Helen Clark: Message à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre le sida,

01 déc. 2012

En cette journée internationale de lutte contre le sida, les nouvelles encourageantes ne manquent pas.

Fin 2011, plus de huit millions de personnes recevaient un traitement salvateur, le taux de nouvelles infections avait chuté dans de nombreux pays et 81 nations avaient vu  leurs dépenses consacrées à la lutte contre le sida augmenter de plus de 50 pour cent par rapport aux cinq années précédentes. La riposte planétaire au sida a été un moteur de mobilisation en faveur de la santé mondiale, avec notamment le développement de solutions multisectorielles  à des maladies non contagieuses comme le diabète ou la dépression. La plupart des personnes vivant avec le VIH qui ont accès à des traitements antirétroviraux peuvent rester productives et en bonne santé, et avoir  une espérance de vie normale. Elles représentent ainsi un fardeau beaucoup moins lourd pour des systèmes de santé surchargés.

Cependant, les problèmes de développement auxquels se heurte la riposte au sida persistent en grand nombre et menacent de saper tout progrès futur. Les personnes vivant avec le virus sont confrontées quotidiennement à la stigmatisation et à la discrimination, condamnant grand nombre de ceux pour qui une infection au VIH est le plus à craindre à rester dans l’ombre et les empêchant d’accéder à des services de prévention et de traitement qui pourraient leur sauver la vie. Au cours des deux dernières années, le PNUD a appuyé les activités de la Commission mondiale sur le VIH et le droit, afin d’aborder certains des problèmes juridiques qui freinent les progrès dans la lutte planétaire contre ce fléau. La Commission a montré qu’il existe des lois et des pratiques fondées sur des faits probants et fermement ancrées dans les droits de l’homme et que celles-ci constituent des outils efficaces pour lutter contre la stigmatisation, promouvoir la santé publique et protéger les droits de l’homme.

Leurs effets relèvent à la fois de la santé et du développement.  Là où la législation renforce l’autonomie des femmes, par exemple, leur vulnérabilité face au VIH et à la violence diminue. Là où elle permet à ceux qui vivent avec le VIH de participer avec dignité à la vie quotidienne sans crainte de discriminations ni de poursuites, ces personnes s’adresseront plus facilement à des services de prévention, de soins et d’appui.

Parmi ceux qui, dans le monde entier, sont touchés de façon disproportionnée par le VIH, citons les travailleurs du sexe, les consommateurs de drogue, les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes et les transsexuels. Tous feront plus facilement appel aux services VIH s’ils vivent sans crainte des violences.

La date boutoir de 2015 fixée pour la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement s’approchant à grands pas, et alors qu’un nouvel agenda pour le développement est en cours de discussion, nous devons poursuivre les initiatives qui ont déjà tant accompli pour un très grand nombre d’individus. Il est indispensable d’accélérer les mesures visant à réduire les inégalités, à promouvoir les droits de l’homme et à appliquer plus largement les leçons apprises aux secteurs de la santé et du développement.

L'Administrateur du PNUD
thumbnail

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

pour en savoir plus