Le rôle des communicateurs traditionnels dans l'éducation civique

25 avr. 2013

Message du Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies et Représentant Résident du PNUD au Mali, Aurélien A. Agbénonci

Atelier National au Gouvernorat du District de Bamako

Excellence Monsieur le Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de l’Aménagement du Territoire,
Monsieur le Ministre de la Communication, Porte Parole du Gouvernement,
Monsieur le Ministre Délégué à la Décentralisation et à l’Aménagement du Territoire,
Monsieur le Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante,
Monsieur le Délégué Général aux Élections,
Mesdames Messieurs les Communicateurs traditionnels et Griots du Mali,
Distingués invité(e)s,
Mesdames Messieurs,

Je voudrais au nom de la communauté internationale et en mon nom personnel, remercier à travers vous ici présents, l’ensemble de la communauté des Communicateurs traditionnels et Griots du Mali.

L’initiative de cet atelier avec les communicateurs traditionnels vient à point pour répondre à la nécessité de communication entre les communautés et surtout l’identification des moyens historiques de cohabitation pacifique dont à fait montre le Mali. Je voudrais saisir l’occasion pour saluer tous les efforts que vous consentez soit pour maintenir, soit pour ramener la paix et la cohésion sociale dans vos communautés respectives.

L’adage populaire dit « le couteau est le premier instrument qui connaît la maladie dont souffre l’igname». Vous convenez donc avec moi que pour un contact de proximité, vos rôles et responsabilités sont indéniables non seulement pour prévenir une crise mais aussi pour gérer la gouvernance interne à travers les mécanismes endogènes qui facilitent une adéquation avec le milieu de vie.

Le Gouvernement en initiant cet atelier au lendemain de la mise en place de la Commission Dialogue et Réconciliation, constitue la preuve formelle de votre part dans la recherche de moyens pour surmonter cette crise que traverse le Mali. C’est dire en tant que garants des traditions ancestrales et messagers au service du développement, vous êtes des personnes ressources  indiquées à rassembler et à communiquer entre les différentes communautés.

Comme vous le savez, la période qu’aborde actuellement le Mali sera tendancieuse, mais avec vous et le soutien de la communauté internationale, nous allons ensemble relever ce défi.

Le Mali est une terre d’anciennes et de nobles traditions. Son histoire est prestigieuse et fait la fierté de toute l’Afrique.

Honorables Messagers,

Nous sommes convaincus qu’en tant que dignes filles et fils des grands rois que furent Soundjata Keita, Kankan Moussa, Nare-Fahmagan et Mansa Mussa pour ne citer que ceux-ci, vos actions contribueront à bâtir un Mali nouveau, prospère et à lui redonner son rayonnement d’antan.

L’organisation des prochaines élections constitue une étape importante dans la résolution de la crise. Mais d’ores et déjà, soyez rassurés que votre contribution est très importante pour construire le futur de ce pays.

Je désire particulièrement vous encourager à contribuer par votre sagesse et votre intelligence des us et coutumes, à œuvrer pour la réconciliation au Mali en commençant dans vos milieux respectifs.

Aucun doute que La "Diatiguiya" et la "Maaya" qui symbolisent l’ensemble de ces valeurs millénaires de savoir-vivre, d’hospitalité et de convivialité qui font la fierté du Mali et dont vous êtes les premiers dépositaires, seront ressuscitées.

Je voudrais terminer en soumettant cette pensée à votre réflexion: « Les conflits sont inhérents à toutes les sociétés; cependant personne  ne souhaite l’avènement  d’un conflit. Quand un conflit survient, il doit constituer une opportunité d’aller de l’avant. Gérer de manière constructive, le conflit peut changer et transformer les Hommes».

C’est sur ce message d’espoir que je souhaite plein succès à vos travaux.