• Haïti en avant, paroles de femmes

    26 déc. 2012

    Haïti, trois ans plus tard… depuis le séisme dévastateur du 12 janvier 2010,  d’énormes d’efforts ont été consentis pour aider le gouvernement à atteindre ses objectifs et améliorer les conditions de vie des Haïtiennes et Haïtiens.

    Les séquelles du tremblement de terre qui a fait plus de 200 000 morts, endommagé ou détruit plus de 300 000 bâtiments et laissé 1,5 million de personnes déplacées, sont encore visibles dans la capitale et dans les régions avoisinantes. De plus, Haïti a été frappé au cours de l’année 2012 par le passage de la tempête Isaac et de l’ouragan Sandy qui ont provoqué des pertes en vies humaines et des dégâts considérables, notamment dans le secteur de l’agriculture.

    Cependant, Haïti change, Haïti avance. C’est un mythe d’affirmer que la reconstruction n’existe pas dans le pays et que rien n’a été accompli. Les changements sont visibles et les femmes haïtiennes qui représentent près de la moitié des chefs de famille, en sont les vaillantes actrices et témoins quotidiennes.

    Le gouvernement, le secteur privé, les organisations internationales ne sont pas les seules forces motrices de la reconstruction. Les familles, les communautés et les femmes sont elles-mêmes au premier rang des efforts communs et jouent un rôle clé pour rendre les communautés, les villes, plus résilientes en Haïti.

    Pour répondre à la priorité des Nations Unies d’intégration systématique de l’équité de genre dans les interventions, le PNUD a porté une attention particulière à la pleine intégration des contributions des femmes dans son travail en 2012. Dans cet ouvrage, le PNUD donne la parole à sept femmes qui témoignent de l’impact que les programmes ont eu sur elles en Haïti, et les réalisations qui ont contribué à changer leur quotidien.

    Aujourd’hui, 80% des dix millions de mètres cube de débris générés par le tremblement de terre ont été dégagés des rues. Ce rythme a été beaucoup plus rapide que celui enregistré en 2004 en Indonésie, après le tsunami, ou à New York après les événements du 11 septembre 2001. Une initiative des Nations Unies gérée par le PNUD a non seulement déblayé un million de mètres cube de débris mais aussi réussi à recycler ces décombres et les transformer en pavés, escaliers, corridors, maisons et places publiques où les familles se retrouvent et les enfants peuvent jouer.

    Le nombre de personnes vivant dans les camps est passé de 1,5 millions à 358 000 aujourd’hui. C’est encore beaucoup trop. Mais cela signifie aussi que plus d’un million de personnes ont pu rentrer chez eux et le PNUD est fier d’avoir contribué à ces efforts aux côtés du Gouvernement haïtien et de ses  partenaires à travers le programme 16 quartiers/6 camps. Des quartiers, des routes, des maisons ont été réhabilités ; plusieurs milliers d’emplois ont été créés pour les communautés qui souffrent de chômage chronique. Plus de 40% de femmes ont été employées ce qui a permis de revitaliser l’économie locale.

    Mettre le peuple haïtien et leurs communautés au centre du processus de relèvement reste la clé du succès. Au sein des quartiers, les plateformes communautaires ont permis aux membres de la communauté de décider des priorités de planification de leurs quartiers, sans omettre la mise en place cruciale d’infrastructures résistantes aux risques urbains pour renforcer davantage la résilience des communautés.

    Le Système national de gestion des risques des désastres de la protection civile a été renforcé grâce à un accompagnement sans relâche du PNUD et des partenaires, surtout lors du passage de la tempête tropicale Isaac et de l’ouragan Sandy fin 2012. Les programmes de protection de l’environnement ont aussi été intensifiés dans certaines régions vulnérables du pays et les femmes, notamment dans le Sud à Aquin, ont participé directement à ces projets de reboisement.

    Le renforcement des capacités nationales restent également au cœur du travail du PNUD en Haïti. C’est en renforçant les capacités des institutions que le gouvernement sera plus fort et pourra mieux servir la population haïtienne à l’avenir.

    Plus de 80% des détenus de différents centres carcéraux sont en détention préventive prolongée. Face à un tel constat alarmant, le PNUD a travaillé aux côtés du Ministère de la justice et de la sécurité publique pour obtenir la tenue des inspections judiciaires dans les 18 juridictions du pays en vue d’améliorer la situation.

    Haïti avance. Les résultats atteints jusqu’à ce jour prouvent qu’investir dans des solutions locales fonctionne. Mais, ces résultats n’auraient pas été possibles sans l’appui et les financements sans précédents vers Haïti après le séisme.

    Alors que les progrès sont visibles et concrets, il reste toutes sortes de défis colossaux à relever pour qu’Haïti se redresse et assure un développement à long terme.  Ces défis pourront uniquement être relevés en partenariat, sous l’égide des autorités nationales, avec l’engagement du peuple haïtien et l’appui persistant des partenaires internationaux d’Haïti.


A propos de l'auteur
thumbnail
Chirine El-Labbane

Spécialiste en communication

PNUD Haïti

Dernière publication
Haïti en avant, paroles de femmes

Haïti, trois ans plus tard… depuis le séisme dévastateur du 12 janvier 2010,  d’énormes d’efforts ont été consentis pour aider le gouvernement à atteindre ses objectifs et améliorer les conditions de vie des Haïtiennes et Haïtiens.

voir