6 Réduire l’extrême pauvreté et la faim

Où nous en sommes?


© PNUD MADAGASCAR

  • En 2010, l'enquête périodique auprès des ménages révélait que 76,6% des individus vivaient en dessous du seuil de pauvreté monétaire, ce qui correspond à une population estimée à plus de 15 millions de personnes sur un total de 20 millions d'habitants.
  • La pauvreté touche davantage les personnes qui vivent en milieu rural. Les petits et les moyens paysans en sont les plus touchés.
  • La pauvreté est inégalement répartie selon les régions. on compte plus de personnes pauvres dans des régions du sud que dans celles du nord.
  • Un quart des enfants de 5 à 17 ans ont dû travaillé en 2010 à cause de la pauvreté.
  • Le sous-emploi lié à la durée du travail touche un quart des travailleurs. Le taux de chômage s'est accru à 3,5% en 2010 contre 2,6% en 2005 chez les 15-54 ans. 

Nos recommandations

Concernant la lutte contre la pauvreté en général:

  • Mobiliser les ressources internes notamment pour le développement rural
  • Régler le problème d'accès à l'eau
  • Renforcer les capacités des agriculteurs
  • Améliorer la capacité de gestion des risques et des catastrophes naturelles
  • Mettre en place une politique de protection sociale pour sécuriser les plus démunis et les plus vulnérables
  • Améliorer la sécurité rurale
  • Désenclaver les localités pour favoriser les échanges commerciaux et offrir de nouvelles opportunités aux paysans agriculteurs.

Concernant l'emploi:

  • Mettre en oeuvre une véritable politique économique permettant aux couches les plus défavoriser d'accéder aux activités génératrices de revenus et à l'auto-emploi
  • Promouvoir l'accès des femmes et des jeunes à la formation
  • La poursuite des réformes en vue d'améliorer le climat des affaires.

Concernant la lutte contre la faim:

  • Augmenter le niveau de la production agricole,
  • Améliorer les techniques de stockage et de conservation des produits agricoles,
  • Réorganiser le circuit de commercialisation et de distribution des produits agricoles
  • Mettre en place un système de veille alimentaire

Nos histoires

1.01 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. Réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population dont le revenu est inférieur à un dollar par jour
    • La crise économique mondiale a entraîné un ralentissement des progrès, mais le monde reste en passe d’atteindre la cible relative à la réduction de la pauvreté.
    • Avant la crise, la pauvreté avait diminué en gravité dans presque toutes les régions.
  2. Assurer le plein-emploi et la possibilité pour chacun, y compris les femmes et les jeunes, de trouver un travail décent et productif
    • La détérioration du marché du travail, déclenchée par la crise économique, a entraîné une baisse brutale de l’emploi.
    • Avec la perte d’emplois, un nombre croissant de travailleurs est obligé d’accepter des emplois précaires.
    • Depuis la crise économique, un nombre croissant de travailleurs se retrouvent dans une pauvreté extrême avec leurs familles.
  3. Réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population qui souffre de la faim
    • La faim est peut-être remontée en flèche en 2009, l’une des terribles conséquences des crises alimentaire et financière mondiales.
    • Les progrès en vue d’éradiquer la faim patinent dans la plupart des régions.
    • En dépit de certains progrès, un enfant sur quatre souffre encore d’insuffisance pondérale dans le monde en développement.
    • Les enfants des zones rurales ont deux fois plus de chances de souffrir d’insuffi sance pondérale.
    • Dans certaines régions, la prévalence des enfants souffrant d’insuffisance pondérale est nettement plus élevée chez les pauvres.
    • Plus de 42 millions de personnes ont été déracinées par les conflits ou les persécutions.