La Commission électorale nationale indépendante pour la transition (CENI-T) relève le défi de la sécurisation du transfert et du traitement des données électorales en vue d’accélérer la proclamation des résultats provisoires.

07 nov. 2013

image Le Centre national de traitement des données informatiques

Afin de sécuriser le transfert et le traitement des résultats électoraux du premier tour du scrutin présidentiel du 25 octobre la Commission électorale nationale indépendante pour la transition (CENI-T) a reçu du Programme des nations unies pour le développement (PNUD), à travers son projet d’appui au cycle électoral 2012-2014 à Madagascar (PACEM), des équipements informatiques (Serveurs, ordinateurs, imprimantes, scanners, groupes électrogènes, etc.) pour les besoins du Centre national de traitement des données informatiques (CNTDI) et des 119 centres informatiques de district (CID).

Une interconnexion a été également établie entre les 119 CID et le CNTDI. Les données sont transmises à travers un réseau privé qui s’appuie sur le réseau international VSAT dont l’accès est strictement réservé aux chefs des 119 districts ainsi qu’aux cinq ingénieurs du CNTDI qui supervisent les activités de transmission des données.

Ce dispositif est renforcé par un contrôle de provenance dans la mesure où le serveur du CNTDI ne reçoit que les données des ordinateurs identifiés au sein de chaque CID  et ceci de façon systématique. Les procès-verbaux (PV) émanant des 20001 bureaux de vote sont remplis et signés par les membres de ces bureaux de vote. Ils sont placés dans des enveloppes scellées et inviolables, puis acheminés par le président du bureau de vote, le représentant local de la CENI-T et le chef Fokontany à la Section de recensement de matériel de vote (SRMV) au niveau des districts. Après vérification et validation par la SRMV, le PV est transmis au chef du CID pour être scanné, suivant le protocole de transfert des fichiers, au CNTDI.

Pour le traitement desdits procès-verbaux, la CENI-T a recruté une équipe de 150 opérateurs de saisie depuis le 25 octobre 2013.  Tous ont passé des tests pratiques et bénéficié d’une journée de formation pour maitriser le logiciel de traitement des données. Chaque opérateur a par la suite reçu un code  pour accéder au logiciel de traitement des résultats dénommé SIREM ou Système Intégré des Résultats Electoraux à Madagascar.

Afin de permettre aux opérateurs de saisie de travailler en permanence pour générer  les résultats électoraux dans les délais les plus courts, un système de vacation a été établi. En effet, répartis en trois groupes de cinquante agents, ces opérateurs de saisie se relayent jour et nuit sous la supervision d'une équipe de dix-huit personnes dont  six responsables par groupe et par région. Plus de 70% des opérateurs de saisie sont des femmes. Ils bénéficient tous d'un contrat couvrant toute la période de traitement des résultats.

Une équipe d’opérateurs d’impression placés au niveau du serveur du CNTDI a la charge d’imprimer les PV scannés par les CID et de les transmettre aux opérateurs de saisie pour enregistrement dans la base de données. La Commission de contrôle, composée entre autre de représentants des partis politiques, vérifie la conformité de la signature de la section du recensement matériel de vote (SRMV). C’est sur la base des PV physiques réels acheminés sous plis fermés à la CENI-T, que la dernière validation des résultats est effectuée.

Selon le Directeur du Système Informatique du CNTDI, Monsieur  Alberto Ranaivodimby, ces PV remplis dans les  20 001 bureaux de vote et acheminés sous plis fermés à la CENI-T, sont sur des supports inviolables. «Avec la mise en place du CNTDI,  la CENI-T dispose aujourd’hui d’un environnement de travail propice, répondant aux normes internationales en matière de traitement de données et qui permet un travail dans la sérénité. Avec ces outils technologiques de dernière génération et l’appui technique des experts, nulle doute qu’au plan technique, nous atteindrons les objectifs définis pour le traitement informatique des données lié au processus électoral» ajoute-t-il. 

Au total, le CNTDI dispose de soixante-dix ordinateurs : vingt ordinateurs utilisés par le service informatique et cinquante utilisés par les  opérateurs de saisie.

Employé au ministère des Relations avec les Institutions, Jean Claude Randrianomenjanahary est actuellement opérateur de saisie. Il témoigne de la fiabilité du logiciel et de la transparence dans le traitement des résultats: «  à Madagascar beaucoup de rumeurs circulent en ce moment sur le piratage du système de traitement des résultats, mais depuis que je travaille ici, j’ai eu l’opportunité de voir la réalité et je peux certifier qu’il est impossible de frauder. Au-delà du fait que je travaille pour mon pays j’apprécie la collaboration avec la CENI-T. J’ai même le sentiment de faire partie de cette équipe et il est de mon devoir de rassurer mon entourage immédiat sur la fiabilité des résultats qui seront publiés. » poursuit-il. 

Environ 3000 feuilles de papiers sont utilisées chaque jour en fonction de l’arrivée des PV. Les résultats traités et validés sont transmis à la CENI-T pour une mise en ligne sur son site web, ouvert au public. 

A ce jour, environ 6000 personnes ont visité ce site dont la base de données est mise à jour toutes les 06 heures.