Sur la voie d’une Haïti respectueuse de sa biodiversité

Sur la voie d’une Haïti respectueuse de sa biodiversité
Préparation de pépinière du projet frontière verte à Ouanaminthe. © PNUD Haïti

En raison de la dégradation ininterrompue de ses écosystèmes, de l’urbanisation anarchique, de la perte de la biodiversité, du manque de gestion des ressources naturelles, de la déforestation, Haïti fait partie des pays en développement qui subissent de plein fouet les effets néfastes des changements climatiques. Un cyclone, une canicule ou une forte pluie suffisent à anéantir les récoltes ou inonder les zones d’habitation. Autant de dangers auxquels le Gouvernement Martelly a décidé de s’attaquer en déclarant 2013 « année de l’environnement ». Dans cette logique, le PNUD œuvre aux côtés du Ministère de l’environnement (MDE) qu’il appuie au quotidien tant pour des questions techniques que de planification et de mise en œuvre.

En 2013, le PNUD a renforcé le dialogue entre les Ministères de l’environnement de part et d’autres de la frontière haïtiano-dominicaine et soutenu des rencontres qui ont conduit au lancement de la campagne binationale de reboisement de l’île Hispaniola par les deux présidents, le 5 juin, à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement. Via le projet « Frontière verte », et avec l’appui du PNUD, du Programme alimentaire mondial (PAM) et du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), plus de 400 hectares ont été reboisés en Haïti (plus de 800 en République dominicaine) et 800 emplois de courte durée ont été créés dont plus d’un tiers pour les femmes. Les deux pays poursuivent les échanges de bonnes pratiques, renforçant de cette manière la coopération sud-sud.

A retenir

  • Lancement de la campagne binationale de reboisement l’île d’Hispaniola
  • 1 200 hectares de terres reboisés sur les deux parties de l’île d’’Hispaniola
  • 3 baies du département du Nord délimitées et classées aires protégées marines
  • Élaboration de la politique nationale d’adaptation aux changements climatiques
  • Mise en place du Bureau d’étude d’impacts environnementaux

Au Nord comme au Sud du pays, le PNUD et le gouvernement ont redoublé d’efforts pour réduire les risques socioéconomiques et environnementaux liés aux aléas naturels. Le Programme de réduction de vulnérabilité dans le Sud du pays a par exemple permis, grâce à la construction de murs de protection des rives, au nettoyage de canaux d’irrigation et à la construction de digues de rétention d’eau, d’épargner des communautés entières dans la région des Cayes lors des pluies torrentielles du second trimestre 2013.

Afin de mieux préparer les populations vivant sur les zones côtières, le PNUD et le MDE organisent régulièrement des formations et ateliers de sensibilisation aux changements climatiques. Dans le même sens et avec le soutien du Canada, une nouvelle étape a été franchie par le développement de modèles mathématiques permettant aux habitants d’anticiper le type de culture le plus adapté selon les prévisions climatiques.

Par ailleurs, le PNUD travaille depuis 2013 avec le Ministère de l’environnement sur l’élaboration d’une politique nationale d’adaptation aux changements climatiques qui doit, à terme, préparer le pays à prévenir les effets du réchauffement climatique, notamment dans les secteurs de l’agriculture, de la santé, de l’économie et de l’urbanisation. Un bureau d’étude d’impacts environnementaux est également en cours de création au sein du ministère et la table sectorielle environnementale – lieu de rencontre et de prises de décisions entre les acteurs et bailleurs de l’environnement – a officiellement été lancée en 2013.

En matière de biodiversité, trois baies dans le Nord du pays ont officiellement été délimitées et classées aires protégées marines en 2013 par le Ministère de l’environnement avec l’appui du PNUD et d’autres partenaires tels que la BID ou le CIAT. La prochaine étape consiste au renforcement de la biodiversité dans le Parc La Visite à l’Ouest et le Parc Macaya au Sud-Ouest.

Publications
Haïti 2013-2030 osons demain

Haïti, 2030. Grâce à un travail de fond mené sur le long terme par le Gouvernement haïtien, Haïti s’est hissée au rang des pays émergents.

Haïti en avant - Paroles de femmes

Les familles, les communautés et les femmes surtout sont au premier rang des efforts communs pour rendre  Haïti plus résilient.

Haïti se relève

La phase de relèvement va nécessiter de nombreuses années mais des résultats ont déjà été observés sur le terrain durant les 24 derniers mois.

Plus