6 Améliorer la santé maternelle

Où nous en sommes?


Situation de l'OMD

Améliorer la santé maternelle semble difficile à atteindre par Madagascar d’ici 2015. Le taux de mortalité maternelle augmente et atteint un niveau relativement élevé (en ratio de 498 pour 100 000 naissances vivantes en 2008 contre 488 en 1997. L’intensification des campagnes de sensibilisation aux contrôles des naissances, la baisse sensible du taux de fécondité des adolescentes de 15 à 19 ans et l’accès aux soins prénatals pour une maternité sans risque ont contribué à l’amélioration de la santé maternelle. 

Défis à relever

  • Une accessibilité difficile aux soins en particulier en milieu rural;
  • Une pénurie aigue en ressources humaines;
  • Des ruptures de stock de médicaments et de consommables en santé de reproduction;
  • Une mauvaise répartition entre les Soins Obstétricaux et Néonatals d’Urgence (SONU) sur toute l’étendue du territoire;
  • La non fonctionnalité du système de référence/contre référence;
  • La coordination/centralisation des interventions Insuffisance d’informations sur les facteurs liés au décès maternels

PNUD travaille à Madagascar

Nos recommandations

  • Appropriation nationale du problème de santé maternelle et prise de responsabilité à tous les niveaux
  • Faire baisser davantage les taux de mortalité maternelle et de fécondité chez les adolescentes en particulier en milieu rural exige de ressources supplémentaires. Madagascar devra déployer beaucoup d’efforts pour atteindre l’OMD et d’allouer 15% de leur budget annuel à l’amélioration du secteur de la santé, touchant aussi la santé maternelle

1.7 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. Réduire de trois quarts, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité maternelle
    • La plupart des décès maternels pourraient être évités.
    • Donner naissance est particulièrement risqué en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne, où la plupart des femmes accouchent en l’absence de personnel qualifié.
    • L’écart urbain-rural s’est rétréci, en ce qui concerne la présence de personnel qualifié pendant l’accouchement.
  2. Rendre l’accès à la médecine procréative universel d’ici à 2015
    • Un nombre plus grand de femmes bénéficient de soins prénatals.
    • Il y a des inégalités flagrantes en ce qui concerne les soins pendant la grossesse.
    • Dans les régions en développement, une femme sur trois seulement reçoit les soins recommandés pendant la grossesse.
    • La réduction du nombre de grossesses chez les adolescentes est au point mort, ce qui met plus de jeunes mères en danger.
    • La pauvreté et le manque d’éducation perpétuent les taux élevés de naissances chez les adolescentes.
    • Le progrès dans le recours à la contraception chez les femmes ont ralenti.