines.

Quatre-vingts pour cent des stocks halieutiques sont pleinement exploités, voire surexploités. Des milliers d’espèces envahissantes parcourent le monde sur la coque des navires et causent des ravages dans leurs nouveaux écosystèmes. L’acidification des océans due aux émissions de carbone se poursuit à son rythme le plus rapide depuis 30 millions d’années, blanchissant les récifs de corail et menaçant la survie d’innombrables espèces tout au long de la chaîne alimentaire marine.

En dépit des nombreuses informations et technologies vertes dont nous disposons, nous continuons à traiter nos océans comme des poubelles. Quatre-vingt pour cent de la pollution marine provient d’activités terrestres. Les pesticides et les lisiers agricoles, les eaux municipales usées et les 8 à 20 millions de tonnes de plastique qui se déversent chaque année dans les océans contribuent tous à de désastreux impacts environnementaux, économiques et sociaux. Et le coût mondial approximatif de la dégradation des océans atteint chaque année plusieurs centaines de milliards de dollars.

Une coopération internationale est plus que jamais nécessaire pour les océans, et le nouveau programme de développement en tient compte. L’Objectif de développement durable (ODD) 14 vise à conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines, avec des cibles pour réduire la pollution, rétablir et protéger les écosystèmes et les stocks de poissons et renforcer la recherche scientifique sur les océans et le droit international de la mer.

Notre Programme pour la gouvernance des océans prône en priorité les actions suivantes :

  • Appuyer tous les pays et industries pour qu’ils s’engagent à arrêter l’expansion des espèces invasives et agissent en ce sens
  • Renforcer les mesures incitatives pour récupérer et réutiliser les nutriments de l’agriculture, des eaux usées et du secteur industriel
  • Récupérer et recycler les matières plastiques
  • Freiner et inverser l’acidification des océans en évaluant les émissions de carbone à leur juste prix et supprimer les subventions aux combustibles fossiles.

Aussi raisonnables qu’elles paraissent, certaines de ces solutions seront plus faciles à mettre en œuvre que d’autres. Notre relation aux océans est le produit d’un modèle économique dépassé, qui ne prend pas en compte leur valeur fondamentale. Si l’on peut polluer ou exploiter les océans sans avoir à en payer le prix, comment nous persuader de changer nos manières de faire, même si celles-ci nous nuisent à long terme ?

Changement climatique et réduction des risques de catastrophe Énergie Changement climatique Développement durable

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe