Allocution du Coordinateur Résident du Système des Nations Unies, Représentant Résident du PNUD, Mme Fatma Samoura à la cérémonie de signature de convention de partenariat entre le PNUD et le Japon

14 mars 2013

  • Mme le Président de la CENI-T,
  • Monsieur le Ministre des Finances et du Budget,
  • Monsieur le Ministre de l’Intérieur,
  • Monsieur le Conseiller du Président de la Haute Autorité de la Transition
  • Monsieur le Conseiller du Premier Ministre 
  • Son Excellence M. L’Ambassadeur du Japon,
  • Excellences Messieurs les Chefs de Missions diplomatiques et Consulaires
  • Chers collègues du Système des Nations Unies,
  • Honorable assistance, Mesdames et Messieurs,

Avant de commencer mon allocution, je voudrais vous inviter à observer une minute de silence pour honorer la mémoire des 20 000 morts et disparus du séisme et du tsunami du 11 mars 2011, une catastrophe qui a été suivie d’un terrible accident nucléaire à Fukushima. Le monde se rappellera toujours de cette triste tragédie qui a frappé le Japon il y a deux ans. Le monde entier s’est incliné devant le courage, le sang-froid et la détermination avec lesquels le peuple Japonais à fait face à une telle catastrophe. Une fois de plus le système des Nations Unies par ma voix voudrait exprimer son admiration au peuple japonais pour cette belle leçon de patriotisme et d’unicité. Minute de silence

Messieurs, Mesdames,

Nous sommes réunis aujourd’hui pour célébrer un évènement d’une grande importance pour le peuple Malagasy, celui de la signature d'une nouvelle convention de financement relative à l’appui au processus électoral à Madagascar.

En effet, à la suite de l'UE, de la Norvège et de la Suisse, le Japon a décidé d’apporter sa pierre à l’édification de la démocratie en contribuant au financement du budget électoral. Cette initiative nous réjouit tous car c’est en unissant nos forces que nous pourrons garantir le succès du grand chantier du retour à l'ordre constitutionnel par la voie des urnes à Madagascar.

La contribution du Japon, d'un montant total de 101 millions de Yen, soit 1.100.000 (un million cent mille dollars américains), vient à point nommé et contribue aux efforts déployés par tous les partenaires de Madagascar depuis le 24 octobre 2012, date de la signature du PACEM, pour combler le gap de financement du budget du cycle électoral 2012-2014 à Madagascar. Cette contribution japonaise est un signal fort d’encouragement et de soutien à l’organisation des élections libres, transparentes, démocratiques et acceptables par tous. Ce geste confirme une fois de plus la ferme volonté de la communauté internationale d'aider Madagascar à sortir dans les meilleurs délais de la crise dans laquelle le pays est plongé depuis 2009. Le financement du Japon couvrira des dépenses liées à divers domaines du processus électoral, et plus précisément la formation, la sensibilisation et le renforcement des capacités des acteurs du processus électoral, ainsi que l'acquisition de matériel électoral.

Mesdames, Messieurs,

Je profite de cette occasion pour remercier la Suisse, la Norvège et l’Union Européenne, premiers partenaires à avoir contribué au basket fund, de la confiance témoignée au PNUD pour la gestion de ce panier commun. Il est important de rappeler que ces premières contributions ont permis de financer l’acquisition de matériels et d'équipements pour la révision systématique de la liste électorale; des imprimés et documents pour le recensement électoral; des activités de communication, de sensibilisation et d’éducation civique électorale; des activités de formation; des activités logistiques ainsi que la prise en charge d’une partie du personnel de l’unité de gestion du projet d’appui au cycle électoral à Madagascar.

Pour rappel le budget actualisé du cycle électoral 2012-2014, échéances électorales de 2013 comprises, s’élève à 60.273.904 dollars américains. A ce jour, des promesses de financement de l'ordre de 59.448.015 dollars américains ont été reçues du gouvernement et de 7 partenaires extérieurs (PNUD, Union Européenne, Norvège, Suisse, Japon, Commission de l'Océan Indien et Corée du Sud). Par conséquent, si toutes les promesses et tous les engagements sont tenus, il ne nous resterait plus que 825.890 dollars américains à mobiliser dans les semaines et les mois à venir pour couvrir la totalité du budget. Le principal défi maintenant sera celui du décaissement des contributions promises dans les délais requis afin de permettre à la CENI-T de respecter le calendrier électoral actualisé adopté à l'issue du conclave des 4 et 5 février 2013.

J'aimerais, à ce stade, remercier le gouvernement malgache représenté ici par Monsieur le Premier Ministre et Chef du gouvernement d’Union Nationale pour les décaissements déjà effectués auprès de la CENIT, décaissements qui constituent à n’en point douter la preuve tangible de l’engagement national au processus qui est et qui restera un processus malgache puisqu’il appartient aux Malgaches de décider de l’avenir de leur pays. J’invite par ailleurs tous les autres partenaires qui ont à cœur le retour de la Grande Ile à l’ordre constitutionnel et qui réfléchissent encore sur le meilleur moyen d'y contribuer à suivre l’exemple du Japon, de l’Union Européenne, de la Suisse et de la Norvège. Toutes les contributions, quelle que soit leur nature et les modalités choisies, sont les bienvenues.

L’espoir du peuple malgache, témoin et juge du déroulement du processus électoral, repose dans la tenue de ces élections. Pour terminer, j’aimerais réitérer une fois de plus la disponibilité du Système des Nations Unies et des autres partenaires techniques et financiers à accompagner les autorités de Madagascar, et la CENI-T en particulier, dans leurs efforts de renforcement de la démocratie et de retour du pays à l’ordre constitutionnel.

Vive la Coopération Internationale

Je vous remercie de votre aimable attention.