Ratification par le Mali de la de la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance

10 mai 2013

Allocution du Représentant Résident Adjoint du Programme des Nations Unies pour le développement Maurice Dewulf

Assemblée Nationale de la République du Mali

Honorable Président de l’Assemblée nationale,
Honorables  membres du bureau et des commissions de l'Assemblée Nationale,
Excellences Mesdames et Messieurs représentant l’Union Africaine et la CEDEAO,
Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Représentants des Partenaires Techniques et Financiers,
Monsieur le Représentant de l’Ambassade du Danemark,
Mesdames et Messieurs les Membres des cabinets et Directeurs centraux des Ministères,
Mesdames et Messieurs les représentants des médias,
Chers collègues des organisations internationales et amis de la société civile,

Je voudrais saisir cette occasion solennelle pour féliciter chaleureusement l’Assemblée Nationale de la République du Mali pour sa ratification, le  25 avril 2013, de la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance de l’Union Africaine.

Je voudrais également remercier le Royaume du Danemark qui appuie l’institution parlementaire au Mali, via le Programme de Renforcement des Capacités de l’Assemblée Nationale du Mali (RECAN).

Nous nous réunissons à un moment décisif de la vie de la République du Mali. La Résolution 2100 du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur la mise en œuvre de la Mission de stabilisation des Nations Unies au Mali (MINUSMA) adoptée, par un heureux effet du hasard, elle aussi le 25 avril dernier, réitère notre engagement à tous, chacun dans son domaine, à accompagner le Mali dans un processus démocratique, de consolidation de la bonne gouvernance et dans l’organisation et la tenue des prochaines élections.

Mesdames et Messieurs,

Il est remarquable que ce soit au Mali qu’a été adoptée la Déclaration dite de Bamako qui constitua le point de départ de la mise au point du processus ayant abouti en 2007 à l’adoption à Addis-Abeba de la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance.

Consacrant l’engagement des Etats parties à promouvoir la démocratie, l’État de droit et les droits de l’Homme, cette convention est entrée en vigueur le 15 février  2012. Aujourd’hui, le Mali est le 17e pays à la ratifier, marquant ainsi une étape significative dans ses efforts pour surmonter la crise que le pays traverse.

La charte met l’accent sur des principes comme le renforcement du pluralisme politique, la tenue d’élections transparentes, libres et justes, la séparation des pouvoirs, la promotion d’un système de gouvernement représentatif.

Elle souligne la participation populaire y compris celle de couches marginalisées comme les personnes handicapées, les femmes et les populations autochtones, le développement durable et l’égalité des sexes.

Elle réaffirme l’importance de la lutte contre l’impunité.

Cette charte constitue la preuve de la préoccupation au plus haut point de l’organisation continentale de se doter d’instruments contribuant au renforcement de la bonne gouvernance.

Enfin, elle démontre le rôle primordial de l’institution parlementaire.

Mesdames et Messieurs les députés je vous félicite pour vos efforts et je vous remercie.