Comité de pilotage du Projet d’appui au processus électoral au Mali: priorité à la mobilisation des ressources

21 janv. 2013

Allocution du Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies et Représentant Résident du PNUD, Aurélien A. Agbénonci

Ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de l’Aménagement du Territoire (MATDAT)

Monsieur le Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de l’Aménagement du Territoire,
Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Représentants des Partenaires techniques et financiers,
Monsieur le Secrétaire Général du Ministère,
Mesdames et Messieurs les Membres des cabinets et Directeurs centraux des Ministères,
Chers collègues et amis de la société civile,
Monsieur le Conseiller technique principal du projet d’appui au processus électoral du Mali,
Chers collègues membres du Comité de pilotage,

Comme il est de coutume, je voudrais saisir cette occasion solennelle de co-présidence du Comité de pilotage du projet pour vous adresser au nom de la Communauté internationale et en mon nom propre mes meilleurs vœux de l’année nouvelle.

Mesdames et Messieurs les membres du Comité de pilotage, nous nous réunissons à un moment décisif de la vie de la République du Mali.

La Résolution 2085 du Conseil de Sécurité des Nations Unies du 20 décembre 2012 nous engage tous, chacun dans son domaine, à accompagner le Mali dans l’organisation et la tenue des prochaines élections.

Au lendemain de son adoption, cette résolution a suscité au sein de l’opinion malienne et de la classe politique, un vif débat autour de la priorité à donner à l’une ou l’autre des deux principales missions assignées à la transition que sont «la reconquête des régions nord du pays et l’organisation des élections».

Force est de constater qu’il y a une forte tendance qui veuille que les élections aient lieu après la libération du Nord afin de permettre à tous les maliens d’exercer leurs droits citoyens, notamment les déplacés et les réfugiés.

Les opérations de reconquête des parties nord du pays qui viennent de commencer doivent nous rappeler que les préparatifs des élections qui sont déjà à un stade avancé doivent résolument se poursuivre et mettre un terme à la transition. Il nous appartient par conséquent, de redoubler d’efforts et de nous engager à soutenir les activités permettant la tenue d’élections crédibles et apaisées.

S’agissant de l’assistance internationale, je voudrais rappele la mission NAM du Département des Affaires Politiques des Nations Unies pour évaluer les besoins en matière électorale du Mali.

Cette mission qui s'est déroulée du 19 au 30 novembre 2012 a donné un nouvel élan au processus électoral. Ses conclusions  approuvées par le Secrétaire Général des Nations Unies ont été remises au Représentant Permanent du Mali aux Nations Unies pour transmission au Gouvernement.

De même, le document de Projet d’assistance électorale a connu des modifications sur recommandations de la NAM, afin d’être en adéquation avec le contexte actuel. Finalisé, il sera co-signé avec le Gouvernement dans la semaine à venir.

Quant à l’équipe du projet, nous avons au niveau du PNUD pris les dispositions pour son renforcement. Aussi voudrais-je ici remercier le Gouvernement pour son engagement à mettre à la disposition de l’équipe un bâtiment adéquat pour son installation.

Nous ne pouvons pas passer sous silence le financement significatif de l’audit du FEC et de l’évaluation du RAVEC par l’Union Européenne.

Comme vous le savez, les contributions au fonds panier pour les élections constituent l’une de nos priorités actuellement. Nous avons l’impérieuse nécessité de mobiliser les ressources indispensables pour soutenir le processus.

Nous saluons les efforts consentis par le Gouvernement de transition pour l’organisation d’élections apaisées. Le cadre de concertation des acteurs nationaux très dynamique, animé par le Ministre de l’Administration territoriale, les réflexions anticipatives pour régler la problématique d’identification de l’électeur démontre l’engagement du Gouvernement dans la recherche d’un large consensus dans l’organisation de bonnes élections.

Cependant, un certain nombre de mesures doivent être prises pour enclencher la mobilisation des ressources nécessaires. Entre autres mesures, nous pensons à la Feuille de route de la transition que les partenaires au développement attendent pour se manifester.

Nous osons croire que le Gouvernement met tout en œuvre pour que la Feuille de route tant attendue soit adoptée très prochainement.

Enfin, face à aux urgences de l’heure, je demeure convaincu que le peuple malien saura tirer dans son génie légendaire de sursaut patriotique pour surmonter la crise que traverse le pays et tenir des élections dans un environnement apaisé permettant à tous les citoyens d’exercer leur droit de vote.

Je vous remercie