6 Améliorer la santé maternelle

Où en sommes-nous ?


La santé maternelle s'améliore grâce à des hôpitaux mieux équipés. Photo: PNUD

Cible pas encore atteinte mais des progrès substantiels en cours

Depuis la décennie 90, l’amélioration de la santé maternelle reste l’un des défis majeurs à relever puisque la RDC connait des taux de mortalité maternelle élevés. En 2007, l’Enquête Démographique et de Santé a estimé la mortalité maternelle à 549 pour 100 000 naissances vivantes. Cependant, la méthodologie utilisée pour calculer cet indicateur ne permet pas de le comparer avec ceux des études précédentes.

Par rapport aux consultations prénatales, depuis 1995, les femmes vont de plus en plus en consultation prénatale. Est à noter une augmentation de 17% entre 2001 et 2007. Par rapport au milieu de résidence, l’écart qui était de 18% entre le milieu urbain et le milieu rural en 2001 (81% contre 63%) s’est réduit à 11% en 2007 (92% contre 81%).

Comme dans la majorité des pays en développement, et plus particulièrement en l’Afrique subsaharienne, la République démocratique du Congo demeure un pays à fécondité élevée. Cette forte fécondité résulte entre autres de la faible utilisation des méthodes contraceptives modernes. En 2001 (MISC2), seulement une femme mariée sur 25 utilisait l’une ou l’autre méthode de contraception moderne pour espacer, retarder ou limiter les naissances; près de la moitié des femmes mariées n’utilisaient même pas les moyens naturels de planification familiale. En 2007 (EDS), seulement 6,7 % des femmes utilisent une méthode contraceptive moderne, et 4 femmes sur 5 n’utilisent aucune méthode contraceptive. Le condom masculin, demeure la méthode contraceptive la plus utilisée.

1.71 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. Réduire de trois quarts, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité maternelle
    • La plupart des décès maternels pourraient être évités.
    • Donner naissance est particulièrement risqué en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne, où la plupart des femmes accouchent en l’absence de personnel qualifié.
    • L’écart urbain-rural s’est rétréci, en ce qui concerne la présence de personnel qualifié pendant l’accouchement.
  2. Rendre l’accès à la médecine procréative universel d’ici à 2015
    • Un nombre plus grand de femmes bénéficient de soins prénatals.
    • Il y a des inégalités flagrantes en ce qui concerne les soins pendant la grossesse.
    • Dans les régions en développement, une femme sur trois seulement reçoit les soins recommandés pendant la grossesse.
    • La réduction du nombre de grossesses chez les adolescentes est au point mort, ce qui met plus de jeunes mères en danger.
    • La pauvreté et le manque d’éducation perpétuent les taux élevés de naissances chez les adolescentes.
    • Le progrès dans le recours à la contraception chez les femmes ont ralenti.