6 Réduire l’extrême pauvreté et la faim

Où en sommes-nous ?

Une femme bénéficiaire d'une activé génératrice de revenu
Une femme bénéficiaire d'une activé génératrice de revenu. Crédit: PNUD -RDC

Cible pas encore atteinte mais des progrès substantiels en cours

L’incidence de la pauvreté est évaluée à 63,4% en 2012 alors qu’elle se situait à 71,3% en 2005. Dans la plupart des provinces, la pauvreté a reculé à l’exception des Provinces du Kasaï Oriental, du Kasaï Occidental et du Maniema où elle a plutôt augmenté. D’ici à 2015, il est invraisemblable d’atteindre la cible de 40% de pauvres en RDC. Néanmoins, quelques provinces comme celles de Kinshasa, du Bas-Congo, du Nord-Kivu et de la Province Orientale pourraient s’en rapprocher.

Le taux de chômage en milieu urbain, au sens du Bureau International du Travail, est resté stable aux environs de 11% entre 2005 et 2012 (respectivement 11,3% et 11,1%) pour l’ensemble de cette population active tandis que celui des jeunes de 15 à 24 ans s’est légèrement détérioré avec une hausse de 20 % passant de 20,54% en 2005 à 24,7% en 2012 contre un objectif visé de 10%.

Pour ce qui est des enfants de moins de 5 ans, la proportion présentant une insuffisance pondérale a baissé et atteint 22,6%, celle connaissant un retard de croissance a stagné aux alentours de 43% depuis 2010 tandis que celle souffrant d’une émaciation a continué de décroître pour s’établir 7,9% en 2013-2014 contre 11% en 2010.

1.04 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. Réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population dont le revenu est inférieur à un dollar par jour
    • La crise économique mondiale a entraîné un ralentissement des progrès, mais le monde reste en passe d’atteindre la cible relative à la réduction de la pauvreté.
    • Avant la crise, la pauvreté avait diminué en gravité dans presque toutes les régions.
  2. Assurer le plein-emploi et la possibilité pour chacun, y compris les femmes et les jeunes, de trouver un travail décent et productif
    • La détérioration du marché du travail, déclenchée par la crise économique, a entraîné une baisse brutale de l’emploi.
    • Avec la perte d’emplois, un nombre croissant de travailleurs est obligé d’accepter des emplois précaires.
    • Depuis la crise économique, un nombre croissant de travailleurs se retrouvent dans une pauvreté extrême avec leurs familles.
  3. Réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population qui souffre de la faim
    • La faim est peut-être remontée en flèche en 2009, l’une des terribles conséquences des crises alimentaire et financière mondiales.
    • Les progrès en vue d’éradiquer la faim patinent dans la plupart des régions.
    • En dépit de certains progrès, un enfant sur quatre souffre encore d’insuffisance pondérale dans le monde en développement.
    • Les enfants des zones rurales ont deux fois plus de chances de souffrir d’insuffi sance pondérale.
    • Dans certaines régions, la prévalence des enfants souffrant d’insuffisance pondérale est nettement plus élevée chez les pauvres.
    • Plus de 42 millions de personnes ont été déracinées par les conflits ou les persécutions.