Discours de Mme Samoura au lancement officiel du processus d’élaboration de la Stratégie Nationale Intérimaire pour la Relance du Développement

09 sept. 2013

image

(Liste protocolaire)

L’honneur m'échoit de m’adresser à cette auguste assemblée réunie ce jour, à Antsirabe, à l’occasion de la cérémonie de lancement officiel des travaux d’élaboration de la Stratégie Nationale intérimaire pour la Relance du Développement à Madagascar.

Je voudrais tout d’abord vous adresser mes chaleureuses salutations et  remercier Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, pour l’invitation qu’il a bien voulu adresser, au nom du Gouvernement et du Conseil National pour le Développement, à  l’ensemble de ses partenaires nationaux et internationaux.

Comme nous le constatons tous, Madagascar, pays disposant d’un potentiel de développement important, se trouve actuellement dans une situation difficile, aux niveaux politique, économique, social, et environnemental. Je soulignerais juste quelques chiffres : plus de 80 % de la population vit avec moins de 1.25 dollars par jour, le seuil de l’extrême pauvreté.

La majorité des engagements du millénaire que le pays s’est fixé dans le domaine de la santé, de l’éducation, du revenu et de la sécurité alimentaire n’est pas atteinte et ne sera vraisemblablement pas atteinte à l’horizon 2015. Au niveau social, plus de la moitié des enfants de moins de 5 ans accusent  un retard de croissance, la mortalité maternelle se situe à des niveaux très élevés (498 pour 100 000 naissances vivantes), le taux de scolarisation a chuté de manière drastique. Par ailleurs, Madagascar est, avec l’Inde et le Bengladesh, l’un des pays au monde, les plus vulnérables aux catastrophes naturelles.

Monsieur le Premier Ministre,

Madame et Messieurs les Membres du Gouvernement,

Mesdames, Messieurs les Représentants du corps diplomatique ;

Honorable Invités.

Dans ce contexte, et en l’absence d’une stratégie nationale intérimaire pour relancer le développement, le cout de l’inaction ou des interventions sans cadre national de référence devient de plus en plus élevé. Ce d’autant plus que les défis et les opportunités du développement n’attendent pas, notamment pour les populations les plus vulnérables (les enfants et les jeunes).

D’où l’intérêt de la concrétisation de la volonté du gouvernement et d’autres acteurs du développement de préparer, sans attendre davantage, une stratégie nationale intérimaire de sortie de crise et de relance du développement, avec l’apport et l’implication des experts du secteur privé (moteur de la croissance et créateurs d’emplois), des organisations de la société civile, des représentants des régions et des ministères, et avec l’appui de l’ensemble des Partenaires Techniques et Financiers.

C’est ainsi que les enjeux pour les parties prenantes et les conditions de réussite, notamment l’appui de l’ensemble des PTFs et des autres acteurs du développement à toutes les étapes du processus de SNRD, dans un contexte particulier marqué par la préparation des élections, ne sont plus à démontrer.


Mesdames et Messieurs,

Honorables Invités,

Comme nous le savons, le processus de consultations pour l’élaboration d’une stratégie nationale intérimaire pour la relance du développement a pris du temps du fait du contexte de transition. Commencé en 2012, le processus a été marqué par plusieurs rencontres, dont celle des PTFs avec M. le Premier Ministre et des membres du Gouvernement dans le cadre des réunions périodiques du Groupe de Dialogue Stratégique (GDS).

Une autre concertation avec les PTFs s’est tenue en Février 2013. Différents avis sur l’opportunité de lancer cette initiative et l’approche ont permis de proposer au Gouvernement un processus participatif, neutre et inclusif, un point que M. le Premier Ministre abordera probablement dans son intervention, et qui a vu l’accord écrit du Gouvernement en Mars 2013. Des consultations se sont tenues avec le secteur privé, les Ministères techniques et les autres acteurs du développement sur le processus, avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement, entre Février et Juin 2013.

Cependant, suite aux multiples échanges avec les PTFs, nous prenons note que les étapes ayant permis l’adoption du cadre institutionnel de ce processus et la programmation de cette journée auraient pu faire l’objet de plus d’informations et d’échanges entre les PTFs  et  avec la partie nationale, même si des efforts particuliers ont été faits, dans le cadre de l’application des Principes d’engagement dans les pays en crise et de la coordination de l’aide au développement (la Déclaration de Paris, le Plan d’Action d’Accra, etc).

La publication dans les prochains jours des données de l’enquête sur les OMDs  ainsi que les données récentes de l’enquête sur les conditions de vie des ménages et autres enquêtes pertinentes, offrent  une excellente opportunité pour les travaux de la SNRD. Elles permettront à  la commission nationale des experts de la SNRD  de faire un bilan diagnostic commun du pays à partir d’informations  actualisées.  Ils pourront ainsi   proposer un plan actions bien informé pour aider Madagascar à sortir de la crise et relancer le développement au cours des 18 prochains mois.

Excellences, Mesdames, Messieurs,

Cela devrait permettre  au prochain Gouvernement de disposer d’un cadre de référence (qui pourra être revisité dans un délai raisonnable en toute légitimité, pour mobiliser rapidement des ressources, et assurer une  relance du développement par la mise en œuvre d’un plan d’actions prioritaires. 

Par ailleurs, la disponibilité de cette stratégie nationale intérimaire avant la fin de l’année 2013 est indispensable pour plusieurs agences de développement du système des Nations Unies (PNUD, UNICEF, UNFPA, etc.), et d’autres agences de développement, notamment  la BAD, -pour ne citer que celle-là-.     

Cela  leur permettra d’une part (i) d’aligner leurs interventions sur les priorités de développement bien définies et d’initier la préparation de leur nouveau Cadre de coopération et (ii) d’autre part, de mobiliser les ressources financières et techniques nécessaires,  pour accompagner de façon plus efficace les efforts de relance du développement et de réduction de la pauvreté dans la Grande Ile.

Aussi, le Programme des Nations Unies pour le Développement ne peut que se

réjouir de l’initiative prise par le Gouvernement de lancer ce jour les travaux

préparatoires de la Stratégie Nationaleintérimaire pour la Relance du

Développement, à travers un processus neutre, participatif et inclusif.

Mesdames, Messieurs,

Je note que ces deux jours d’atelier et de travaux  marquent le début d’un processus, dont le succès  nécessitera de l’ ambition par rapport à l’horizon temporel (court terme) et du réalisme quant au calendrier technique et au temps politique. On ne soulignera jamais assez  l’exigence de qualité par rapport aux normes internationales,  l’implication de toutes les parties prenantes, dont les acteurs non étatiques que sont  le secteur privé et  les organisations de la société civile   sans oublier les régions, dans la formulation de la Stratégie.

 Le renforcement des échanges d’information et  la coordination de l’appui des PTFs répondent aussi à cette exigence.

Les travaux techniques de ce jour et de demain constitueront donc une étape importante pour la sortie de Madagascar de la situation de crise, dont les élections crédibles et acceptées par tous, vous l’aurez noté, sont une autre dimension importante de notre appui à Madagascar au titre de la promotion de la gouvernance démocratique et de l’état de droit.

Je reste convaincue que les travaux techniques qui vont suivre cette cérémonie et le processus de la SNRD pourront nous mener vers une vision commune d’actions concrètes et cohérentes pouvant aider Madagascar à sortir de la situation de précarité et de fragilité, et nous permettront de relever, ensemble, le défi collectif de la relance du développement humain et de réduction de la pauvreté dans une période d’incertitudes et de fortes attentes économiques et sociales, dans le cadre d’une gouvernance démocratique.

Aussi, je voudrais réaffirmer  l’engagement du Programme des Nations Unies pour le Développement à continuer à apporter son appui technique et financier à cet important processus. Comme d’habitude, cet appui sera apporté  en étroite coordination avec les agences du SNU et toutes les autres agences de développement à Madagascar.

Pour terminer, Excellence Monsieur le Premier Ministre, Distingués invités, je vous réitère, au nom du PNUD, nos sincères remerciements et souhaite pleins succès aux travaux préparatoires de la Stratégie Nationale intérimaire pour la Relance du Développement à Madagascar.

Vive la Coopération internationale au service des peuples et des nations. 

Je vous remercie.