Croissance sans résilience n’est que ruine de l’économie

26 avr. 2017 par Abdoulaye Mar Dieye, Sous-Secrétaire général des Nations Unies, Directeur du Bureau régional pour l’Afrique.

Les pays émergents, comme la Côte d’Ivoire, tutoient les 10% de croissance annuelle, après avoir diversifié leur économie.
Beaucoup de pays africains se sont engagés dans des programmes d’émergence à moyen ou long terme. J’en connais précisément 27 et, dans le cadre de la deuxième conférence d’Abidjan, nous avons ciblé un échantillon représentatif de la situation économique et géographique de l’Afrique pour creuser davantage la question. En examinant l’ensemble des 13 pays de l’échantillon, ce qui m’a le plus frappé c’est la typologie des chantiers d’émergence. J’en ai vu trois : Le premier type comprend des pays comme le Rwanda et la Côte d’Ivoire qui ont subi des chocs terribles dus à la guerre ou à l’instabilité politique et ont vu leur croissance économique chuter au plus bas mais qui, par la suite, ont repris une évolution rapide vers une croissance élevée. Derrière cette reprise rapide, des capacités de production excédentaires qui n’ont pas été détruites, et des pays qui ont investi sur l’augmentation de leur productivité et le renforcement de la résilience de leurs institutions. Le deuxième type, ce sont des pays comme le Sénégal, le Gabon et le Kenya, qui ont mis l’accélérateur sur les réformes structurelles. … Voir

Votre entreprise est-elle prête à s'engager pour les ODD ?

19 avr. 2017 par Sahba Sobhani, Conseiller au programme Secteur privé du PNUD et Robert de Jongh, Spécialiste en finances sociales chez Deloitte Consulting.

Depuis 50 ans, le PNUD travaille en collaboration avec le secteur privé afin de créer des emplois, établir des chaînes de valeur et construire des infrastructures. Photo : BUTGEM.
L'engagement en faveur des ODD peut s’apparenter à un concept déjà-vu et et qui a fait ses preuves depuis une décennie : celui des entreprises inclusives. Un nouveau rapport permet aux entreprises de déterminer dans quelle mesure elles sont disposées à l'intégrer. Les temps sont troubles. La promesse de la mondialisation est de plus en plus éclipsée par l'incertitude politique et la montée du nationalisme et du protectionnisme. À écouter les travailleurs déclassés par l'automatisation ou les communautés qui ressentent les pressions engendrées par les disparités de revenus et de capital politique, le monde commence à admettre que les coûts et conséquences néfastes de la globalisation pourraient, dans certains cas, l'emporter sur ses avantages. … Voir

Comment susciter l’esprit d'entreprise en zone de conflit

12 avr. 2017 par Jan Thomas Hiemstra, Directeur pays, PNUD en Ukraine et Sofiya Oshchebska, Coordonnatrice nationale, Crowdfunding Academy, PNUD Ukraine.

A 71 ans, Pavlo, forgeron originaire de Luhansk, a ouvert son atelier dans la région de Kharkiv. Photo : PNUD en Ukraine
Le conflit armé dans l'est de l'Ukraine a non seulement perturbé la vie quotidienne dans les régions de Donetsk et de Luhansk, mais également provoqué un chômage effarant. Sur les 23 grandes entreprises de la région de Luhansk, 19 ont actuellement arrêté leurs activités, tandis que la moitié des entreprises de la région de Donetsk a perdu quelque 950 000 emplois. Si promouvoir l'emploi représente un défi même dans des circonstances plus favorables, que dire dans des situations de conflit ? Comment parler des avantages de l'entrepreneuriat à des personnes qui ont tout perdu et qui, après avoir été déplacées, tentent simplement de trouver leur place dans une nouvelle communauté ? … Voir

Pour lutter contre le virus Zika, il faut aussi lutter contre la pauvreté et les inégalités

06 avr. 2017 par Magdy Martínez-Solimán, Directeur du Bureau des politiques et de l’appui aux programmes et Jessica Faieta, Directrice régionale du PNUD pour l'Amérique latine et les Caraïbes.

Au-delà du coût économique, le virus Zika peut aggraver les inégalités de genre et d'accès à la santé. Photo: UNICEF
Marta et João vivent dans une petite ville de l’état de Paraiba au Brésil. Alors qu’elle était enceinte de son cinquième enfant, Marta a manifesté les symptômes du virus Zika. Aujourd’hui âgé de quelques mois, Luiz nécessite une surveillance constante, et il n’est pas certain qu’à l’avenir il puisse marcher ni même parler. Les problèmes du couple sont aggravés par des difficultés financières et malheureusement, ce combat n’est pas exceptionnel. Les foyers pauvres sont les plus susceptibles d’être exposés au virus et les moins bien armés pour faire face aux conséquences de la maladie. Trois scénarios avec différents taux d’infection au virus ont été envisagés pour définir le coût à court et long termes de l’épidémie de Zika – notamment le coût du diagnostic et des soins de santé, la perte de revenus liés au tourisme, la baisse de productivité entraînée par l’absentéisme du personnel soignant, et le coût du handicap à long terme. Dans le meilleur des scénarios, on estime que le coût de l’épidémie actuelle de Zika s’élèverait à 7 milliards de dollars US sur trois ans, et ce chiffre pourrait atteindre 18 milliards dans le pire des scénarios. On estime à environ 1 milliard de dollars le coût supplémentaire qu’entraînerait une augmentation de cinq pour cent du nombre de personnes infectées … Voir

La conférence pour la Syrie doit changer la donne

03 avr. 2017 par Moises Venancio, Conseiller, Bureau régional du PNUD pour les États arabes

Photo: UNHCR/ A. McConnell
En 2016, la conférence des donateurs pour la Syrie organisée à Londres avait dépassé les attentes en obtenant plus de 10 milliards de dollars de promesses de contributions, pour remédier à l'une des crises les plus importantes et plus longues de mémoire moderne. "Jamais la communauté internationale n'a recueilli autant d'argent en une seule journée pour une seule crise", a observé le Secrétaire général de l'ONU. Cette conférence soulignait déjà l’importance d’intégrer réponse humanitaire d’urgence avec approches de développement à plus long terme pour soutenir les Syriens et les communautés qui les accueillent dans les pays voisins. De manière significative, cette nouvelle approche se concentre sur l'éducation et les moyens de subsistance pour stimuler les emplois pour les réfugiés syriens, aussi bien dans le pays que dans les communautés hôtes. Pourtant, le financement disponible à ce jour reste limité. … Voir