Notre perspective

      • Aujourd'hui en 2030 parJeune Carlyde

        09 janv. 2014

        image
        Jeune Carlyde, 27 ans. © PNUD Haïti

        Le monde change et les piliers traditionnels tombent. Les villes sont de plus en plus peuplées, les campagnes de moins en moins. Haïti n’échappe pas à cette évolution. De nouveaux acteurs émergent au Sud et représentent des opportunités de développement formidables. La jeunesse devient chaque jour plus nombreuse. Le PNUD accompagne cette évolution. C’est pourquoi, cette année il vous propose de vous projeter dans le futur au grès de témoignages de jeunes bénéficiaires qui ont accepté de jouer le jeu. Ils seront les acteurs de demain. Haïti 2030, c’est demain, osons-le… " Aujourd’hui en 2030, les jeunes Haïtiens disposent d’un travail digne, vivent confortablement et décident eux-mêmes de l’avenir de leur pays. " Comptable de  profession, Jeune Carlyde vit depuis plus d’une dizaine d’année aux Cayes. Bénéficiaire de l’initiative Kfou Biznis du PNUD initiée en collaboration avec la Chambre de commerce et d’industrie d’Haïti, elle a été placée dans une entreprise pour parfaire son expérience.  Elle est désormais prête pour le marché du travail.   Plus

      • La renaissance des quartiers. Histoires vécues, première partie.

        08 nov. 2013

        image
        La renaissance des quartiers à carrefour-feuilles (Sicot). © PNUD-Haïti

        Je n’oublierai jamais ma première réunion avec le projet. Je suis rentrée dans le bureau de Pacot un peu anxieuse. Je ne suis pas ingénieure et à cette époque je ne savais pas ce que je pouvais apporter au projet. Une chaleur infernale, huit hommes d’âge moyen et moi, 30 ans, la seule femme de l’équipe. C’était en mai 2011.   Depuis le premier jour, j’entendais des mots comme « triage, mortier, briques, mètres cubes » et je ne les comprenais pas bien. A force de les entendre et avec l’aide de quelques amis ingénieurs et architectes que j’appelais pour avoir leurs explications sur les machines lourdes, je savais qu’un jour j’arriverais à tout comprendre. Dans la première phase du projet, l’objectif était de déblayer 210 000 mètres cube de débris du tremblement de terre de janvier 2010, et d’employer plus de 2 000 personnes dans le quartier de Carrefour Feuilles. 210 000 mètres cube ? Qu’est-ce que cela représente réellement ? Combien pèsent 210 000 mètres cube de débris ? Est-ce beaucoup si on les compare au poids des cadavres enterrés sous ces masses de débris ? Je ne pouvais pas m’empêcher d’y penser tandis que les jours passaient sans que nous arrivions Plus

      • La renaissance des quartiers. Histoires vécues, deuxième partie.

        08 nov. 2013

        image
        La renaissance des quartiers à carrefour-feuilles (Sicot). © PNUD-Haïti

        En juin 2012, les rues de Carrefour Feuilles, Delmas, Pétion Ville et des autres quartiers étaient finalement déblayées. Notre objectif avait été atteint. La vie des communautés avaient repris leur cours, mais notre mission n’était pas encore terminée. Au sein du projet, il nous est venu une idée : il fallait collecter les débris et les recycler pour les rendre aux gens des quartiers sous une forme utile. Mais recycler, comment ? Pour en faire quoi ? Peut-on y arriver ? Une autre aventure commençait… ainsi avons-nous lancé des tests pour confirmer qu’ils  étaient recyclables. Tester si les débris sont recyclables, c’est un peu comme tester de la farine pour savoir si elle est bien appropriée pour préparer un gâteau. Et nous avons été chanceux! La farine était bien ce qu’on attendait, notre gâteau c’était un pavé de rue. Quelle fierté, quel aboutissement ! Ces pavés de rue ou adoquin, produits à partir de débris recyclés ramassés dans les quartiers pourraient retourner dans ces mêmes quartiers sous forme de trottoirs, de chemins dans des rues qui jusqu’alors étaient impraticables.   Cela me paraissait magique, incroyable. Les débris que nous associons à la mort après le tremblement de terre, se sont transformés en quelque chose qui était Plus