Atelier de Validation du Rapport PNIAS CI

15 mai 2013

image

Les autorités ivoiriennes, la CEDEAO et le PNUD valident le rapport  d’accès aux énergies modernes dans les zones rurales et périurbaines en Côte d’Ivoire.

Abidjan 15mai 2013.  Le   programme national d’investissement  pour l’accès aux services énergétiques (ASE) modernes des populations rurales et périurbaines de Côte d’Ivoire (PNIASE-CI)  vient d’être validé à Abidjan, par l’ensemble des parties prenantes et des experts de la Cedeao venus, notamment, du Sénégal, du Togo, du Niger et de la Guinée.

M. Luc Grégoire, Directeur pays du PNUD en Côte d’Ivoire, dans son allocution, a salué cette initiative « qui devrait répondre aux attentes d’environ 4,5 millions de personnes, soit 67% de la population rurale, qui vivent actuellement sans électricité ». Selon lui, cette tranche importante de la population  pourrait  avoir accès,  « à des services énergétiques fiables et modernes en vue de satisfaire leurs besoins essentiels d’éclairage et d’énergie ». Un tel programme doit pouvoir contribuer à l’amélioration des conditions de vie des plus démunis notamment du fait de l’installation de services énergétiques en faveur de 3000 établissements scolaires, 525 centres de santé ruraux et plus de 1000 localités rurales. Ce programme aura naturellement des impacts immédiats sur la promotion des activités génératrices de revenus et d’emplois.

Au cours de cet atelier de validation,  le Directeur de l’Energie de la Cedeao,  M. Bayaornibè Dabiré a déclaré que ce programme est inspiré, du Livre blanc adopté à Niamey, en 2006, par les chefs d’Etat de la Cedeao, « Pour multiplier par deux les populations rurales et périurbaines qui devraient avoir accès à l’électricité, entre 2006 et 2015 ».

 Le  Directeur Général de l’Energie en Côte d’Ivoire, M. Cissé Sabati, qui représentait, à cet atelier sous-régional, le ministre ivoirien des Mines, du pétrole et de l’énergie  a soutenu les propos de M. Bayaornibè Dabiré  en  confirmant que « Le Sommet de la terre, tenu, en 2002, à Johannesburg, a reconnu cette problématique de l’accès aux services énergétiques pour les populations rurales et périurbaines ». Ce qui a incité, selon lui, les chefs d’Etat de la Cedeao à adopter, en 2006, un Livre blanc dont les trois piliers  sont « L’accès à l’électricité, à la force motrice et à l’énergie moderne pour la cuisson ». Demandant ainsi à chaque pays de formuler un Programme national d’investissement pour l’accès des populations aux services énergétiques modernes.

 Notons que le Livre blanc de la Cedeao, qui limitait ses objectifs en 2015, devra s’harmoniser avec l’initiative des Nations-Unies sur « L’Energie pour tous en 2030 ». Ce qu’a signifié le directeur pays du PNUD en Côte d’Ivoire,  M. Luc Grégoire. Pour qui « L’accès aux services énergétiques modernes pour les populations rurales et périurbaines, défi de premier plan pour les pays de la Cedeao, est reconnu comme l’une des conditions d’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ». Avertissant que « La consommation de la biomasse-énergie occupe encore près de 70% de l’énergie finale consommée par les ménages, ce qui représente une situation préoccupante pour la préservation de l’environnement et une contrainte pour l’amélioration des potentialités de développement humain ».