Le Gouvernement et les Nations Unies signent l'UNDAF révisé 2013-2015

04 avr. 2013

La cérémonie de signature du Plan Cadre des Nations Unies pour l’aide au Développement (UNDAF), pour le cycle 20013-2015, s’est tenue ce 2 Avril à Abidjan sous la présidence de M. Albert Mabri Toikeusse ; Ministre d’Etat, Ministre du plan et du Développement et du Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies en Côte d’Ivoire M. Ndolamb Ngokwey , et de plusieurs partenaires techniques et financiers.
Document de planification stratégique à moyen terme du Système des Nations Unies, l’UNDAF a été élaboré en 2008 par le Gouvernement Ivoirien en collaboration avec le Système des Nations Unies en Côte d’Ivoire en alignement au DSRP.
Avec l’élaboration du Plan National de Développement (PND 2012-2015), nouveau cadre de référence national qui définit les priorités nationales dans tous les domaines, le Système des Nations Unies et le gouvernement ont de commun accord décidé de la révision de l’UNDAF.
Cette révision permet, entre autres, de renforcer l’appropriation nationale et d’aligner l’UNDAF au PND et intervient dans un contexte de relèvement de la Côte d’Ivoire, marqué par la transition de l’humanitaire vers le développement. Pour le Coordonnateur Résident, l’UNDAF révisé 2013-2015 traduit une volonté commune du Système des Nations Unies et de ses partenaires nationaux et internationaux de tourner ensemble la page de la crise pour se concentrer davantage sur la consolidation de la paix, la réconciliation, les questions de sécurité ainsi que les défis de développement durable.
L’appui du SNU au gouvernement couvrira trois domaines directement liés aux axes stratégiques du PND qui sont :
(1) la consolidation de la paix, la protection des droits de l’homme et Gouvernance
(2) la création d’emplois et l’augmentation des revenus et le développement durable
(3) les services sociaux de base.
Les Nations Unies envisagent de mobiliser plus de 342 Millions de Dollars US.
Après la signature du document, un bilan a été fait sur les résultats 2012. En réponse au contexte post-crise, les interventions du SNU ont porté en grande partie à l’amélioration des services sociaux de base, notamment sur l’accès à l’éducation, aux services de santé en matière de reproduction, la prévention et la prise en charge du VIH/sida, l’accès à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement ainsi que la protection, à travers la réhabilitation des infrastructures et le renforcement des capacités institutionnelles et celles des prestataires des services.

Compte tenu de l’importance que le gouvernement accorde à la cohésion sociale et à la consolidation de la paix après la crise, des appuis ont été apportés par le SNU en vue du renforcement du cadre institutionnel et des capacités des structures œuvrant dans ce domaine ainsi que l’application des dispositifs internationaux et nationaux en matière de protection des droits de l’homme.
Le Ministre d’Etat, a adressé ses remerciements et chaleureuses félicitations à l’ensemble des experts, du Système des Nations unies et du Gouvernement ainsi que les représentants de la société civile pour leur contribution à ce processus dynamique et interactif.