• 1.6

    Taux de croissance du PIB (prévision 2011)

  • 10%

    Taux d'inflation (2011)

  • 50%

    Pourcentage de la population ayant moins de 20ans

  • 74%

    taux net de scolarisation du primaire (2010)

  • 498

    (sur 100 000) taux de mortalité maternelle en 2008

  • 45%

    Taux d'accès à l'eau potable en 2010

  • 3%

    zones terrestres et maritimes protégées

A propos de Madagascar

Introduction

Alt text for image
Village rural d'Ambodipaiso, Antananarivo

Madagascar, île de l’Océan Indien, s’étend sur une superficie de 590 000 km². Estimée à 20 millions d’habitants en 2010, la population malgache est jeune. En effet, 50% de cette population à moins de 20 ans. Les femmes représentent 50,6% de la population totale et la taille moyenne d’un ménage est de 5,2 personnes. Selon le milieu de résidence, 78% de la population réside en milieu rural et 22% en milieu urbain.

Situation politique


Le changement anticonstitutionnel de régime du 17 mars 2009 a entraîné la prise du pouvoir par la Haute Autorité de Transition. La crise sociopolitique et économique qui perdure depuis cette période a perturbé le cours de la vie politique, sociale et économique du pays. En 2011, les efforts de médiation de la communauté internationale en vue d’une sortie de la crise politique ont permis d’aboutir à la signature par 10 plateformes politiques, de la feuille de route proposée par la SADC le 17 septembre 2011. Le 21 novembre 2011, un Gouvernement de transition a été mis en place. Les Partenaires au Développement envisagent un réengagement progressif auprès des autorités de la transition et un appui au processus électoral qui devrait à terme, et s’il se déroule de manière crédible et transparente, aboutir à la reprise des aides extérieures. Ces élections sont prévues pour la fin 2012. De même, le Conseil Supérieur de la Transition (CST) et le Congrès de la Transition (CT) ont été élargis à l’ensemble des parties signataires de la feuille de route. Par ailleurs, la fragilité de cette transition est palpable. Les deux mouvances de l’opposition les plus représentatives manifestent régulièrement des velléités de retrait du processus en cours. La loi organisant la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a été promulguée le 1er février 2012.

Situation économique


Campagne Stand Up against Poverty 2009, Alasora

Sur le plan économique, la situation macroéconomique s’est considérablement dégradée avec la crise. Après un recul de la croissance (-3,7% en 2009), la situation macroéconomique s’est légèrement améliorée, néanmoins la croissance macroéconomique est demeurée très faible en 2010 à 0,5% et 0,7% en Cette situation n’a pas permis d’endiguer la dégradation de la situation socioéconomique de la population dont les trois quarts vivent en dessous du seuil de pauvreté. En outre, face au gel des financements traditionnels dont dépendent une grande partie des dépenses publiques, la politique d’austérité appliquée par le Gouvernement et la gestion monétaire rigoureuse ont permis de contenir l’inflation autour de 10% (9% en 2009 et 10,2% en 2010) mais ont eu hélas des conséquences dommageables sur la capacité de l’Etat à assurer un fonctionnement correct des services sociaux de base.

Le niveau de croissance trop faible ne permet pas d’amorcer une inversion de la tendance de l’aggravation de la pauvreté et d’achever l’atteinte des OMD. Par ailleurs, la persistance en 2011 d’une croissance quasi nulle et d’une gouvernance en déliquescence  consécutivement à la crise a confirmé l’impossibilité pour Madagascar d’atteindre plus d’un OMD sur huit à l’horizon 2015.

Cette situation a été traduite par un recul de la classification du pays dans l’Indice de Développement Humain (IDH). Madagascar est passé du 149ème rang sur 162 pays en 2010 au 151ème rang sur 179 pays en 2011, ce en dépit d’une très légère progression de l’indice de développement humain qui est passé de 0,435 à 0,480 dans la même période

Défis du développement


femmes bénéficiaires du Crédit avec Education du programme d'Appui à la Finance Inclusive du PNUD

Le contexte de mise en œuvre de l’assistance du PNUD devra prendre en compte les risques politiques inhérents à une situation de transition, risques marqués par la fragilité du cadre politique de la transition et le contexte pré-électoral. La vulnérabilité du cadre politique de la transition se trouverait accrue en l’absence de filets de protection sociale, compte tenu de la dégradation des conditions économiques. Il y a de plus de risques administratifs et opérationnels liés aux faiblesses de l’appareil administratif de l’État.

L’effet conjugué de la baisse des recettes fiscales et douanières et de la suspension de l’aide internationale aboutirait à une carence dans la fourniture globale des services sociaux de base, à la réalisation des droits humains, à l’augmentation de la pauvreté et du niveau de vulnérabilité des couches les plus défavorisées de la population, de même qu’une diminution du niveau de la préparation et de la capacité de réponse dans les cas de catastrophes, ainsi qu’à l’impossibilité d’entreprendre plusieurs activités de développement et le risque de recours à la violence ne doit pas être totalement écarté. Enfin, la crise politique fait croître l’insécurité dans le pays qui pourra constituer un obstacle à la mise en œuvre des interventions appuyées par le PNUD. 


Country flag
Country map
Statistiques
Capitale
Antananarivo
Monnaie
Malagasy Ariary (MGA) - 1 USD = 2245 Ar (sept.2012)
Superficie par Km2
587 040 km2
Découpages géographiques
22 régions, 112 districts, 1395 communes, 17454 fokontany
Population
22 585 517 hab (estimation) - densité: 33,4 h./km2 (2009)
Adhésion à l'ONU
20 septembre 1960
Langues officielles
malgache, français
Revenu annuel par habitant
447,9 USD (2009)
Indice du développement humain
0,480 (année 2011)
Président de la Transition
Andry Rajoelina
Premier Ministre
Omer Beriziky

Sources: INSTAT, CPAP 2012-2013, UN Data