Blog


ODD : Faire le point sans tomber dans la stigmatisation

par

La méthodologie utilisée pour évaluer les progrès accomplis vers la réalisation des OMD a sous-estimé les performances relativement bonnes obtenues par les pays les moins avancés, notamment les pays de l’Afrique sub-saharienne. Photo : PNUD Burkina Faso

Lors du prochain sommet de l’ONU, les Etats Membres concluront un accord sur les objectifs de développement durable (ODD). Ensuite, il s'agira de suivre les progrès accomplis vers la réalisation de ces nouveaux objectifs et de leurs cibles. Les rapports d’activités élaborés à l’échelle régionale, nationale et mondiale vont se multiplier comme c'était le cas pour les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

Mais il convient de se souvenir que les rapports de suivi des OMD se sont souvent montrés critiques envers les pays participants:

Premièrement, les rapports ont stigmatise ceux qui faisaient part de progrès lents bien que positifs. Par exemple, lorsqu’un pays ne parvenait pas à atteindre un objectif, disons, lié à la mortalité infantile, il était considéré comme étant « à la traîne », « léthargique » ou « sur la mauvaise voie ».

Deuxièmement, les OMD étant fixés à l’échelle mondiale, les comparaisons entre pays pénalisaient sévèrement ceux qui partaient de niveaux très bas.    

Troisièmement, la méthodologie utilisée pour évaluer les progrès accomplis vers la réalisation des OMD sous-estimait les performances relativement bonnes obtenues par les pays les moins avancés, notamment les pays de l’Afrique sub-saharienne.    

Enfin, fixer des objectifs et cibles irréalistes, tout en s’attendant à ce qu’ils soient atteints de manière universelle, peut générer un pessimisme excessif à l’égard du développement.

Les ODD devront être évalués en fonction de l’engagement affiché par les pays, lequel doit être mesuré sur la base de leurs efforts pour accélérer les progrès, et non en fonction de l’atteinte de la cible. Les objectifs et cibles ne doivent être que des aspirations. Pourquoi ?

Parce que comparer les progrès des pays vers la réalisation des ODD sera défavorable à ceux dont le point de départ est particulièrement éloigné de la valeur de l’indicateur. Par exemple, pour « réduire au moins de moitié le nombre de personnes vivant dans la pauvreté » (Cible 1.2 ODD ) un pays dont 70 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté devra faire preuve d’un niveau de performance beaucoup plus élevé qu’un pays dont seulement 10 % de la population est initialement pauvre.

Des contraintes naturelles peuvent aussi compliquer la tâche consistant à améliorer les réalisations au-delà d'un certain seuil. Il peut être plus facile de réduire le taux de mortalité maternelle en le faisant passer de 300 à 200 décès pour 100 000 naissances que de le faire passer de 100 à 70 (Cible 3.1 ODD). Cela peut se comparer au problème du « dernier mille » car les 30 mères restantes peuvent être plus difficiles à atteindre que les 70 premières en raison de leur éloignement géographique ou de leurs pratiques culturelles.  

En conséquence, l’exercice d’évaluation des progrès enregistrés vers la réalisation des ODD doit:

1) reconnaître que les niveaux initiaux des cibles ne sont pas les mêmes dans tous les pays ;

2) tenir compte des efforts des pays car les cibles sont plus difficiles à atteindre lorsque l’indicateur de référence d’un pays se rapproche d’une valeur maximale ou minimale ; et

3) préférer les mesures de performance locales aux analyses mondiales ou régionales.  

Cette approche permet de ne pas considérer ces pays comme “défaillants”, au cas où ils ne parviendraient pas à atteindre les ODD d’ici à 2030.

Campagnes pour les OMD Agenda 2030 Blog Degol Hailu Développement durable Efficacité de l'aide Programme de développement pour l’après-2015 Séries de blog

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe