Plateformes Multifonctionnelles pour la Lutte Contre la Pauvreté

Objectifs


Modules de Plateformes Multifonctionnelles - CREDIT PHOTO : PNUD SENEGAL - Djibril SY

Améliorer les conditions de vie des populations en milieu rural par un accroissement de l’accès aux services énergétiques de base   

Contexte et résultats attendus

Le Programme national plateformes multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté, en abrégé « PN-PTFM », est une initiative du Gouvernement Sénégalais, soutenue par le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD).

Il fait suite à une phase pilote qui a duré de 2002 à 2005, suivie d’une autre phase dite de consolidation (2005-2007) ayant permis la préparation et la mise en place de la présente phase nationale en cours sur l’horizon temporel de 2008-2014.

Outre le fait d’être un des moyens de réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), le PN-PTFM fait partie des principaux instruments de mise en oeuvre de la Politique de redéploiement industriel (PRI), notamment dans sa composante »Développement endogène pour « la promotion des Pôles locaux de Développement » en lien avec la lutte contre la pauvreté en milieu rural. Il s’inscrit dans le DPES, particulièrement en ses axes stratégiques 1 et 2 à savoir :

 Axe 1 :«Création de richesses pour une croissance pro pauvre tirée par la promotion d’applications productives basées sur la disponibilité de services énergétiques locaux, au sein des communautés rurales pauvres (sécurité, disponibilité et durabilité de services énergétiques abordables) »  et,

Axe 2 :«Accélération de la promotion de l’accès aux services sociaux de base (amélioration de l’accès et effet multiplicateur sur les infrastructures de base à caractère prioritaire -« SSB »- : santé, éducation, hydraulique, etc.).».

Ainsi, la force motrice fournie par la PTFM, au-delà de l’allègement de la pénibilité des travaux, constitue une source d’énergie considérée comme un support précieux aux activités de création de richesses et d’accélérateur de l’accès aux services sociaux de base, avec un effet multiplicateur sur les infrastructures communautaires à caractère prioritaire (santé, école, hydraulique, éclairage)….

Le PN-PTFM est au cœur des politiques locales de développement socio économique. Il s’intègre pleinement dans chacun des deux axes du DSRP ci-dessus mentionné, dans la mesure où chacun de ces axes est porté aussi bien par la Politique de Redéploiement Industriel (PRI) dont il est l’un des instruments de mise en œuvre, Ainsi, le PN-PTFM va significativement contribuer à la création de richesses pour une croissance pro pauvre en stimulant le développement de l’entreprenariat (petites et micro-entreprises) en milieu rural.

Le Programme National s’appuie sur  les communautés rurales comme porte d’accès aux communautés bénéficiaires. Les exécutifs locaux lui aménagent ainsi des fenêtres dans leurs outils de planification (PLD), ce qui leur donne le cadre légal pour aider les bénéficiaires dans la mobilisation des contreparties préalables à l’implantation des plateformes.

Résultats escomptés



  • Une capacité institutionnelle disponible pour piloter l’implantation de PTFM fonctionnelles en milieu rural ;
  • Un accès accru et réel aux services sociaux de base en milieu rural grâce à la fourniture, par la PTFM, de services énergétiques ;
  • Un développement de l’entreprenariat local et des activités économiques grâce à la fourniture de services énergétiques par la PTFM ;
  • Une rentabilité et une pérennité des PTFM renforcées.

Principaux résultats atteints à ce jour

  • Cinq cent cinquante sept (557) requêtes enregistrées;
  • Quatre cents (400) EFP réalisées;
  • Trois cent soixante sept dont trois cent vingt cinq (325) PTFM installées et quarante deux (42) en cours de finalisation; 
  • Une (01) unité de production d’huile de Pourghère fonctionnelles et sept (07) en cours;
  • Huit (08) options technologiques de PTFM expérimentées pour la valorisation de la production locale (décorticage de fonio, production d’aliment de volaille, production de jus de fruits, etc.)
  • Trois cent cinquante neuf (359) Comités Féminins de Gestion (CFG) installés et opérationnels;
  • Trois mille huit cent soixante dix (3870) femmes, membres des Groupements de Promotion féminine (GPF) formées dans les techniques de gestion des PTFM;
  • Cinq cent quarante (540) meuniers formés;
  • 18 mécaniciens,37 électriciens,42 soudeurs formés;
  • Quinze (15) Groupements d’Affaires (GA) des propriétaires de PTFM formés et opérationnels;
  • Cent quatre vingt (180) membres des bureaux des GA formés dans les techniques de gestion des Organisations Communautaires de Base (gestion administrative, socio-organisationnelle, technique, économique/financière);
  • Quarante cinq (45) animateurs relais formés, opérationnels assurant un appui-conseil de proximité, de collecte des données des PTFM et de facilitation aux femmes dont la plupart sont analphabètes;
  • Mille deux cent quatre vingt dix (1290) tonnes de céréales (toutes spéculations confondues);
  • Trente deux millions deux cent cinquante mille (32 250 000) FCFA de recettes brutes générées par les PTFM en 2012
  • Trois  (O3) périmètres maraîchers aménagés Batamar Ndiomdy Ndondol Codou.
  • Cinquante cinq  (55) MPE créées transformant céréales, arachides, noix de cajou, fruits et légumes
  • Huit (08) entreprises de Transformation Agro-alimentaires (ETAAL) en phase de création dont  trois (03) financées par la fondation Gates et quatre (04) dans le cadre du financement NEPAD/Fonds espagnols pour professionnaliser les activités;
  • Une (01) Centrale de Commercialisation (CENCOM) mise en place à Tambacounda au profit du GA APAM et quatre (04) en vue dans les autres zones d’intervention ;
  • Seize (16) Autorisations fra obtenues et des marques commerciales créées ;
  • Trois (03) espaces Micro et Petites Entreprises (E.MPE), crées à Thiokhol, Néttéboulou, Mboudaye Sérère ;
  • Cinquante sept (57) Bancs Villageois (BV), caisse d’épargne et de crédits villageois autogérée par les femmes avec l’appui de CAURIE MF :

o   Deux mille quatre cent cinquante neuf (2459) bénéficiaires de crédit

o   Encours crédits: 166 489 000 FCFA

o   Encours épargne: 80 259 600 FCFA

o   Dividendes distribuées: 12 987 600 FCFA

o   Montant des crédits cumulés: 586 620 000 FCFA

Prochaines étapes

Les perspectives nouvelles qui s’ouvrent pour les femmes, et par ricochet pour les hommes aussi, ont trait à des activités économiques rémunératrices. Certaines peuvent entreprendre des exploitations s’appuyant sur les cadres d’échanges privilégiés que constituent les marchés hebdomadaires. Sorties ainsi du confinement à domicile du fait des travaux domestiques, les femmes peuvent mieux se retrouver entre elles, s’organiser et développer leur capacité de négociation vis-à-vis des partenaires externes : les mutuelles pour se financer, les fournisseurs et les clients lorsqu’elles sont engagées dans des activités de production.

C’est dans cette optique que le Gouvernement du Sénégal envisage de mettre en place un programme d’extension portant sur sept cents (700) Plateformes à l’horizon 2014-2017 qui bénéficiera des expériences tirées de la phase actuelle notamment en ses volets création de richesses pour la promotion de l’emploi en milieu rural.

Défis et opportunité

Défis

La promotion d’activités économiques autour de la plateforme  s’inscrit dans un processus assez long qui doit s’appuyer à la fois sur la nécessité d’assurer la pérennisation de l’outil et la création d’emplois. En réalité, dans quelques sites, des plateformes rencontrent des problèmes de rentabilité. Les immobilisations assez prolongées gênent la consolidation de leur chiffre d’affaires. Certaines connaissent des problèmes de marché.

Les défis majeurs à relever résident dans la prise en charge de ces impondérables et de leur trouver des solutions définitives à travers l’adoption et le développement de dispositifs d’habilitation de l’environnement de type espaces MPE, Entreprise de Transformation Agro-alimentaire (ETAAL), des centrales de Commercialisation (CENCOM) et Groupements d’Affaires (GA-PTFM) doivent être consolidées pour accompagner dûment les unités de production concernées.

Opportunités

Le programme a rencontré à la base un grand engouement auprès des populations rurales qui y adhèrent fortement. Elles sont associées à toutes les étapes d’acquisition, s’organisent et améliorent leur cadre organisationnel en consolidant les organisations primaires qu’elles avaient jusque-là ;

La mobilisation de leur contrepartie sous forme de mise à disposition d’un abri pour les équipements, est la marque la plus emblématique de cet engagement militant pour soi-même ;

Elles se cotisent, puisent dans les caisses des associations constituées, sollicitent leurs diasporas et, in fine, parviennent à construire des édifices parfois d’une grande envergure. Le programme a pu, sans conteste, s’appuyer sur une bonne appropriation à la base, de la part de ses bénéficiaires, les femmes et leurs organisations, en particulier ;

La stratégie du programme basée sur la transversalité technique de la plateforme pour préconiser des partenariats de diffusion avec d’autres programmes sectoriels comme le PNDL, le PEPAM et l’ASER pourrait générer des résultats très satisfaisants ;

La volonté du PN-PTFM de faire émerger autour des plateformes de réelles dynamiques de développement local, génératrices de revenus et d’emplois. En effet, l’insertion du programme dans la Politique de Redéploiement Industrielle, dont elle sert la « Composante Développement endogène », participe à la création d’un environnement d’affaires propice à des dynamiques de micro entreprenariat ;

Le projet en bref
Numéro de projet
00062181
Période
17/08/ 2008 au 30/06/2014
Budget annuel
Environ 1 000 000 000 FCFA/an
Coût total Programme
5.000.000.000 FCFA
Partenaires à l’œuvre
-Ministère en charge de l’Industrie, -Ministère de l’Economie et des Finances
Bailleurs de fonds
-Etat du Sénégal -Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) -Fondation Bill et Melinda GATES -NEPAD/Fonds espagnols pour l’autonomisation des femmes -Bénéficiaires
Localisation
- zone Sud Est : régions de Kolda et de Sédhiou, - zone Est : régions de Tambacounda et de Kédougou, - zone Centre : régions de Kaolack, de Diourbel, de Fatick et de Kaffrine, - zone Centre Ouest : régions de Thiès et de Louga, - zone Nord : régions de Saint Louis et de Matam, - zone Sud Ouest : région de Ziguinchor.
Chef de projet (Coordonnateur national)
M. Auguste Charles TURPIN
Chargé de programme
Mme Marième LEYE/LO
Contacts
Programme National PTFM Route de Dakar, quartier Boustane KAOLACK Tél : 33 941 60 75/Fax : 33 941 60 74 Email : pnptfmad@yahoo.fr