6 Améliorer la santé maternelle

Où en sommes-nous?

La mortalité maternelle doit être réduite de trois quarts, pour atteindre la cible de 144,3 pour 100 000 naissances vivantes. De 582 décès pour 100 000 en 2001 selon l'Enquête démographique et de santé de 2009 (rapport EDS III), elle est descendue à 363,6 en 2009 selon le Recensement général de la population et de l'habitat 2009 de (RGPH), même si on sait qu’il faut nuancer cette baisse en raison de la nature différente des deux sources. Il faut noter qu’en 2009, la mortalité maternelle en milieu urbain qui est de 115,2 pour 100 000 est inférieure à la valeur cible alors qu’à la même période celle en milieu rural est supérieure à 550 pour 100 000 naissances.

Proportion d'accouchements assistés en hausse

L’évolution à la baisse de la mortalité est en rapport avec l’augmentation de la proportion d’accouchements assistés, du suivi prénatal et post-natal et surtout de la fécondité. La proportion d’accouchements assistés enregistre une augmentation régulière entre 2006 et 2009: 55% contre 58%. On pense que cette progression s’est poursuivie à partir de 2009, même si les données semblent signifier le contraire du fait de la correction technique sur les chiffres de population.

Disparités régionales

L’écart entre milieux, entre régions est considérable. Dans le District de Bamako, la proportion atteint les 90% (supérieure à la cible de 84,8%) en 2011 alors que dans les régions de Mopti, Tombouctou, Gao et Kidal, la proportion atteint à peine 40%. Les consultations prénatales évoluent selon un schéma similaire.
Par contre, la fécondité reste élevée et diminue très lentement; l’indice synthétique de fécondité passe de 6,71 enfants par femme en 2000-2005 à  6,12 en 2010-2015 alors que la cible en 2015 est fixée à 1,7 enfants par femme.