Notre perspective

      • Aujourd’hui en 2030, les femmes sont leaders dans les villes et les campagnes

        02 avr. 2014

        image
        Mur de protection des berges dans le Sud du pays.

        A la veille de l’échéance des objectifs du Millénaire pour le développement en 2015, je me projette en l’an 2030 et j’y vois une Haïti où l’éducation et la formation des femmes sont fortement valorisées et où le système social leur permet d’être pleinement impliquées dans la gestion de l’administration publique qu’elles habitent les milieux ruraux ou les centres urbains. En 2030, l’intégration de la femme est un slogan mais surtout  une réalité puisqu’une femme occupe  la magistrature suprême du pays et a été élue à travers des élections libres, inclusives et démocratiques. Le Ministère de l’environnement est dirigé pour la première fois par une femme experte dans le domaine. La lutte pour la promotion de la femme haïtienne a pris son essor en 2013 et  il faut  reconnaitre que depuis cette année,  de grandes avancées ont été réalisées. Représentant plus de la moitié de la population, elles ont pu amener les décideurs - avec l’appui de la société civile - à apporter des changements réels dans la constitution haïtienne et à augmenter le quota de 30% à 50% de représentation des femmes  dans l’administration publique. En tant que chef du projet  de « Réduction de la vulnérabilité des populations et des Plus

      • Haïti émergente en 2030 grâce à l’engagement et la créativité des femmes

        02 avr. 2014

        image
        Une femme entrepreneure gère son commerce à Port-au-Prince.

        Je me projette en 2030 et témoigne de la passion avec laquelle les femmes s’adonnent à leurs activités économiques. Cette énergie a permis  à la première république noire, Haïti,  de devenir un pays émergent aujourd’hui, en 2030. Ces femmes évoluent dans des domaines variés. Elles sont actives et leaders dans l’agriculture, la construction, le transport, la santé, l’entreprenariat. Le programme de développement de fournisseurs (PDF) engagé en Haïti au cours de l’année 2013 et dont je suis le coordonnateur, a permis alors de prendre le pouls de cette réalité. Economiste de formation, j’ai eu lors de la mise  en œuvre du projet l’heureuse opportunité de travailler avec plusieurs femmes compétentes et passionnées par le changement du pays.  Docteur Marie Marcelle H. Deschamps, à travers l’Atelier83 a changé la vie de plusieurs  femmes alors travailleuses de sexe. Aujourd’hui en 2030, ces femmes sont des références nationales dans le domaine de l’artisanat, la boiserie, le travail du fer et du papier mâché, grâce aux formations qu’elles ont reçues. L’Atelier83 exporte leurs produits aujourd’hui en 2030 dans toute la région des Caraïbes et ces femmes entrepreneurs  participent à de grandes expositions sur tous les continents du monde et projettent une image positive et innovatrice d’Haïti. L’Atelier83 Plus

      • Dr. Marie-Marcelle H. Deschamps : « Ma passion c’est de contribuer à changer la vie des gens ».

        10 mars 2014

        image
        Katyna Argueta Directrice adjointe du PNUD Haïti en discussion avec Dr. Marie-Marcelle Deschamps et Mme Josette Darguste ministre de la culture.

        Une femme m’a dit un jour : « docteur, vous ne pouvez pas imaginer comme ça me fait du bien de venir là (au centre GHESKIO) chaque jour, de savoir que j’ai une activité pour la journée et que j’ai une activité pour demain. Je n’ai pas besoin d’aller me vendre ». C’est une chose extraordinaire d’entendre cela, en tant que femme. Je suis l’une des fondatrices principales en 1983 du Groupe haïtien d’études du syndrome de Kaposi et des infections opportunistes communément appelé Gheskio. Depuis que je me suis engagée en Haïti, après mes études en médecine en Haiti puis à l’étranger, ma plus grade satisfaction reste le témoignage du changement que j’ai contribué à apporté dans la vie de la population avec le centre. En temps que médecin-femme, j’avoue que les débuts n’étaient pas faciles. Nous (ceux qui prenaient en charge les patients avec le SIDA ) étions stigmatisés car personne ne savait ce que c’était la pathologie du SIDA. Mais ma conviction et ma passion n’ont pas été ébranlées. Nous avons engagé des actions d’éducation, de formation, de sensibilisation, de recherches et publications pour faire comprendre à la population et à la communauté scientifique ce qu’était la pathologie. Par la suite, Plus

Suivez nous sur