6 Promouvoir l’égalité des sexes

Où en sommes-nous ?


Les femmes ont un rôle-clé dans l'agriculture. Photo: PNUD

Cible pas encore atteinte mais des progrès substantiels en cours

L’accroissement du taux d’admission scolaire observé dans l’ensemble du pays entre 2010 et 2012 est presque équitablement réparti entre garçons et filles avec respectivement 15% et 16%. L’indice de parité des genres pour la scolarisation au niveau national, est resté presque invariable depuis 2010 et se situe en 2012 à 0,87 pour le primaire, 0,59 pour le secondaire et 0,48 pour le supérieur.

En 2012, il y a 72,0% de femmes alphabétisés contre 88,2% d’hommes sur l’ensemble du territoire, soit un ratio de 0,82. La femme reste toujours largement sous-représentée dans les institutions de décision, avec 9,8% de sièges occupés au Parlement pour la législature de 2011-2016 contre 8,4% en 2006-2011. En moyenne, l’indice de la condition de la femme (ICF) est de 0,49 contre la cible de 1 souhaitée en 2015.

Rapport fille/garçon dans l'enseignement primaire (100 = parité)

Line Chart

1.04 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. Éliminer les disparités entre les sexes dans les enseignements primaire et secondaire d’ici à 2005, si possible, et à tous les niveaux de l’enseignement en 2015 au plus tard
    • Dans certaines régions, le droit à l’éducation reste hors de portée.
    • La pauvreté est un obstacle majeur à l’éducation, surtout parmi les fi lles plus âgées.
    • Dans toutes les régions en développement, CEI exceptée, les hommes sont plus nombreux que les femmes à avoir un emploi rémunéré.
    • Les femmes sont largement reléguées dans des formes d’emploi plus précaires.
    • Les femmes sont surreprésentées dans le secteur informel, avec son absence de sécurité et d’avantages sociaux.
    • Les emplois de haut niveau sont encore majoritairement réservés aux hommes.