Le PNUD, le Gouvernement et leurs partenaires valident les résultats des programmes Gouvernance et Pauvreté 2013

10 déc. 2013

Kinshasa, 10 décembre 2013: Le Comité de pilotage réunissant le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), les ministères et institutions nationales pertinentes, les chefs de coopération, les ONG et partenaires de la société civile passent au crible les résultats des Programmes PNUD « Gouvernance » et « Pauvreté », réalisés en 2013. Quatre objectifs majeurs  sont visés : avoir une vision globale des résultats du PNUD ; améliorer la responsabilisation du PNUD RDC vis-à-vis des donateurs et des parties prenantes; renforcer une prise de décision et une planification plus systématiquement axées sur les résultats ; améliorer la mise en œuvre du CPAP (Cadre du Plan d’Action du Programme pays) et de l’UNDAF (Cadre d’Assistance au développement de l’ONU).

Le PNUD a l’obligation de procéder au  suivi et à l’évaluation des résultats (effets et produits) auxquels il contribue, quel que soit leur budget ou leur  durée. Ceci, afin de garantir des résultats de développement de qualité, fondés sur des preuves crédibles dans le cadre du CPAP.  

 Ainsi en ce qui concerne la Gouvernance, l’effet 53 qui s’intitule « le cadre institutionnel et les structures citoyennes sont renforcés en vue d’assurer la promotion des droits humains  et le développement en RDC » sera l’un des thèmes de discussion des partenaires du Comité de pilotage. En effet, ils  étudieront ce qui a changé dans le pays sous cet effet (sur les plans politique, sécuritaire, décentralisation et judiciaire) ; la valeur ajoutée du PNUD dans sa contribution à ce changement ;  l’impact sur l’égalité du Genre et le statut des femmes en RDC ;  les produits clés du PNUD réalisés en 2013 (au niveau de la législation, des unités de police, de la chaîne pénale –police-Cours-tribunaux-prison ; du changement en matière de politique, de décentralisation, de transparence, de redevabilité, de reddition des comptes, etc.

En ce qui concerne la Pauvreté, l’effet 54 qui s’intitule «  les institutions publiques mettent en œuvre efficacement des politiques et des programmes concertés d’appui aux acteurs clés œuvrant dans les secteurs porteurs susceptibles d’accélérer la création d’emploi et de générer des revenus » et l’effet 55 :  « L’État congolais améliore la gestion de ses ressources naturelles et des bénéfices associés ainsi que les mécanismes de gestion des catastrophes et s’engage dans l’économie verte » sont étudiés selon le même canevas.

Le Comité de pilotage analysera ce qui a changé en RDC sous ces effets (sur la planification du développement, les moyens d’existence et développement local, l’environnement et les changements climatiques ; la valeur ajoutée du PNUD dans sa contribution à ce changement ;  l’impact sur l’égalité du Genre et le statut des femmes en RDC ;  les produits clés du PNUD réalisés en 2013 (au niveau  de la résolution des conflits, de la micro finance,  du suivi-évaluation du développement, et de l’appui à la bonne gestion des ressources naturelles).

Le rôle du Comité de pilotage est donc d’examiner, de proposer des adaptations et de valider les  stratégies mises en place et les changements transformationnels apportés via ces programmes « Gouvernance » et « Pauvreté ».

Il valide également les contributions du PNUD aux effets du CPAP et de l’UNDAF qui reprennent les priorités, les secteurs et zones d’intervention définies par le Gouvernement en matière de développement durable.

Ce Comité de pilotage contribue ainsi à la revue inter-agences de l’UNDAF dont il faut également évaluer les résultats et il participe à la préparation du ROAR (Results-Oriented Annual Report) pour décembre 2013.

Si le  PNUD, le Gouvernement et leurs partenaires accordent une telle importance au suivi et à l’évaluation de ces programmes via  l’analyse des performances et des résultats fondés sur des preuves crédibles c’est parce que leurs priorités sont de gérer les programmes de façon optimale, de contribuer au développement humain durable et au bien-être pérenne des bénéficiaires. Et, par ricochet, de leur communauté et du pays tout entier.

Contact Information

Pour plus d’informations, veuillez contacter : mamadou.ndaw@undp.org