• « An n kombat omofobi tout kote » – Combattons l’homophobie

    27 mai 2013

    Les danseurs de la troupe ‘’Gran Lakou’’ dans une chorégraphie

    Le 17 mai 2013 au Montana s’est tenue une conférence visant à commémorer la journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie.

    En petits groupes pour passer inaperçus, certains participants sont arrivés  tôt au Montana, car de nos jours, la communauté communément appelée les LGBT (Lesbian, Gay, Bisexual and Transgender – lesbienne, homosexuel, bisexuel, transgenre) font face à d’extrêmes préjudices, la violence journalière partout dans le monde de par l’ignorance, la peur de la différence, le refus de les considérer comme des individus ayant les mêmes droits que tout autre citoyen. Ils sont souvent forcés de vivre dans le secret, pas seulement pour avoir une vie normale mais simplement pour éviter les intimidations, les menaces, la marginalisation voire la violence.

    Organisée par Housing Works, cette journée commémorative a réunie certaines organisations internationales, dont entre autres le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) comme partenaire financier, l’ONUSIDA  et des partenaires de la société civile qui travaillent activement pour l’émancipation de la population LGBT dont la Fondation SEROvie, FACDIS et la FEBS.

    La présence de la Directrice de l’Office de la Protection du Citoyen (OPC), pouvait laisser entrevoir une avancée sur la reconnaissance des LGBT et le respect de leurs Droits en Haïti, on se laisse aller à l’espoir.

    Les présentations et les échanges faites durant la journée ont permis aux représentants des groupes de LGBT et des partenaires présents de débattre sur les Droits de l’Homme et l’homophobie, l’identité de genre, la fourniture de soins aux LGBT mais également de présenter la situation de l’homophobie en Haïti et dans les Caraïbes en témoigne une exposition de photos des victimes de violences faites à la communauté LGBT à la salle Franck de l’hôtel Montana.

    Edner Boucicaut, Directeur national de Housing Works, a annoncé qu’un nouvel outil dénommé MARTUS sera bientôt disponible en Haïti. Cet outil électronique dont l’origine Grecque signifie ‘’TEMOIN’’ sera présent dans plusieurs institutions de la société civile qui encadrent les groupes vulnérables. Ce document  permettra de relever le nombre de cas de violence et de discrimination subie par les LGBT en Haïti. Au bout d’un an, les institutions travaillant dans le domaine de la défense des droits humains pourront, grâce à cet outil, se faire une idée de la situation  de violations des droits des LGBT dans le pays. Les données recueillies par le MARTUS serviront de base pour le développement d’une politique de plaidoyer aux fins de respect des droits des groupes vulnérables dont les LGBT.

    En marge de cette journée, l’organisation de jeunesse Volontariat pour le Développement d’Haiti (VDH) a mis à disposition des participants un espace confidentiel de test et conseil volontaire au VIH/SIDA.

    N’oublions pas que la stigmatisation et la discrimination basée sur l’orientation sexuelle et l’identité genre mènent la communauté LGBT à se cacher et de ce fait génère chaque jour de nouvelles infections au VIH/SIDA et est un des obstacles majeurs aux efforts de la campagne  « zéro nouvelles contaminations au VIH/SIDA ».

     Le PNUD est déjà engagé à lutter contre la discrimination et l’exclusion sociale dans les pays et territoires du monde entier. Ensemble, apprenons à nous connaitre, apprenons à nous respecter, c’est par là que vient le changement de comportement et le développement.


A propos de l'auteur
thumbnail
Laurie Delstanche

Spécialiste en développement des capacités, projets du Fonds mondial au PNUD

Suivez nous sur