Troisième atelier de formation des panelistes en médiation et alerte précoce

10 juil. 2013

Une troisième session de la série d’ateliers de formation en médiation et alerte
précoce à l’endroit des panelistes de la société civile a eu lieu à Antsirabe, dans la région de Vakinankaratra, à l’hôtel Arotel du 10 au 12 juillet 2013.
Cet atelier fait suite aux deux sessions qui se sont déroulées à Antananarivo pour les panelistes de la région d’Analamanga du 19 au 21 juin et du 24 au 27 juin 2013 et comme les précédents, il a été organisé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) à travers son Projet d’Appui au Cycle Electoral 2012-2014 à Madagascar (PACEM), en partenariat avec l’Institut Electoral pour une Démocratie Durable en Afrique (EISA) et la Commission Electorale Nationale Indépendante pour la Transition (CENI-T).

Une trentaine de participants, membres de la société civile sont venus des régions de Bongolava, d’Analamanga et de Vakianakaratra respectivement des districts de Tsiroanomandidy, Fenoarivobe, Miarinarivo, Antsirabe I, Antsirabe II, Ambatolampy, Antanifotsy, Faratsiho, Mandoto et Betafo pour suivre cette formation qui a abordé
les notions de base en matière de prévention de conflits, les techniques en matière de médiation et de facilitation du dialogue ainsi que le monitoring et les mécanismes d’alerte précoce.

Les outils présentés durant l’atelier, visent à favoriser la mise à niveau des connaissances des participants qui vont par la suite être déployés sur le terrain pour désamorcer les tensions sociales. Ils pourraient aussi être utiles pendant la période électorale. Cet atelier de formation, qui répond à la nécessité de renforcement du rôle de la société civile dans la mise en place de structures locales de prévention des conflits, s’adresse aux futurs
médiateurs communautaires, issus des organisations de la société civile malgache entre autre PFNOSCM, UNMDH, MMTM, RRM, VMLF, Croix rouge, REFMAP, CNPC, ACCES ZOM, FINONA, WYLD, PFPH/MAD et FTMF .

Il est important de rappeler que l’objectif à terme est de former 476 médiateurs communautaires à travers tout le pays, à raison de 4 médiateurs par district. Les panelistes de la société civile sont proposés par leurs plateformes respectives. Ils seront appelés à agir comme des agents de la paix une fois déployés sur le terrain.