Blog


Le B.A-BA du jargon climatique : comment éviter l'indigestion

par

Femme au bord de l'eauUne femme a Odisha, en Inde, va chercher de l'eau. Ce sont les femmes qui ont été frappées le plus durement par les conditions climatiques extrêmes. Beaucoup d’entre elles doivent parcourir de longues distances à la recherche d'eau potable. Photo: Prashanth Vishwanathan/UNDP India.

Participez à ne serait-ce qu’une seule conversation sur le climat cette année, et vous entendrez une série d’acronymes tous plus déconcertants les uns que les autres : CPDN, PNA, MAAN, FVC, COP21. Vous ne serez d’ailleurs pas plus avancé s’ils sont écrits en toutes lettres : « Contributions prévues déterminées au niveau national », « 21e Conférence des Parties » - un vrai charabia !

Ce jargon, avant réservé aux rapports techniques, est de plus en plus fréquent dans les journaux, éditoriaux et médias sociaux. 

C’est regrettable. Si les gens se désintéressent d’une cause parce que nous n’en avons pas suffisamment expliqué ou démystifié la terminologie, il sera difficile d’obtenir l’appui du grand public pour les accords internationaux. 

J’en parle en connaissance de cause, comme nouveau-venu dans l’univers du changement climatique. J’ai dû  faire mes classes très rapidement et il m’est arrivé plus d’une fois de faire appel à Google pour comprendre un terme et son importance relative. Heureusement, j’ai des collègues patients et serviables.

Ce que j’ai appris ces derniers mois, c’est que chacun de ces termes représente un élément crucial de la lutte contre le changement climatique. Il suffit de les examiner d’un peu plus près pour comprendre les problèmes bien réels qu’ils recouvrent : 

COP21 – la 21e Conférence des parties

Également appelée Conférence de Paris sur les changements climatiques, elle est la dernière d’une série de conférences mondiales et devrait aboutir à un nouvel accord international sur le climat.

CPDN – Contributions prévues déterminées au niveau national

Ces « contributions », qui constituent l’un des éléments les plus importants de ce nouvel accord, définiront les mesures que chaque pays, développé ou en développement, entreprendra pour s’attaquer au changement climatique. Les États sont censés les soumettre avant le mois d’octobre et le PNUD collabore avec ses partenaires à préparer cet exercice.

MAAN – Mesures d’atténuation appropriées au niveau national 

Les MAAN sont les mesures que prend un pays pour réduire ses émissions. Il est très important que ces mesures tiennent compte du contexte national, car ce qui marche dans un pays ne fonctionne pas nécessairement dans un autre. Elles doivent donc être adaptées. Par exemple, le PNUD appuie les Philippines pour élaborer une MAAN visant à réduire les émissions de carbone dans le domaine de la riziculture. La culture du riz est une source de revenus essentielle pour le pays, mais c’est aussi une importante source d’émissions.

PNA – Plans nationaux d’adaptation

Le changement climatique est d’ores et déjà une réalité. Les PNA permettent à chaque pays de décider des mesures à prendre pour s’adapter aux impacts actuels ou prévisibles, en incluant de nouvelles technologies et en couvrant tous les secteurs possibles.  

FVC – Fonds vert pour le climat

Le FVC fournit des fonds aux pays en développement pour les aider à mettre en place des projets d’atténuation et d’adaptation. À l’heure actuelle, il comptabilise des engagements à hauteur de 10,3 milliards de dollars et pourrait bien devenir le fonds multilatéral le plus important en matière de changement climatique.

--

Il n’est pas étonnant que ce jargon se soit alourdi de nuances diplomatiques. C’est le sujet de préoccupation dominant de notre époque. Mais un problème de cette envergure réclame la participation de chacun. Il faut donc prendre le temps de l’expliquer en détail et s’assurer que le grand public comprend et soutient les enjeux sans faire une indigestion de terminologie.

 

Carl Mercer Changement climatique et réduction des risques de catastrophe Énergie Environnement Changement climatique Adaptation Développement durable

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe