6 Réduire l’extrême pauvreté et la faim

Où en sommes-nous ?


© PNUD/Mariana Nissen

Le premier objectif parmi les huit Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) vise trois manifestations connexes de la pauvreté extrême : le manque d’un emploi rémunéré stable (« emploi décent ») et donc d’un revenu régulier au-delà de la ligne de pauvreté de $1,25 par jour ainsi que l’insécurité alimentaire résultante, l’achat de denrées alimentaires étant le plus souvent le poste de dépenses le plus important des ménages pauvres. L’OMD 1 vise ainsi à réduire de moitié la population dont le revenu est inférieur à $1,25 par jour ; il vise aussi à réduire de moitié la population qui souffre de la faim et il s’intéresse à augmenter le taux des emplois décents et productifs pour hommes et femmes.

Les tendances mondiales

Au niveau mondial, la cible de réduction de la pauvreté a été atteinte avec 5 ans d’avance. Dans les régions en développement, la proportion de personnes vivant avec moins de $ 1,25 par jour a diminué de 47 % en 1990 à 22 % en 2010. Ceci signifie qu’en 2010, 700 millions de personnes en moins vivaient dans des conditions d’extrême pauvreté qu’en 1990. La proportion de personnes sous-alimentées a, elle aussi, diminué – de 23,2 % entre 1990-1992 à 14,9 % entre 2010-2012. L’atteinte de la cible relative à la réduction de la faim se trouve donc désormais également à portée de main.

Malgré les progrès atteints, il reste encore beaucoup d’efforts à faire – d’ici 2015 et au-delà – pour éliminer l’extrême pauvreté et la faim. Aujourd’hui, 1.2 milliards de personnes continuent à vivre dans l’extrême pauvreté ; une personne sur huit se couche le ventre vide, et environ un enfant sur six de moins de cinq ans souffre d’insuffisance pondérale. Le ralentissement de la croissance économique mondiale a aussi été synonyme de pertes continues d’emplois, dont les jeunes étaient les principales victimes, amenant un déficit d’emplois de 67 millions.

Les progrès d’Haiti vers l’OMD 1

Haïti a atteint la cible en matière de réduction du taux de prévalence de l’insuffisance pondérale des enfants âgés de moins de 5 ans à 3 ans de la date butoir de 2015. En effet, le pourcentage d’enfants de moins de 5 ans présentant une insuffisance pondérale modérée ou sévère est passé de 27,5% en 1995 à 11,4% en 2012, soit une réduction de 58,5%. Même si Haiti se situe encore loin du standard international pour une population bien nourrie (2,3% d’enfants en insuffisance pondérale) et loin de la moyenne des 3% dans la région Amérique latine et les Caraïbes, il s’agit d’un succès majeur en termes de progrès vers les OMD.

Pour plus d'informations : Télécharger la fiche de l'OMD 1

Nos histoires

  • Magdana Nelson pose pour un portrait dans sa maison à Jalousie comme elle cuisine mamba (beurre d'arachide). © PNUD Haïti

    Vers plus d’emploi et d’entreprenariat

    Ceinor Monex, 51 ans, est agriculteur à Fort Liberté depuis l’âge de 16 ans. Sa denrée phare, l’arachide a été sélectionnée comme produit emblématique du département Plus

  • Nos histoires

1.71 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. Réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population dont le revenu est inférieur à un dollar par jour
    • La crise économique mondiale a entraîné un ralentissement des progrès, mais le monde reste en passe d’atteindre la cible relative à la réduction de la pauvreté.
    • Avant la crise, la pauvreté avait diminué en gravité dans presque toutes les régions.
  2. Assurer le plein-emploi et la possibilité pour chacun, y compris les femmes et les jeunes, de trouver un travail décent et productif
    • La détérioration du marché du travail, déclenchée par la crise économique, a entraîné une baisse brutale de l’emploi.
    • Avec la perte d’emplois, un nombre croissant de travailleurs est obligé d’accepter des emplois précaires.
    • Depuis la crise économique, un nombre croissant de travailleurs se retrouvent dans une pauvreté extrême avec leurs familles.
  3. Réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population qui souffre de la faim
    • La faim est peut-être remontée en flèche en 2009, l’une des terribles conséquences des crises alimentaire et financière mondiales.
    • Les progrès en vue d’éradiquer la faim patinent dans la plupart des régions.
    • En dépit de certains progrès, un enfant sur quatre souffre encore d’insuffisance pondérale dans le monde en développement.
    • Les enfants des zones rurales ont deux fois plus de chances de souffrir d’insuffi sance pondérale.
    • Dans certaines régions, la prévalence des enfants souffrant d’insuffisance pondérale est nettement plus élevée chez les pauvres.
    • Plus de 42 millions de personnes ont été déracinées par les conflits ou les persécutions.