Haïti aussi peut devenir un pays émergent

21 mars 2013

image

Port-au-Prince, le 21 mars 2013En Amérique latine, de nombreux pays ont réalisé des avancées impressionnantes en matière de développement humain au cours des dernières décennies, extirpant des centaines de millions de personnes de la pauvreté et les propulsant dans une nouvelle classe moyenne mondiale. Parmi les recommandations du dernier Rapport sur le développement humain 2013, figure indéniablement la prise en compte de politiques sociales fortes de la part des gouvernements sur le long terme. Recommandations que les dirigeants haïtiens  n’avaient pas attendu d’inclure dans des initiatives de protection sociale déjà en place. Le Rapport 2013 a été présenté la semaine passée à Mexico par Helen Clark, Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le Président du Mexique, Enrique Peña Nieto.

« La croissance économique n’est pas la seule réponse au développement humain. Le Rapport fait la part belle aux politiques sociales, au système éducatif et à la santé et prouve que tous les pays, peu importe leur point de départ, leur histoire, leur géographie ou structure sociale, peuvent devenir émergents », déclare Sophie de Caen, Directrice principale du PNUD en Haïti.

Ainsi, le Rapport sur le développement humain 2013, intitulé  L'essor du Sud : le progrès humain dans un monde diversifié, analyse plus de 40 pays en voie de développement ou « pays du Sud » qui ont fait l'objet d'avancées rapides en matière de développement humain au cours de ces dernières années. Il démontre qu’il n’y a pas seulement les grands pays émergents comme le Brésil ou la Chine qui se développent à toute vitesse, mais également de plus petites économies comme le Bangladesh, le Ghana ou la Tunisie. Parmi les chiffres attendus de ce 21ème rapport figurent ceux concernant l’indicateur sur le développement humain (IDH), thermomètre de l’évolution combinée d’un pays dans les domaines de l’éducation, de la santé et des revenus. Aussi, pour ne citer qu’eux, le Bangladesh et le Laos qui affichaient dans les années 1990 un IDH inférieur à celui d’Haïti ont aujourd’hui réduit leur déficit en termes de développement humain de 24% et 26% respectivement. La République dominicaine a réduit ce déficit de 28% contre seulement 9% pour Haïti. Cette année, Haïti figure à la 161ème place sur 187 pays.

Une politique sociale forte comme clé d’avenir

D'ici 2030, l'Amérique latine et les Caraïbes abriteront un membre d'une classe moyenne mondiale émergente sur dix. Des milliards de personnes à travers le monde sont de plus en plus instruites, davantage engagées socialement et interconnectées à l'international. Quatre des cinq pays comptant le plus grand nombre d'utilisateurs Facebook se trouvent dans le Sud : le Brésil, l'Inde, l'Indonésie et le Mexique.

La croissance de l'Amérique latine a été menée par des nations solides qui ont bénéficié d'une intégration progressive et séquencée dans le secteur économique mondial et d’une innovation majeure en matière de programmes, note le Rapport.

Le Rapport indique que « les pays du Sud en plein essor sont, par conséquent, en train de développer des programmes sociaux et de réduction de la pauvreté plus amples dont les politiques pour éliminer les inégalités, les défaillances institutionnelles, les barrières sociales et les vulnérabilités personnelles sont tout aussi vitales que la promotion de la croissance économique ».

Les célèbres programmes de transferts conditionnels d'espèces latino-américains comme par exemple Bolsa Familia au Brésil, ont participé à l'effort de partage égalitaire des opportunités sociales et économiques. Ces programmes ont pour but d'augmenter les revenus de la population ainsi que de développer leur accès à la santé et à l'éducation en procédant à des transferts d'argent dépendamment de certains critères comme les visites dans des cliniques de santé et la scolarisation. Ces programmes sont moins coûteux que les aides financières sociales traditionnelles ; par exemple, Bolsa Familia coûte moins d'un pour cent du produit intérieur brut (PIB).

Par ailleurs, la collaboration Sud-Sud est aussi en plein essor. Le Brésil, par exemple, a travaillé avec des gouvernements africains afin de reproduire leurs programmes de bourses pour les potagers scolaires, leurs campagnes contre l'illettrisme et leurs projets de santé publique et de les adapter aux conditions et aux besoins locaux. En 2011, le pays avait passé 53 accords bilatéraux en matière de santé avec 22 pays d'Afrique.

Une opportunité pour Haïti

La collaboration Sud-Sud a produit ses effets au Nord aussi ! Les succès latino-américains en matière de politique sociale sont de plus en plus reproduits dans d'autres pays. Le maire de New-York, Michael Bloomberg, s'est rendu au Mexique afin d'étudier le programme du Mexique, Oportunidades avant de lancer Opportunity NYC : Family Rewards, le premier programme de transfert monétaire assorti de conditions aux États-Unis.

« Le Rapport jette un nouveau regard sur la situation actuelle du développement mondial et démontre à quel point la progression rapide d’un grand nombre de pays du Sud en matière de développement peut servir d’exemple », déclare Helen Clark.

De son coté, conscient des enjeux pour l’avenir du pays, le Gouvernement haïtien s’est également inspiré des avancées réalisées en Amérique du Sud pour mettre sur pied une stratégie concernant les programmes de cash transferts – la stratégie Ede Pep – qui vise à offrir aux ménages vivant dans l’extrême pauvreté des subsides adaptés aux cycles de vie des membres des ménages. Cette stratégie s’appuie sur la mise en place d’un registre unique de bénéficiaires pour un meilleur ciblage de ces programmes. Près de 100 000 ménages bénéficient déjà de transferts récurrents, via par exemple le programme Ti Manman Cheri. Mis en œuvre par le Fonds d’Assistance Economique et Sociale sous l’égide du Premier ministre et avec l’appui technique du PNUD, Ti Maman Cheri  est le premier programme de transferts conditionnels d’espèces en Haiti et vise les mères de familles vivant dans les quartiers précaires et ayant des enfants scolarisés.  Si de tels programmes doivent encore largement être renforcés en Haïti, ils jettent les bases d’une plus grande implication du Gouvernement haïtien dans un plan social fort et durable, élément nécessaire selon le Rapport, pour toute nation qui souhaite voir réduire son niveau de pauvreté et accroitre l’épanouissement de sa population.

Contact Information

: À Port-au-Prince,  Chirine El-Labbane, chirine.el-labbane@undp.org ; +509 3600 7455

Le PNUD forme des partenariats avec des personnes à tous les niveaux de la société pour aider à construire des nations capables de faire face à une crise, et de développer et préserver un type de croissance pouvant améliorer la qualité de vie de tout le monde. Sur le terrain dans 177 pays et territoires, nous offrons une  perspective globale et une expertise locale pour aider les gens à compter sur leurs propres moyens et pour construire des nations solides.

Rapport sur le développement humain
L’essor du Sud : le progrès humain dans un monde diversifié

L’essor du Sud est en train de modifier radicalement l'aspect du monde du XXIème siècle, grâce aux nations en développement qui mènent la croissance économique, extirpant des centaines de millions de personnes de la pauvreté et propulsant des milliards de personnes supplémentaires dans une nouvelle classe moyenne mondiale.

Télécharger le rapport
Télécharger le rapport
Rapport sur le développement humain 2013