Procédures Opérationnelles Standard (POS) en matière de Violences Basées sur le Genre (VBG) au Sénégal

19 sept. 2013

Allocution de
Madame Bintou DJIBO
Représentant Résident du PNUD et
Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies au Sénégal


Excellence, Mme le Premier Ministre,
Mr le Ministre des Forces Armées,
Mme la Ministre de la Santé et de l’Action Sociale,
Mr le Ministre de la Justice,
Monsieur le Ministre de l’Intérieur,
Mme la Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance,
Mesdames et messieurs les Parlementaires
Mesdames et messieurs les chefs de missions diplomatiques
Mesdames et messieurs les chefs d’agences des Nations Unies
Mesdames et messieurs les Représentants des organisations de la société civile
Chers collègues du Système des nations unies
Distingués invités, Mesdames et Messieurs,
Je voudrais à l’entame de mon propos vous adresser nos vives félicitations   pour votre nomination à la tête du gouvernement. Vous comprendrez, madame le Premier ministre,  comme nous sommes animés par un sentiment de fierté, en tant que femme. Nous sommes convaincus que votre expérience et engagement seront un atout pour relever les défis de développement du Sénégal.
Je me réjouis de l’excellent partenariat qui a toujours prévalu entre le Sénégal et le  Système des Nations Unies.  Je puis vous assurer que nous ne ménagerons aucun effort pour accompagner les efforts du gouvernement afin de contribuer au bien-être des populations.

Mesdames et messieurs

La présente rencontre qui nous réunit d’aujourd’hui intervient au moment où le Président de la République, a été choisi par le Secrétaire Général de l’organisation des Nations Unies Ban Ki Moon, pour parrainer le Programme de l’ONU de lutte contre les violences faites aux femmes.
Cette distinction qui a été consacrée au chef de l’Etat, constitue une reconnaissance de son leadership et une dividende de la démocratie au Sénégal. Cette nomination va également permettre au chef de l’Etat, de porter ce combat au niveau de ses pairs afin de promouvoir les droits humains et la dignité humaine notamment celle des femmes.
Distingues invités ;
L’outil qui a été développé, axé sur l’élaboration des « Procédures Opérationnelles Standards » en matière de Prévention et de Prise en charge des violences faites aux femmes, a le mérite de faire non seulement le bilan des services existants pour prendre en charge les victimes (santé, justice) mais aussi d’Identifier les lacunes et les défis à relever pour une prise en charge effective et optimale des Violences Basées sur le Genre. C’est un outil de plaidoyer qui vient renforcer l’initiative de la parité qui est une réalité au Senegal.
 Les Procédures Opérationnelles Standards constituent également un pas vers la mise en conformité du Sénégal avec ses engagements internationaux et l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le développement.
C’est la raison pour laquelle je tiens à féliciter  le  gouvernement du Senegal,  les organisations de la société civile, l’ensemble des  acteurs dont l’engagement a contribué à l’avènement de   ce projet.

Madame  Le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les Ministres,

La mise à disposition de « Procédures Opérationnelles Standards » intervient dans un contexte politique favorable à l’éradication des Violences Basées sur le Genre.
En effet, il me plait de noter toutes les mesures volontaristes prises par le Sénégal en faveur de l’équité de genre: loi sur la parité, ratification des accords internationaux et transposition en droit interne. Je peux citer comme exemple le  Protocole de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples relatif aux Droits de la Femme ; la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité de l’ONU.
Votre présence parmi nous traduit l’importance que le gouvernement attache à la gestion rationnelle  de la problématique des violences basées sur le genre. Nous apprécions à sa juste valeur votre  engagement sans faille  à trouver des solutions idoines et coordonnées justifiant  la présence de cinq (5) ministres chacun constituant un maillon important dans la chaine.
Vous conviendrez en effet avec nous que malgré tous les progrès enregistrés dans la  prise en charge,  le niveau de  violence basée sur le genre demeure préoccupant à cause surtout d’un manque de coordination dans les réponses.
Ce souci est d’autant plus justifié qu’on note encore quelques Obstacles à la  prise en charge optimale  des victimes: il s’agit entre autres :
-    de la problématique du Tabou social ;
-    de la problématique de la marginalisation et du défi de la réinsertion sociale des victimes ;
-    de la prise en charge psychologique ;
-    des disparités géographiques et économiques dans l’accès aux services de santé et de justice.
-    et enfin des cas qui échappent souvent à la justice.
Je ne reviendrais pas sur les statistiques déjà relevées par ma collègue d’ONUFEMMES.

 Face à ce défi de coordination, vous apportez une approche holistique et multisectorielle en invitant les ministres impliqués, que je félicite au passage pour leur engagement à rétablir la justice sociale.

 Mesdames et Messieurs,
 
Je suis convaincue que le leadership du Sénégal sur ces questions va contribuer résolument à changer les comportements et renforcer le système de prise en charge des victimes dans la sous-région.
Je puis vous assurer que  le système des Nations Unies notamment ONU Femmes, Unicef, HCDH, UNFPA ne ménageront aucun effort pour vous accompagner à réussir le pari de l’éradication des violences faites aux femmes et basées sur le genre.

Je vous remercie pour votre aimable attention.