Faire de la commune de Saint-Augustin, un pôle de croissance économique…

07 oct. 2013

image Les bénéficiaires de la plate forme multifonctionnelle se préparent pour moudre le maîs. Photo © PNUD

Avec ses 15000 âmes, la commune rurale de Saint-Augustin, située dans la province de Toliara au sud-ouest de Madagascar, ne disposait jusqu’ici d’aucune infrastructure de transformation des céréales. La fourniture par le PNUD en février 2013 d’une plateforme multifonctionnelle (PTFM) capable de décortiquer, broyer et piler le maïs, le riz et les provendes vient de mettre fin à la corvée de transformation des céréales. Avant l’installation de cette machine multifonctionnelle, les femmes passaient plus de 35 % de leur temps à la mouture du riz et du maïs à la main. Elles devaient aussi assurer les travaux champêtres et vaquer aux travaux domestiques.

Avec la mise en place de la plateforme, les femmes peuvent désormais passer plus de temps avec leur famille. « J’ai maintenant le temps de faire de la couture, d’aller au centre d’alphabétisation et de m’occuper de l’éducation de mes enfants qui auparavant m’assistaient dans les travaux champêtres au lieu d’aller à l’école », explique Harinia, 56 ans, agricultrice à Antanambao, un des villages de la commune rurale de Saint-Augustin. Avant que la PTMF ne vienne transformer sa vie,Harinia n’avait d’autre choix que d’aller faire piler son riz dans le village voisin possédant une décortiqueuse. Outre les deux heures qu’elle passait sur la route, les risques sécuritaires - en nette augmentation depuis deux ans -représentaient un réel danger. Par ailleurs, Harinia dépensait jusqu’à 14 000 MGA l’équivalent de 6.3 dollars US, pour la location de la charrette nécessaire au transport aller-retour du sac de riz et 40 MGA par kilo de céréales à moudre. La PTFM, récemment installée à proximité de son domicile, lui a permis de réaliser des économies substantielles dans son commerce, car les services offerts ne lui coûtent maintenant que 30 MGA le kilo, toutes charges comprises.

Le programme « Moyens de Subsistance Durables et Lutte contre la Pauvreté (MSDLCP) » du PNUD, après avoir doté les habitants de la commune de SaintAugustin d’un centre d’information, d’orientation et d’accompagnement socio-économique, leur a offert cette plateforme multifonctionnelle équipée d’un moteur diesel capable de faire fonctionner différents outils permettant de moudre, broyer, décortiquer, vanner et blanchir les céréales, notamment le maïs et le riz. Grâce à l’alternateur doté d’un poste soudure intégré, les habitants peuvent, moyennant un coût modique, recharger les batteries de téléphones portables et accomplir de petits travaux de soudure. À moyen terme, la plateforme multifonctionnelle vise à faciliter l’installation de l’éclairage public et la production de petits outillages agricoles.

Pour pérenniser l’installation et l’opérationnalisation de la PTFM, le projet a mis en place un comité local de gestion. Les usagers de la plateforme contribuent aux frais de fonctionnement, d’entretien, d’utilisation rationnelle et de protection des machines. Avec les gains ainsi obtenus, la commune finance désormais d’autres initiatives communautaires visant à assurer le développement intégré de Saint-Augustin.

Le projet de PTFM profite à 35 associations, dont 10 composées, uniquement de femmes. Environ 1043 femmes originaires des 11 Fokontany (villages) de la commune bénéficient directement des retombées de la plateforme multifonctionnelle, ce qui contribue à redorer l’image des femmes, à accroître leur rôle économique et en conséquence à améliorer la perception négative qu’ont les hommes sur le statut de la femme. Très réticents au début du projet, certains hommes incitent aujourd’hui leurs épouses à rejoindre la PTFM. Ils les aident dans le fonctionnement technique et la maintenance, tout en les encourageant à s’investir dans les activités génératrices de revenus.

La commune rurale de SaintAugustin, de par sa position géographique privilégiée, offre à la population de forts potentiels de diversification de leur source de revenus. Outre les nombreux sites balnéaires qui proposent plusieurs itinéraires touristiques, les habitants ont la possibilité de s’adonner à la pêche, à l’agriculture et à l’élevage.

En partenariat avec d’autres projets initialement implantés dans la commune à travers les institutions de microfinance, la promotion des activités de maraîchage et de fumage du poisson, la PTFM représente une opportunité supplémentaire de faire de la commune de Saint-Augustin un pôle de croissance économique dans la région du sud-ouest de Madagascar.