Nous devons nous assurer que notre armée est exemplaire

Un juge militaire
Un juge militaire sensible les soldats au respect des civils. Crédit Benoît Almeras. Goma (Nord-Kivu), 9 septembre 2013.

Il est 7h30 du matin et le soleil vient de se lever sur Goma – sur le terrain de football du camp militaire Katindo, des centaines d’hommes et de femmes en uniforme militaire se sont regroupés et chantent en chœur – pendant que les enfants prennent le chemin de l’école.

« Deux fois par semaine, les soldats et les officiers prennent part à des causeries morales » explique le Colonel Muhima, responsable du Bureau n°5 chargé de la sensibilisation et des relations avec les civils. « Cela permet de renforcer la cohésion au sein de notre armée… mais aussi de faire passer des messages de sensibilisation. »

A retenir

  • Suite à des incidents impliquant des soldats, le commandement des FARDC a souhaité renforcer la discipline au sein de l'armée régulière.
  • Le PNUD appuie les FARDC afin de sensibiliser les militaires au respect du droit international humanitaire et à la protection de la population civile.
  • Plus de 1300 soldats ont été sensibilisés par une équipe de quatre formateurs mise en place par le PNUD.

Un officier supérieur fait un signal, et progressivement les chants s’arrêtent. Le colonel Muhima, un petit homme trapu qui a vingt ans de carrière militaire derrière lui, s’avance alors au milieu du terrain et s’apprête à prendre la parole. A ses côtés, un soldat avec un mégaphone dans la main essaie de le suivre afin qu’il soit entendu de tous.

Le colonel s’éclaircit la voix puis commence à haranguer les soldats en lingala, la langue majoritairement utilisée au sein des Forces Armées de la République démocratique du Congo.

« La première mission du militaire, c’est de défendre l’intégrité territoriale de notre pays. Qui peut me dire quelle est la deuxième mission du militaire ? »

Un caporal sort du rang, l’arme au pied. « La deuxième mission du militaire c’est de protéger les citoyens et leurs biens ! » Le Colonel Muhima demande à ce que le soldat soit félicité, et les applaudissements de ses camarades fusent.

« Oui, notre mission c’est aussi de protéger les civils et leurs biens. Mais il y a beaucoup d’infractions commises par les militaires. L’extorsion, le pillage à l’encontre des civils sont interdits – les civils ne sont pas des ennemis ! »

Les mots atteignent leurs cibles – et l’assistance reprend le message en chœur « Bacivils bazali banguna te ! »

Le colonel laisse alors la place à l’un des membres de l’Auditorat Militaire qui vient décrire le rôle et le fonctionnement de la Justice Militaire aux soldats rassemblés – il leur explique ainsi comment les militaires sont tenus au respect de la loi et encourent des sanctions pénales sévères, même durant les hostilités. A la fin de la séance, un tract de sensibilisation est distribué parmi les militaires – il reprend, en lingala, des messages clefs destinés à sensibiliser les soldats à la protection des civils et de leurs biens.

Le colonel Muhima commente le discours dumagistrat militaire: « Il faut que les soldats réalisent que personne n’est au-dessus des lois, pas même un militaire. »

Lors des combats de novembre 2012, certains membres des FARDC se sont rendus coupables de crimes graves contre les populations civiles. Il est donc capital que la sensibilisation soit effectuée afin d’éviter de nouvelles exactions alors que les hostilités avec les groupes rebelles ont repris.

Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a voulu saisir cette opportunité pour travailler avec le colonel Muhima et l’ensemble de l’Etat-Major de la 8ème région militaire afin de diffuser des messages de protection des civils.

Pour cela le PNUD, en plus de la diffusion des messages clefs, a formé une équipe de quatre facilitateurs en charge desensibiliser les FARDC à lutte contre les violations des droits humains, lerespect du droit international humanitaire, la lutte contre les violences sexuelles et la protection de l’enfance.

Entre le 6 septembre et 12 septembre 2013, cette équipe a organisé des sessions de sensibilisations à destination de 1300 militaires FARDC stationnés à Goma et au plus près de la ligne de front.

Pour le Colonel Nzale Nkumu, commandant en second de la 8ème région militaire, la sensibilisation des militaires est essentielle.

Il en résume l’objectif avec des mots simples et directs: « Nous devons nous assurer que le comportement de notre armée est exemplaire. »

Publication
Rapport socioénomique 2011-2012 et perspectives 2013

Le contexte économique actuel de la RDC indique qu’en dépit du taux de croissance affiché et de la baisse des pressions inflationnistes, la situation sociale est restée précaire en 2011 et même en 2012. La progression du pays vers les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) demeure très lente.

Voir