Les Nations Unies et leurs partenaires lancent un plan d'aide humanitaire triennal pour la région du Sahel

03 févr. 2014

 

Les Nations Unies et leurs partenaires humanitaires ont lancé aujourd'hui un plan de réponse stratégique régional de trois ans pour fournir une assistance à des millions de personnes dans neuf pays de la région du Sahel, en Afrique. Le plan vise à mobiliser en 2014 un montant initial de 2 milliards de dollars auprès des bailleurs internationaux.

Quelque vingt millions de personnes sont actuellement vulnérables à l'insécurité alimentaire dans le Sahel et 2,5 millions d'entre elles ont urgemment besoin d'une assistance alimentaire vitale. Il est estimé que cinq million d'enfants de moins de cinq ans pourraient souffrir de malnutrition en 2014, et quelques 1,5 million d’entre eux seront atteints de malnutrition aigüe. La violence et l'insécurité ont contraint 1,2 million de personnes à fuir leurs maisons causant des déplacements internes prolongés et une crise de réfugiés.

«Le nombre de personnes à risque dans le Sahel n’a jamais été aussi grand et l'ampleur de leurs besoins est telle qu'aucun organisme ou organisation ne peut y faire face seul," a déclaré, à Rome, la Coordonnatrice des Secours d'Urgence, Valerie Amos. «Le plan stratégique pour la région nous aidera à assister des millions de personnes avec une aide vitale, à renforcer la résilience et à sauver des vies."

La stratégie comprend les plans nationaux du Burkina Faso, du Cameroun, de la Gambie, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Nigeria, du Sénégal et du Tchad. Elle met l'accent sur de solides partenariats avec les gouvernements et les partenaires de développement, une perspective régionale et sur une périodicité pluriannuelle pour mieux répondre aux causes chroniques des crises.

« Notre première priorité est de nous assurer que les agriculteurs du Sahel ont une saison des semis réussie dans les prochaines semaines, en leur fournissant urgemment des intrants agricoles, » a dit le Directeur Général de la FAO, Jose Graziano da Silva. « Mais notre responsabilité est aussi d'être sûr que la prochaine sécheresse ne va pas conduire à une autre crise humanitaire grave. Ensemble avec les gouvernements nationaux et les partenaires, nous travaillons à renforcer la résilience des populations du Sahel en produisant des variétés de semences de qualité, en réhabilitant les terres agricoles dégradées, en conservant les eaux pluvieuses et en soutenant l'irrigation à petite échelle. »

La croissance de la population dans la région dépasse la légère augmentation de la production agricole en 2013 et l'accès difficile à la nourriture est combiné aux prix élevés sur plusieurs marchés.

« La situation requiert une réponse humanitaire anticipée et à grande échelle dans presque tous les pays du Sahel » a dit Kristalina Georgieva, Commissaire Européenne pour la Coopération Internationale, l'Aide Humanitaire et la Réponse aux Crises. « La Commission Européenne donnera une aide humanitaire de 142 millions d'Euros en 2014. Plus de contribution des bailleurs internationaux le plus tôt possible sont nécessaires pour répondre aux besoins essentiels des populations du Sahel. »

Sont aussi présents à Rome : Romano Prodi, Envoyé Spécial des Nations Unies pour le Sahel ; Amir Abdulla, Directeur exécutif adjoint et Chef des opérations du Programme alimentaire mondial (PAM) ; Nancy Lindborg,  Administratrice adjointe du Bureau pour la démocratie, du conflit et de l’assistance humanitaire d’USAID ; et Robert Piper, Coordonnateur Humanitaire Régional pour le Sahel.

L’appel 2013 pour le Sahel a demandé 1,7 milliard de dollars et il a été financé à 63 pour cent.