Linguère : L’espoir renaît chez les personnes vivant avec le VIH


Unite laitiere de l'association - Credit photo : PNUD Senegal - Djibril SY

Pour éviter aux personnes vivant avec le VIH (PVVIH) de basculer dans une extrême précarité qui dégraderait davantage leur santé, le PNUD, à travers le Programme de réduction de la Pauvreté (PRP), a mis en place une ligne de crédit revolving de 5 000 000 F Cfa pour le financement des micros projets productifs de l’Association « FeedéDaminaaré »  de Linguère.

A retenir

  • Mise en place d’une ligne de crédit revolving de 5 000 000 F Cfa du PNUD pour le financement des micros projets productifs, à travers à travers le Programme de réduction de la Pauvreté (PRP) ;
  • Les membres de « FeedéDaminaaré » produisent et commercialisent du lait pasteurisé ensaché, de l’huile de palme, du beurre de vache et de s’adonner à l’élevage de petit ruminant et à la production du poisson séché.
  • Les PVVIH de Linguère membres de l’association produisent 40 litres par jour de lait en période de saison sèche contre 150 litres en période hivernale ; le capital en caisse de l’Association a accru de 850 000 F Cfa (1700$) entre 2011 et 2012

Créée en 2006, l’Association « FeedéDaminaaré » regroupe 77 personnes vivant avec le VIH/SIDA dont 62 femmes. Elle intervient dans le département de Linguère, présumé être un lit de propagation du VIH avec 89 nouveaux cas décelés en 2009 par le centre de santé départemental. Le contexte local a favorisé le développement des maladies sexuellement transmissibles avec  un taux de pauvreté de 66,8 % soutenu par un faible taux d’alphabétisation des populations qui se situe aux environs de 35 %. Pour l’essentiel, l’Association « FeedéDaminaaré » est composée de femmes et de jeunes filles vivant avec le VIH dans cette localité agrosylvo-pastorale située au centre du Sénégal où les hommes sont pour la plupart en exode avec leur troupeau,  durant la période sèche de l’année.

 

Dans son combat quotidien d’améliorer les conditions d’existence de ses membres, « FeedéDaminaaré » est accompagnée par l’Eglise Evangélique Luthérienne du Sénégal (EELS) qui offre aux PVVIH un cadre d’expression au travers des groupes de paroles qu’elle organise et apporte un appui dans la prise en charge médicale de la maladie. La modicité de ses moyens ne permettra pas, toutefois, à l’Eglise d’assurer un service minimum à l’association dont une bonne partie des membres démotivés s’étaient résignés à la mort dans la souffrance et l’amertume. Le déficit de prise en charge a ainsi accéléré la dégradation de la santé des PVVIH qui  n’arrivaient plus à manger cinq fois par jour, à assurer les dépenses de transport pour la prise des ARV (Anti rétro viraux) et couvrir les besoins primaires de survie de leurs enfants.

Pour atténuer les risques de basculement irréversible des PVVIH dans une extrême précarité qui accentuerait davantage les effets du virus sur les personnes porteuses, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), à travers le Programme de réduction de la Pauvreté (PRP) a mis en place une ligne de crédit revolving de 5 000 000 F Cfa (10000$) pour le financement des micros projets productifs de l’Association FeedéDaminaaré. En partenariat avec EELS et les Services en charge du Développement Social, le programme a appuyé le renforcement des capacités organisationnelles de l’Association et la formation des PVVIH promotrices en gestion financière et administrative. Les facilités d’accès au capital d’investissement et le développement des compétences ont permis à l’Association de réaliser 27 activités génératrices de revenus toutes interconnectées et permettent, aujourd’hui, à ses membres de produire et de commercialiser du lait pasteurisé ensaché, de l’huile de palme, du beure de vache et de s’adonner à l’élevage de petit ruminant et à la production du poisson séché.

Grâce au financement du PRP/PNUD, les PVVIH de Linguère produisent 40 litres par jour de lait en période de saison sèche contre 150 litres en période hivernale ; le capital en caisse de l’Association a accru de 850 000 F Cfa entre 2011 et 2012 et les recettes journalières sont estimées en moyenne à 24 000 F Cfa. L’appui du programme a contribué à améliorer significativement la nutrition des porteuses du virus du SIDA et renforcer la participation des PVVIH aux activités (animation groupes de parole, suivi pondérale, etc.) de l’Eglise Evangélique du Sénégal.

Les PVVIH de FeedéDaminaaré prennent désormais régulièrement leurs ARV et vivent positivement la maladie du SIDA. Les changements induits par l’intervention du PRP/PNUD sont vécus en ces termes par la présidente de l’Association : « avant, je me disais chaque jour à mon réveil : aujourd’hui, je vais mourir. Je ne faisais rien et j’étais tellement découragée. Je n’avais plus d’espoir que je pouvais vivre encore longtemps. Maintenant, j’ai une activité économique grâce à laquelle je ne pense plus à la mort ; je participe aux activités communautaires et je suis en mesure de subvenir à mes besoins ».

Cette expérience du PRP/PNUD nous apprend que les microprojets productifs sont fortement contributifs à une bonne prise en charge intégrée et psycho sociale des personnes séropositives. Elle doit sa réussite à l’implication de l’Eglise Evangélique du Sénégal dans la gestion de la confidentialité et la prise en compte de la sensibilité de la question du VIH qui reste un paramètre important dans les communautés locales. Il ressort également de cette expérience une nécessaire adaptation des schémas de financement des initiatives des groupes stigmatisés en vue d’encourager davantage leur participation au développement économique local. Aussi, des ressources plus substantielles doivent être mobilisées pour renforcer le pouvoir économique des personnes vulnérables aux fins de préserver la dignité humaine et la justice sociale.