Blog


Changements climatiques, paix et sécurité dans la région arabe

par

Une femme somalienne et un enfantDe 2006 à 2011, la région arabe a dû faire face aux pires épisodes de sécheresse jamais enregistrés, causant un déplacement de millions de personnes. Photo: Stuart Price/UN Photo

Parmi les différents facteurs de risque qui existent dans le monde d’aujourd’hui, deux prédominent : les changements climatiques et la nature changeante des conflits et de l’insécurité.

En tant que responsable des partenariats locaux mis en place par le PNUD dans la région arabe, j’ai pu constater par moi-même dans quelle mesure la convergence de ces 2 facteurs pouvait redéfinir les perspectives de développement. La région arabe vit actuellement l’une des périodes les plus dramatiques de son histoire, du fait de l’escalade du conflit, d’une hausse de 33 % du taux de pauvreté et de l’émergence de vingt millions de réfugiés et de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays. Par ailleurs, les régions qui font face à ces bouleversements comptent aussi parmi les régions du monde les plus exposées aux effets des changements climatiques.

De 2006 à 2011, la région arabe a dû faire face aux pires épisodes de sécheresse jamais enregistrés, ce qui a contribué aux famines, à la perte des moyens de subsistance pour une grande partie de la population et au déplacement de millions de personnes.

Alors que les décideurs politiques se préoccupent de l’avenir, il est essentiel d’élaborer des modèles de développement tenant davantage compte des risques. Trois questions en particulier exigent une action urgente :  

1. Les déplacements de population induits par le climat. Les pays concernés devront étendre l’adaptation de l’agriculture et des systèmes d’irrigation, les systèmes d’alerte rapide et l’utilisation de protections sociales comme des assurances et des allocations en espèces indexées sur le climat.  

2. La concurrence pour les ressources. Cela pourrait dans de nombreux contextes amplifier le risque de conflits, tels que des différends transfrontières au sujet de l’eau autour du bassin du Tigre-Euphrate, du bassin du Nil et de l’aquifère nubien. En raison de l’insécurité croissante, il est essentiel d’intégrer de façon systématique les mesures d’adaptation aux changements climatiques dans la mise en valeur des ressources hydriques, tout en adaptant les régimes de coopération transfrontière existants de façon à s’assurer qu’ils sont adaptés pour faire face à une période de dérèglement climatique.

3. Un relèvement adapté aux changements climatiques. Étant donné que le conflit dans la région dure depuis longtemps et n’est pas prêt de prendre fin, les mesures de relèvement rapide et de reconstruction devraient inclure des mesures d’adaptation au changement climatique. Cela pourrait être une excellente façon de conjuguer aide humanitaire et fonds destinés à lutter contre les changements climatiques.

Alors que nous nous efforçons d’apporter une aide à ceux qui en ont le plus besoin au Moyen-Orient, une approche plus globale est nécessaire pour prendre en compte le caractère multidimensionnel des risques auxquels les communautés sont exposées. La Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques qui se tiendra à Paris, en décembre, sera suivie en mai 2016 du premier Sommet mondial sur l’action humanitaire, qui se tiendra à Istanbul. La route qui mène de Paris à Istanbul est une occasion de repenser les moyens d’atteindre les objectifs fixés dans le domaine de l’action humanitaire et des changements climatiques.

Changement climatique et réduction des risques de catastrophe Résilience Réponse aux crises Environnement Changement climatique Eau potable et assainissement Développement durable Migration Pays arabes

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe