Blog


Donnons une chance à la jeunesse malienne

par

Jeunes au Mali. Crédit: Harandane Dicko / PNUD au Mali

Le Mali est un parfait cas d’école de la relation existante entre jeunesse et stabilité. Le taux de fécondité du pays est le deuxième le plus élevé au monde après le Niger. Mais cette forte proportion de jeunes dans un pays qui génère peu d’emplois risque de devenir une bombe à retardement démographique plutôt qu’un moteur de croissance économique.

La crise qui a frappé le Mali en 2012 n’a fait qu’amplifier le problème, les groupes armés ayant trouvé un terreau fertile pour le recrutement en ce vaste réservoir de jeunes pauvres, désœuvrés, peu éduqués, facilement séduits par l’argent facile et les idéologies radicales. Le conflit a également nourri d’importants flux migratoires vers l’Afrique du Nord et l’Europe.

Aujourd’hui plus que jamais, les jeunes du pays ont besoin d’opportunités économiques et de solutions qui répondent à leurs besoins quotidiens. Pour accomplir cet objectif, il sera nécessaire de les soustraire au cercle vicieux du chômage, de la violence et de la pauvreté. Les jeunes maliens doivent également être entendus et doivent avoir un rôle à jouer dans les processus de prise de décision et de paix.

Dans ce but, le gouvernement et ses partenaires ont mis en place un vaste éventail de politiques d’emploi pour la jeunesse, ainsi que des programmes pour renforcer la cohésion sociale, réintégrer les personnes déplacées et mobiliser des volontaires internationaux.

Même si elles ont accompli beaucoup pour les jeunes ciblés, ces initiatives ne suffisent pas à définir une solution nationale complète pour la réintégration des jeunes et l’amélioration de leurs perspectives économiques.

En 2011, le taux de chômage évoluait autour de 15 % pour les 15-39 ans et des évaluations indépendantes suggèrent que ce taux pourrait s’élever à 50 % si le sous-emploi est pris en compte. En conséquence, dans un pays en proie au terrorisme, au crime organisé et aux clivages sociaux, de plus en plus de jeunes se tournent vers la violence et le radicalisme.

Il faut changer la manière dont nous abordons la question du développement de la jeunesse. Notre approche doit avoir une vision globale de l’intégration des jeunes dans l’économie et créer de nouvelles générations d’entrepreneurs, tout en leur donnant une voix politique et un sentiment de responsabilité au sein de leur communauté et de la nation au sens large.

Premièrement, nous devons stimuler l’éducation, la formation professionnelle et l’emploi tout en soutenant la diversification et la transformation de l’économie malienne. Cela nécessite un investissement dans des secteurs prometteurs tels que celui des technologies de l’information, et la création de centres d’apprentissage et de réseaux en étroite collaboration avec le secteur privé.

En second lieu, les jeunes maliens doivent avoir le sentiment que leurs goûts et leurs aspirations sont pris en compte dans les décisions importantes de leur pays. Les jeunes doivent être encouragés à voter et doivent avoir l’occasion de se présenter aux élections.  

Troisièmement, les jeunes maliens ont besoin d’avoir un sentiment de responsabilité. Cela peut aller de l’inclusion dans une communauté à une exposition plus poussée aux événements et défis mondiaux.

Les jeunes d’aujourd’hui ont besoin d’être accompagnés et encadrés dans la recherche de leur place dans la société. Cela contribuerait de manière significative à éliminer l’intolérance, le conflit et même le phénomène de radicalisation.

Il ne peut y avoir de paix, d’éradication de la pauvreté et de création d’une société plus prospère et ouverte au Mali sans les jeunes. Une approche efficace et durable doit inclure des mécanismes tels qu’un fonds fiduciaire pour les jeunes, de nouvelles voies de dialogue intergénérationnel et une vision plus mondiale de l’échange de savoir et d’expériences de développement. Si nous y parvenons, le Mali pourra s’engager avec grand succès sur la voie du développement.

Mali Afrique Jeunesse Gouvernance et consolidation de la paix Participation politique Jean-Luc Stalon

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe