Blog


Réfugiés : et si le pire était encore à venir ?

par

des jeunes somaliensDes jeunes somaliens suivent des formations professionnelles et des programmes éducatifs à Burao, Somaliland. La population africaine étant en expansion, le nombre de personnes cherchant à fuir les pays en conflit comme la Somalie continuera d’augmenter. Photo : PNUD Somalie

Lorsque vous lirez les actualités concernant la Sicile, Calais ou la Grèce, j’espère que vous aurez une pensée pour Bashi*, un jeune Africain qui, comme beaucoup d’autres, vit actuellement dans un camp de migrants en Europe.

Je l’ai rencontré pour la première fois en 2011, au Kenya. C’était un jeune homme sûr de lui et éloquent.  Jamais je n’aurais imaginé qu’il rejoindrait ces cohortes de jeunes Africains qui se lancent dans des voyages périlleux avec l’espoir d’une nouvelle vie.

L'histoire de Bashi débute en Somalie. À l’âge de 14 ans, il traverse la frontière nord du Kenya afin d’échapper aux conflits, et arrive à Dadaab, l’un des plus grands camps de réfugiés du continent avec une population de plus de 350 000 habitants.

Au bout de quelques années, bravant à nouveau les dangers du voyage, Bashi se rend à Nairobi pour trouver du travail et s’éduquer. Comme la loi kenyane interdit aux réfugiés de quitter leur camp, Bashi se  « camoufle » dans la population majoritairement somalienne du quartier d’Eastleigh. La journée, il travaille comme serveur et la nuit, il étude, refusant la voie que lui imposent ses origines.

Lorsque je l’ai revu en 2014, Bashi était clairement inquiet pour son avenir. La situation avait évolué pour les Somaliens au Kenya depuis l’intensification des activités d’al-Shabaab. Il semblait plus réservé, même si son esprit d'entreprise demeurait intact.

Récemment, j'ai appris qu'il avait quitté le Kenya, après avoir économisé 4 500 dollars US pour son voyage. Il comptait aller en Suède, ayant entendu dire qu'il s'agissait d'un pays tolérant, riche en possibilités et où l’enseignement était ouvert à tous.

Le trajet de Bashi : du Kenya à l’Iran, puis de la Turquie à la Grèce, jusqu’à l’Autriche. Graphique : PNUD Afrique

À chaque étape de son périple, Bashi a été pris en charge par une série d’intermédiaires, pour la plupart des passeurs. Il a rencontré des Syriens, des Afghans, des Soudanais et des Érythréens, tous unis dans leur refus de voir leur existence dictée par les facteurs géographiques et les circonstances. 

Arrivé à Belgrade, Bashi s’est retrouvé à court d’argent. Alors qu’il était en chemin vers l’Allemagne, il a été envoyé dans un camp de transit à Salzbourg, où il se trouve encore à ce jour.

L’histoire de Bashi ressemble à celle des millions d’Européens qui ont migré vers les États-Unis au XIXsiècle. Comme les migrants d’aujourd’hui, ils fuyaient la pauvreté, les discriminations et les conflits.

Tous les Bashi du monde ne cherchent pas à profiter de l'État providence européen. Ils sont en quête de paix, de perspectives, d’un emploi et d’un système juridique garantissant une protection et l’égalité.

Les pays africains, quant à eux, doivent se demander pourquoi leur jeunesse se sent obligée de s'exiler. La priorité doit être donnée au renforcement de l'attractivité politique et économique du continent pour les jeunes.

Une autre mesure efficace consisterait à assouplir les restrictions imposées aux demandeurs d’asile et aux migrants économiques au sein du continent. L’Afrique abrite déjà la plus forte proportion de migrants africains, mais ces derniers rencontrent souvent des difficultés pour acquérir la nationalité de leur pays d'accueil ou pour obtenir le droit de travailler légalement.

Dans un monde de plus en plus inégalitaire et imprévisible, les déshérités refusent de souffrir en silence. Si la crise actuelle ne débouche pas sur une augmentation des investissements dans le développement ainsi que sur le renforcement de la prévention des conflits et de la solidarité mondiale, il faut s’attendre prochainement à un exode encore plus important.

*Bashi est un surnom très répandu enSomalie.

Mohamed Yahya Réponse aux crises Moyens de subsistance Rapport sur le développement humain Réduction de la pauvreté et des inégalités Migration Afrique Kenya Somalie

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe