Blog


Où sont les milliards nécessaires pour le nouveau programme de développement ?

par

Femme portant des panneaux solaires au HondurasLa part des femmes dans la population active est inférieure à celle des hommes pratiquement partout. Photo: PNUD au Honduras

Dans cette série, nos experts partagent leurs réflexions et leçons apprises sur le financement du développement, dans la perspective de la conférence de l'ONU à Addis-Abeba en juillet.

Alors que les dirigeants du monde se mobilisent en vue de l’adoption d’un nouvel ensemble d’Objectifs de développement durable en septembre, un autre débat agite la communauté internationale : comment financer ces nouveaux objectifs ? Selon un rapport publié par la Banque mondiale, le FMI et d’autres banques de développement multilatérales, le coût du nouveau programme de développement mondial s’élèvera à plusieurs milliards de dollars, et non à des millions.

Comment mobiliser ces milliards de dollars ? En éliminant la discrimination à l’égard des femmes.

Selon un rapport publié par ONU-Femmes (anglais), l’inégalité entre les hommes et les femmes engendre des coûts considérables, qui se manifestent par des taux de croissance économique inférieurs à ceux des économies et des sociétés utilisant pleinement leur population active.

Des études menées par le PNUD montrent que, rien qu’en Afrique, le fait de combler l’écart en ce qui concerne la participation effective des femmes à la vie active (c.-à-d. en corrigeant les disparités sur le plan de la formation et des compétences) générerait 255 milliards supplémentaires par an.

Rien qu’en Afrique subsaharienne, les bénéfices annuels s’élèveraient à 60 milliards de dollars par an – plus que les flux d’aide annuels. Si l’on extrapole à d’autres régions - qui ont des économies plus importantes, mais souvent des écarts semblables en ce qui concerne les disparités hommes-femmes sur le marché du travail – il n’est pas difficile de voir comment l’élimination des inégalités contribuerait aux milliards de dollars nécessaires.

La participation à la vie active n’est qu’une des manifestations de l’inégalité entre les sexes – il y a également la part considérable de travail non rémunéré généralement effectué par les femmes, les écarts de salaires inacceptables entre les hommes et les femmes, le manque d’accès à des apports économiques et au crédit, ainsi que d’autres barrières qui limitent la participation des femmes à l’économie.

Les arguments économiques ne sont pas la seule raison d’éliminer les inégalités entre les sexes – et ne sont peut-être pas les plus importants. Il est intrinsèquement injuste et inacceptable que des personnes soient en butte à des discriminations en raison de leur sexe. Mais il se trouve également que l’élimination des inégalités entre les sexes devrait contribuer dans une large mesure à trouver les trois milliards nécessaires pour mettre en œuvre le nouveau programme de développement.

En juillet, la communauté internationale se réunira à Addis-Abeba, en Éthiopie, à l’occasion de la troisième Conférence sur le financement du développement (anglais) en vue de mettre au point un cadre de financement pour le nouveau programme de développement durable. Des engagements concrets en vue de réduire et d’éliminer la discrimination à l’égard des femmes devront faire partie des débats. Le PNUD ne ménagera aucun effort pour veiller à ce que le cadre de financement soit aussi ambitieux que les objectifs eux-mêmes.

Financement du développement Égalité des sexes Croissance inclusive Développement durable Programme de développement pour l’après-2015

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe